Skip to Main content Skip to Navigation
Master Thesis

Discussion clinique et enjeux médico-légaux autour de l'érotomanie

Résumé : Contexte, hypothèses et objectifs : l’érotomanie est considérée comme une maladie rare en pratique clinique et ses mécanismes psycho et physiopathologiques ne sont pas toujours bien compris. Nous nous sommes interrogés sur l’évolution de son concept au niveau historique, sur les différentes présentations cliniques, mais également sur les diagnostics différentiels et sur les enjeux de prise en charge, notamment d’un point de vue médico-légal. Une érotomanie induit-elle forcément de la dangerosité ? Comment se prémunir du risque hétéro-agressif ? Méthodologie : nous avons réalisé une revue de littérature large en utilisant plusieurs bases de données scientifiques ainsi que des ouvrages littéraires. Nous avons illustré notre propos par trois cas cliniques de patients rencontrés au cours de notre pratique. Résultats : le concept de l’érotomanie connaît une évolution historique mouvementée au cours des siècles, les auteurs ne s’accordant pas tous sur les origines psychopathologiques du trouble. Sa clinique prend différentes formes, pures ou mixtes, s’intriquant parfois dans des tableaux complexes. Les érotomanies pures sont plus rares que les érotomanies secondaires. Ces dernières s’intriquent fréquemment dans des tableaux psychiatriques variés et larges (schizophrénie, trouble bipolaire, trouble de la personnalité). L’érotomanie représenterait 1% des troubles délirants persistants. Les causes organiques secondaires représenteraient quant à elles 5% des érotomanies, avec une prédominance nette des troubles neurologiques et auto-immuns, dont les mécanismes ne sont d’ailleurs pas saisis entièrement et qui ouvrent des perspectives d’études complémentaires. De nouveaux facteurs environnementaux comme les réseaux sociaux semblent prédisposer l’émergence de tels symptômes. Son pronostic semble variable, jonglant entre les deux extrêmes d’une rémission complète et d’une fixité chronique sans amélioration. Il existe différents diagnostics différentiels, notamment le harcèlement dit « stalking », phénomène négligé et pourtant problématique : on estime que jusqu’à 30% des érotomanes sont aussi auteurs de stalking et que leur cible privilégiée demeure les médecins, psychiatres en première ligne. Aucun texte en France ne légifère ce comportement déviant. L’érotomanie nécessite une prise en charge à la fois institutionnelle, psychothérapeutique et médicamenteuse, et une prévention adaptée à plusieurs niveaux (en amont des symptômes, après les premiers signes, après les passages à l’acte). La dangerosité psychiatrique est à redouter, de surcroît si l’on est intervenant en santé mentale. Il n’existe pas de plan d’action de référence proposé aux praticiens dans le but de se prémunir de ce risque. Discussion, conclusion : nous avons constaté la variabilité des tableaux cliniques, en matière de diagnostic, d’évolution, de pronostic et de prise en charge. Aucun consensus n’est établi et la guidance thérapeutique se fait au cas par cas. Bien que la dangerosité de l’érotomane apparaisse comme surestimée par les études médico-légales actuelles et par les fantasmes servis par la culture populaire, elle demeure le principal enjeu médico-légal. Le clinicien doit toujours évaluer ce risque, et s’en prémunir en se distançant d’une relation duelle narcissique, et en protégeant ses données personnelles. La prévention répond toujours à une logique de réduction des risques. Par ailleurs, la prévention tertiaire consiste parfois en la privation de liberté d’un patient érotomane, à des fins de mise en sûreté de la société.
Complete list of metadatas

Cited literature [200 references]  Display  Hide  Download

https://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-02967693
Contributor : Faculté de Médecine Amu <>
Submitted on : Thursday, October 15, 2020 - 10:23:29 AM
Last modification on : Tuesday, October 20, 2020 - 3:28:06 AM

File

PDF DERNIERE VERSION -1.pdf
Files produced by the author(s)

Identifiers

  • HAL Id : dumas-02967693, version 1

Collections

Citation

Clémence Monteil. Discussion clinique et enjeux médico-légaux autour de l'érotomanie. Sciences du Vivant [q-bio]. 2020. ⟨dumas-02967693⟩

Share

Metrics

Record views

26

Files downloads

64