Skip to Main content Skip to Navigation
Master Thesis

Les toxines urémiques chez le patient dialysé chronique : l'impact de l'alimentation

Résumé : Introduction : la maladie rénale chronique entraine une accumulation de toxines appelées les toxines urémiques telles que l’Indoxyl Sulfate (IS) et le p-Crésyl Sulfate (pCS). Les concentrations de ces toxines sont associées à une augmentation du risque d’évènements cardiovasculaires et de décès chez les patients insuffisants rénaux. Ces toxines sont issues de l’alimentation à partir du métabolisme des acides aminés par le microbiote et éliminées par le rein. L’objectif de cette étude était d’analyser l’impact de l’alimentation sur le taux de ces toxines chez des patients dialysés. Méthode : il s’agit de l’analyse de la première enquête alimentaire réalisée au sein du protocole EVITUPH. Cette étude monocentrique prospective incluant 75 patients hémodialysés chroniques évaluait les ingestats par l’utilisation de questionnaire alimentaire sur 7 jours consécutifs et dosait les concentrations plasmatiques d’IS et de pCS sur la même période. Nous avons analysé la corrélation entre les taux de ces toxines et les ingestats. Nous avons analysé ces mêmes corrélations dans le sous-groupe de patients anuriques pour se soustraire du rôle de l’élimination urinaire sur les taux de toxines. Résultats : 58 patients ont complété le premier questionnaire alimentaire (77%). La population était constituée d’une majorité d’homme (64%), âgée en moyenne de 65,8 ± 12,3 ans, dialysant depuis 5,07 ± 7,4 ans. 18 patients (31%) étaient anuriques. Les apports journaliers caloriques moyen étaient de 22 ± 9,2 kcal/kg/j et en protides de 0,95 ± 0,3 g/kg/j. Les apports en fibres étaient évalués à 14,6 ± 5,2 g/j. L’index protéine-fibre était de 4,9 ± 1,8. Nous n’avons pas mis en évidence de corrélations entre les ingestats et les taux de toxines dans la population totale. Chez les patients anuriques le pCS est corrélé négativement avec l’apport en fibre r= -0,59, p<0,05. Les taux d’IS et de pCS sont corrélés positivement avec le ratio protéine/fibre respectivement à r= 0,54 ; r= 0,52 p<0,05. Chez les patients anuriques, en régression linéaire l’IS est associé au ratio protéine/fibre en prenant en compte l’âge, le sexe et le fait d’être diabétique (p=0,018). Conclusion : l’augmentation des apports en fibres et la baisse du rapport protéines/fibres sont associées aux taux de toxines urémiques. Une alimentation riche en fibres pourrait avoir un impact bénéfique en diminuant les concentrations de certaines toxines chez le patient dialysé. L’efficacité et la tolérance de cette thérapeutique devront être étayées dans de prochaines études interventionnelles.
Complete list of metadatas

Cited literature [86 references]  Display  Hide  Download

https://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-02953866
Contributor : Faculté de Médecine Amu <>
Submitted on : Wednesday, September 30, 2020 - 2:28:29 PM
Last modification on : Sunday, October 25, 2020 - 7:06:04 AM
Long-term archiving on: : Monday, January 4, 2021 - 8:56:36 AM

File

THESE EBERSOLT Manon 20-05-202...
Files produced by the author(s)

Identifiers

  • HAL Id : dumas-02953866, version 1

Citation

Manon Ebersolt. Les toxines urémiques chez le patient dialysé chronique : l'impact de l'alimentation. Sciences du Vivant [q-bio]. 2020. ⟨dumas-02953866⟩

Share

Metrics

Record views

29

Files downloads

42