Skip to Main content Skip to Navigation
Master Thesis

Apports énergétiques et calorimétrie indirecte chez des patients de réanimation ventilés : étude de cohorte rétrospective

Résumé : Introduction : la quantité de calories à administrer aux patients de réanimation demeure toujours un sujet de controverse. Afin de limiter les complications dues à une insuffisance ou un excès d’apports caloriques, l’évaluation nutritionnelle doit passer par une estimation de la dépense énergétique de repos afin d’adapter les apports en fonction des dépenses réelles. La méthode de mesure recommandée est la calorimétrie indirecte mais elle semble peu utilisée en pratique quotidienne en réanimation. L’objectif de notre étude est donc d’évaluer la faisabilité de la calorimétrie indirecte en routine en réanimation et d’évaluer différents aspects de la prise en charge nutritionnelle lorsque celle-ci est basée sur la mesure de la dépense énergétique de repos. Matériels et méthodes : nous avons réalisé une étude de cohorte rétrospective, monocentrique, incluant tous les patients âgés de plus de 18 ans hospitalisés dans un service de réanimation polyvalente pendant un an, qui avaient bénéficié d’un support ventilatoire mécanique pendant au moins 6 jours et d’au moins une mesure de calorimétrie indirecte après la phase aiguë. Le suivi nutritionnel durait de la première mesure de calorimétrie indirecte à la sortie de réanimation, la reprise d’une alimentation orale exclusive ou le décès. Nous avons évalué la faisabilité de la calorimétrie indirecte, l’adéquation entre les besoins énergétiques et l’énergie prescrite et réellement délivrée et le déficit calorique journalier lorsque les apports caloriques étaient basés sur la mesure de Dépense énergétique de repos (DER). Nous avons également évalué la fiabilité des équations prédictives en comparant la DER mesurée à la DER calculée et cherché à déterminer la durée minimale de mesure acceptable en évaluant la corrélation entre la DER finale et la DER mesurée dans différents intervalles de temps. Enfin, nous avons réalisé une analyse en sous-groupes afin de déterminer quels étaient les patients, en fonction de leur statut nutritionnel ou de leur motif d’hospitalisation, chez qui la calorimétrie indirecte semblait être la plus indiquée. Résultats : nous avons inclus 50 patients entre décembre 2017 et novembre 2018 qui avaient pu bénéficier d’au moins une mesure de calorimétrie indirecte. Parmi eux, 5 avaient été exclus pour mesure de calorimétrie non interprétable. Il s’agissait dans 75% des cas d’hommes, la moyenne d’âge était de 69,2 ans et le motif d’admission principal était la détresse respiratoire aiguë. La DER mesurée moyenne était de 21.8 kcal/kg/j. Au total, 45 patients avaient pu bénéficier d’un soutien nutritionnel basé sur la calorimétrie indirecte sur un total de 135 patients ventilés au moins 6jours, soit une faisabilité de 34%. Les moyennes d’adéquation entre besoins énergétiques et énergie prescrite et délivrée étaient respectivement de 93,5% et 83,4%. 53% des patients ont bénéficié de prescriptions adaptées et 49% ont reçu des apports caloriques adaptés. Les DER calculées par les différentes équations multiparamétriques apparaissaient toutes significativement différentes de la DER mesurée (p<0.05), seule la formule 25 kcal/kg/j ne montrait pas de différence significative (p=0.44). Le déficit calorique journalier moyen était de 266,3 kcal/kg/j. Les valeurs de DER mesurée dans les différents intervalles de temps à 3,5,15,30,45 et 60 minutes apparaissaient toutes fortement corrélées à la valeur de DER finale (p<0.001) avec des coefficients de variabilité inférieurs à 10%.L’analyse en sous-groupe mettait en évidence des niveaux d’adéquation entre besoins énergétiques et énergie délivrée significativement plus bas chez les patients en choc septique et en défaillance cardio-circulatoire par rapport au reste de la cohorte, respectivement de 79.4% (p=0.04) et 68.8% (p=0.01) avec un déficit calorique ayant tendance à être supérieur aux autres (p>0.05). Les patients obèses présentaient une DER mesurée à 19,6 kcal/kg/j donc significativement plus faible que le reste des patients. Enfin, la formule 25 kcal/kg/j apparaissait significativement différente de la DER mesurée chez les patients en surpoids ou obèses (p= 0.01). Conclusion : si la Calorimétrie indirecte n’est pas réalisable chez l’intégralité des patients de réanimation, elle est faisable ici dans 1/3 des cas. Elle permet de délivrer des apports caloriques adaptés aux besoins réels comme le montre le niveau élevé d’adéquation entre les besoins énergétiques et l’énergie prescrite et réellement délivrée. La perspective de pouvoir réduire le temps de mesure pourrait permettre une utilisation plus large de la calorimétrie indirecte. Les équations multiparamétriques ne semblent pas performantes pour prédire la DER mesurée, seule la formule 25 kcal/kg/j semble acceptable. La calorimétrie indirecte garde donc une place comme outil quotidien de gestion des patients de réanimation en particulier ceux en surpoids ou obèses et ceux admis pour états de choc.
Complete list of metadatas

Cited literature [84 references]  Display  Hide  Download

https://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-02923961
Contributor : Faculté de Médecine Amu <>
Submitted on : Thursday, August 27, 2020 - 3:49:11 PM
Last modification on : Friday, October 23, 2020 - 4:46:28 PM

File

THESE PASCHE 19-03-20 MAIL FIN...
Files produced by the author(s)

Identifiers

  • HAL Id : dumas-02923961, version 1

Collections

Citation

Clémence Pasche. Apports énergétiques et calorimétrie indirecte chez des patients de réanimation ventilés : étude de cohorte rétrospective. Sciences du Vivant [q-bio]. 2020. ⟨dumas-02923961⟩

Share

Metrics

Record views

42

Files downloads

30