Échec du traitement par anti-interleukine 5 dans l'asthme sévère : recherche d'un consensus national et caractérisation des patients - DUMAS - Dépôt Universitaire de Mémoires Après Soutenance Access content directly
Master Thesis Year : 2020

Échec du traitement par anti-interleukine 5 dans l'asthme sévère : recherche d'un consensus national et caractérisation des patients

Abstract

Introduction : chez les patients présentant un asthme sévère à éosinophiles traités par anti-IL5 ou IL5R, les pratiques d’évaluation de la réponse au traitement sont hétérogènes. L’objectif de ce travail est double. Dans un premier temps, il vise à établir par un consensus national la définition de l’échec thérapeutique aux anti-IL5/R. Dans un deuxième temps, il se base sur les critères établis pour déterminer des facteurs prédictifs d’échec, aide précieuse pour guider les praticiens dans leurs prescriptions et proposer une prise en charge adaptée au patient. Méthode : la méthode Delphi en 3 tours de ranking a été utilisée pour établir le consensus auprès d’experts français de l’asthme sévère. Le consensus est défini par l’accord des participants tel que ≥ 80% des experts sont d’accord dont > 50% sont tout à fait d’accord avec < 15% de désaccords. Dans un deuxième temps une étude observationnelle rétrospective monocentrique a été conduite chez des patients asthmatiques sévères ayant été traités par Mépolizumab ou Benralizumab entre 2016 et 2020. Les caractéristiques épidémiologiques, de la maladie, les comorbidités associées, les données biologiques et fonctionnelles ont été recueillies avant traitement. Les données de réponse au traitement ont été évaluées selon les modalités définies par le consensus. Une analyse multivariée par régressions logistiques multiples a permis de déterminer les facteurs prédictifs d’échec dans cette population. Résultats : 20 experts français ont participé à l’étude Delphi. Ce processus a permis de définir l’échec thérapeutique comme l’impossibilité de diminuer la posologie initiale de corticothérapie orale ou le taux d’exacerbations d’au moins 25%, ou la persistance de passages aux urgences, d’hospitalisations conventionnelles ou en réanimation à 6 mois de traitement. Selon ces critères, le taux d’échec toutes causes confondues est de 23%. En fonction du critère considéré, il oscille entre 5.8 et 18.6%. Les facteurs de risque d’échec aux anti-IL5/R sont le fait d’avoir été traité antérieurement par Omalizumab, l’obésité et la dyslipidémie, et l’absence de polypose naso-sinusienne. Conclusion : notre travail a permis d’établir un consensus national définissant l’échec thérapeutique aux anti-IL5/R et de générer des recommandations d'experts sur les modalités d’évaluation du traitement. Se basant sur le consensus obtenu, nous avons distingué plusieurs sous-groupes de patients présentant un facteur de risque d’échec aux anti-IL5/R. Ces résultats soulignent l'importance du phénotypage de l’asthme pour offrir aux patients une prise en charge médicale personnalisée et pourront servir de base à l'élaboration d'un score prédictif de non-réponse au traitement par anti-IL5/R.
Fichier principal
Vignette du fichier
Thèse VF.pdf (10.77 Mo) Télécharger le fichier
Origin : Files produced by the author(s)
Loading...

Dates and versions

dumas-02978305 , version 1 (26-10-2020)

Identifiers

  • HAL Id : dumas-02978305 , version 1

Cite

Laura Mattéi. Échec du traitement par anti-interleukine 5 dans l'asthme sévère : recherche d'un consensus national et caractérisation des patients. Sciences du Vivant [q-bio]. 2020. ⟨dumas-02978305⟩
188 View
84 Download

Share

Gmail Facebook X LinkedIn More