Skip to Main content Skip to Navigation
Master Thesis

Intérêt de la chimiothérapie intra-artérielle hépatique dans le traitement des métastases hépatiques non résécables des cancers colorectaux : efficacité et tolérance sur une cohorte bi-centrique (CHU Montpellier et ICM Montpellier)

Résumé : Introduction : le cancer colorectal est un cancer fréquent dont le foie est le site métastatique préférentiel, chez environ la moitié des patients au cours de l'évolution de leur maladie. La chirurgie est le seul traitement potentiellement curateur, avec un gain significatif en survie globale. Les thérapies modernes permettent actuellement d'obtenir des résécabilité secondaires sur des lésions initialement inopérables. La chimiothérapie intra-artérielle hépatique (CIAH) est apparue dans l'arsenal thérapeutique en tant que traitement loco-régional, son rationnel reposant sur la vascularisation différentielle entre les métastases hépatiques et le foie sain. La pose et l'utilisation du cathéter intra-artériel hépatique (KTIAH) est complexe, conditionnant l’utilisation de cette technique à des centres expérimentés, et les disparités de pratiques en font à ce jour un traitement sous-évalué. Objectif principal : évaluer à partir d'une cohorte bicentrique (CHU et ICM Montpellier) l'intérêt de la CIAH dans le traitement des métastases hépatiques non résécables des cancers colorectaux (hors situation adjuvante), en terme d'efficacité et de tolérance. Matériel et méthodes : nous avons inclus les patients qui avaient bénéficié de la pose d'un KTIAH dans l'indication de métastases hépatiques non résécables d'origine colorectale au CHU de Montpellier, entre le 1er mars 2015 et le 1er mars 2018. Les patients étaient traités dans 2 centres différents : le CHU et l'Institut du Cancer de Montpellier. L'efficacité a été évaluée sur les critères suivant : le taux de résections secondaires, ou d'un traitement jugé équivalent (radiofréquence associée ou non à la chirurgie, réponse RECIST complète), qui était notre critère de jugement principal, le taux de patients répondeurs selon RECIST, la survie globale et la survie sans progression. La tolérance a été évaluée par le relevé des effets indésirables, les complications liées à la pose ou à l'utilisation du KTIAH, ainsi que les arrêts précoces de traitement pour toxicité ou défaillance du KTIAH. Résultats : 69 patients ont été inclus dans l'analyse. Tous étaient pré-traités par chimiothérapie, avec une majorité de maladies métastatiques hépatiques évoluées. 73 séquences au total de CIAH ont été réalisées. Le taux de résections secondaires ou traitement combiné équivalent (radiologique et/ou chirurgical) était de 20,55 %. Les facteurs prédictifs de résection secondaire étaient en analyse univariée la réponse RECIST (p=0.003) et l'exérèse chirurgicale de la tumeur primitive préalable à la CIAH (p=0.006). En analyse multivariée seule la réponse RECIST (p=0,023) était significativement associée à la résécabilité secondaire. Le taux de réponse objective était de 34,25 %, la survie globale médiane de 14,9 mois et la survie sans progression médiane de 7 mois. Les douleurs abdominales étaient la toxicité la plus fréquente, chez 59,4 % des patients dont 11,6 % de recours à la morphine. 47,8 % des patients ont eu une complication relative à la pose ou l'utilisation du KTIAH et 24,6 % des patients ont arrêté précocement leur traitement sur toxicité ou défaillance du KTIAH. La CIAH en stratégie d'intensification après chimiothérapie systémique ou en 1e ligne sur maladie hépatique récidivante donnait de meilleurs résultats en terme de réponse objective (p=0,027) et de survie globale (p<0,001). L'utilisation d'une bi-chimiothérapie systémique associée à la CIAH n'améliorait ni le taux de réponse (p=0,488) ni le taux de résection (p=0,643), mais était associée à une meilleure survie globale (p=0,002), sans toxicités ni événements indésirables sévères surajoutés (p=0,303). L'utilisation du bevacizumab n'impactait ni le taux de résection (p=0,311) , ni la réponse (p=0,618), ni la survie globale (p=0,218), ni la toxicité (p=0,782). Conclusion : la chimiothérapie intra-artérielle hépatique apparaît comme une option thérapeutique efficace dans le traitement des métastases hépatiques non résécables d'origine colorectales, avec un profil de toxicité important mais gérable et acceptable.
Document type :
Master Thesis
Complete list of metadatas

https://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-02964439
Contributor : Scd Université de Montpellier <>
Submitted on : Monday, October 12, 2020 - 2:20:47 PM
Last modification on : Thursday, February 4, 2021 - 3:10:55 AM

File

ThEx_Montpellier_UM_Med_2019_B...
Files produced by the author(s)

Licence


Distributed under a Creative Commons Attribution - NonCommercial - ShareAlike 4.0 International License

Identifiers

  • HAL Id : dumas-02964439, version 1

Citation

Thomas Borderie. Intérêt de la chimiothérapie intra-artérielle hépatique dans le traitement des métastases hépatiques non résécables des cancers colorectaux : efficacité et tolérance sur une cohorte bi-centrique (CHU Montpellier et ICM Montpellier). Médecine humaine et pathologie. 2019. ⟨dumas-02964439⟩

Share

Metrics

Record views

7

Files downloads

4