Skip to Main content Skip to Navigation
Master Thesis

Pratiques et difficultés des médecins généralistes pour le dépistage, la prise en charge et le suivi du diabète gestationnel

Résumé : Introduction : le diabète gestationnel représente un enjeu en termes de santé publique du fait de l’augmentation de sa prévalence et de l’un de ses facteurs de risque, l’obésité, et de ses multiples complications maternelles et fœtales engageant le pronostic de la grossesse. Cette prévalence a notamment augmenté depuis la parution des dernières recommandations de 2010 éditées conjointement par le Collège National des Gynécologues Obstétriciens et la Société Francophone de Diabétologie sans prise de position claire de la HAS. Le médecin généraliste représente le niveau de premier recours des patients et notamment en cas de suivi de grossesse. Notre travail intervient neuf ans après la parution de ces recommandations, dans lesquelles la place du médecin généraliste n’est pas clairement définie, pour évaluer les pratiques de dépistage, de prise en charge et de suivi du diabète gestationnel. Méthodes : étude quantitative descriptive transversale par questionnaires adressés par voie électronique aux médecins généralistes Marseillais ayant acceptés de participer à l’étude après un premier appel téléphonique. Résultats : 53 réponses sur les 101 mails envoyés. 77 % des médecins réalisaient du suivi de grossesse (51 % parfois, 22 % souvent) avec une majorité de femmes et de médecins ayant une formation complémentaire en gynécologie et/ou en accompagnement de la grossesse à la naissance. 50 % des médecins ne connaissaient pas la date des dernières recommandations et seulement 37.7 % réalisaient un dépistage ciblé. 58.5 % d’entre eux connaissaient tout de même les bonnes modalités de dépistage en termes de test à réaliser et du terme de grossesse au moment duquel il fallait faire le dépistage. Il existait une hétérogénéité dans les seuils utilisaient et seulement 35.8 % utilisaient le bon. Concernant la prise en charge, 62.3 % des médecins ne prennent pas en charge seuls cette complication et adressent dès le début de la grossesse au spécialiste. 26.4 % tentent tout de même d’initier des mesures hygiéno-diététiques en début de grossesse. Trois principales difficultés sont rencontrées par les médecins interrogés : insulinothérapie difficile à mettre en place et à suivre, surcharge de travail et manque de formation. D’une manière générale, il n’y avait pas de différence significative entre l’information délivrée au médecin généraliste sur la conduite à tenir en post-partum par l’endocrinologue hospitalier ou libéral mais les médecins n’étaient jamais informés dans 24.5 et 12 % des cas respectivement. Le risque de diabète de type 2 était considéré comme significatif par 75.4 % des médecins mais seulement 15 % d’entre eux dépistaient en accord avec les recommandations (entre 1 et 6 mois après l’accouchement puis tous les 1 à 3 ans). Conclusion : neuf ans après la parution des dernières recommandations du CNGOF et de la SFD concernant le diabète gestationnel, notre étude retrouve une amélioration des pratiques même si certaines disparités persistent. La réalisation d’une formation complémentaire dans les domaines de la diabétologie et de la gynécologie semble aider à de meilleures pratiques mais devrait faire l’objet d’une étude plus spécifique. La majorité des médecins adressent au spécialiste pour la prise en charge dès le début de la grossesse et considèrent que cette mission dépasse leurs compétences et leur niveau de formation et demande trop de temps. Une meilleure communication entre médecins généralistes et spécialistes hospitaliers et libéraux reste une pierre angulaire de la bonne prise en charge des patientes et de leur suivi en post-partum, notamment pour le dépistage du diabète de type 2. Une meilleure connaissance des parcours de soins du DG, en ville, mais aussi ville/hôpital, tel celui proposé avec le réseau Marseille Diabète/Santé Croisée serait aussi une des pistes d’amélioration. Enfin, une prise de position de la HAS, une clarification et voire même une simplification de la conduite à tenir dans le diabète gestationnel pourrait permettre d’unifier les pratiques pour les médecins généralistes.
Complete list of metadatas

Cited literature [47 references]  Display  Hide  Download

https://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-02953466
Contributor : Faculté de Médecine Amu <>
Submitted on : Wednesday, September 30, 2020 - 11:06:29 AM
Last modification on : Friday, October 23, 2020 - 4:49:47 PM

File

THESE BOUKHALFA 12-02-20.pdf
Files produced by the author(s)

Identifiers

  • HAL Id : dumas-02953466, version 1

Collections

Citation

Soumaya Boukhalfa. Pratiques et difficultés des médecins généralistes pour le dépistage, la prise en charge et le suivi du diabète gestationnel. Sciences du Vivant [q-bio]. 2020. ⟨dumas-02953466⟩

Share

Metrics

Record views

16

Files downloads

11