Skip to Main content Skip to Navigation
Master Thesis

« Nous sommes maintenant une force et nous avons le devoir d'élever la voix » : les mouvements sociaux des femmes démobilisées et l'exclusion des travailleurs coloniaux à la fin de la Première Guerre Mondiale

Résumé : Pendant la Première Guerre Mondiale, L'État français ordonne la mobilisation industrielle des femmes et des travailleurs coloniaux afin de soutenir l'effort de guerre, prenant la relève des hommes partis au front. Les secteurs industriels concernés, en premier lieu la métallurgie, connaissent une irruption de catégories spécifiques de main d'oeuvre perturbant la division du travail et conduisant à sa reconfiguration autour de nouvelles structures inégalitaires au sein des usines. Ces inégalités se perpétuent au sein-même de la « classe ouvrière », dans laquelle les femmes tiennent une place particulière, ségréguée, sur le côté. Pourtant, les grands mouvements sociaux pendant la guerre sont féminins, en particulier au printemps 1917. Cette place prépondérante et visible des femmes dans I'espace public est remise en question dès le lendemain de I'armistice, où le gouvernement les appelle à quitter ces usines et reprendre leurs « occupations d'avant-guerre », les poussant ainsi hors du projecteur braqué sur elles pendant le conflit, les reléguant à I'arrière-scène, à leur invisibilité « naturelle ». Ce mémoire cherche à montrer que cet appel au retour des femmes à leur foyer, malgré son relatif succès, ne se fait ni naturellement ni facilement : des refus, des résistances nombreuses et protéiformes existent. Au-delà des mouvements sociaux des ouvrières licenciées des usines de guerre, ce travail étudie le moment de l'après-guerre comme un « évènement", où se conjuguent une volonté masculine de retour à l'ordre ancien, de réaffirmation des valeurs viriles, en même temps que l'espoir de plus de liberté et d'égalité entre les sexes, avec la perspective du droit de vote par exemple. En revanche, la situation des travailleurs appelés des colonies est différente : qualifiés « d'indésirables », il n'est pas vraiment question de leur futur qui doit se faire loin de la métropole. Les possibilités d'agir sont bien plus faibles pour ces acteurs, et nous ne pouvons que constater leur absence criante des sources que nous étudions. Militarisés, ils ne peuvent pratiquer de réelle grève. En revanche, les grèves de 1919 dans l'Habillement, secteur fortement féminisé, et dans la Métallurgie, ont été examinées, de manière quantitative et qualitative afin de décrire l'expérience militante vécue par les ouvrières en cet après-guerre, où le retour des hommes se fait aussi dans les syndicats. Les cadres militants souhaitent en effet récupérer leurs prérogatives vues comme masculines après les grèves féminines de 1917. Les grèves de 1919 sont analysées comme un moment dans la fonctionnalisation de la grève par la CGT, qui cherche à retirer le pouvoir décisionnel des femmes dans ces mouvements en en empêchant la spontanéité. Mais l'étude des revendications, des discours ou des prises de paroles plus discrètes des femmes, nous indiquent que malgré les « forces conservatrices » à l'oeuvre en cet après-guerre, elles avaient acquis une conscience très poussée de leur situation, mais possédaient aussi de véritables leviers d'actions, d'idées pour lutter contre leur domination dans la société. Une volonté de s'organiser et d'agir de manière commune existait et montre un souhait d'émancipation fort.
Document type :
Master Thesis
Complete list of metadatas

Cited literature [344 references]  Display  Hide  Download

https://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-02943120
Contributor : Paris 1 Coordination Des Bibliothèques de L’ufr D’histoire <>
Submitted on : Friday, September 18, 2020 - 4:12:39 PM
Last modification on : Tuesday, October 20, 2020 - 3:28:40 AM

File

2020_MARCHAND_Nous sommes main...
Files produced by the author(s)

Identifiers

  • HAL Id : dumas-02943120, version 1

Citation

Lucas Marchand. « Nous sommes maintenant une force et nous avons le devoir d'élever la voix » : les mouvements sociaux des femmes démobilisées et l'exclusion des travailleurs coloniaux à la fin de la Première Guerre Mondiale. Histoire. 2020. ⟨dumas-02943120⟩

Share

Metrics

Record views

137

Files downloads

55