Skip to Main content Skip to Navigation
Master Thesis

Prescription des neuroleptiques chez les patients atteints de troubles neurocognitifs majeurs dans les EHPAD de la Côte Bleue : analyse des prescriptions et recommandations

Résumé : Le vieillissement de la population est à l’origine d’une augmentation du nombre de personnes souffrant de pathologies neurodégénératives. L’institutionnalisation au sein de structures spécialisées type EHPAD devient régulièrement nécessaire en raison notamment des troubles du comportement qui émaillent l’évolution de ces affections. Dans ce contexte, une prescription de psychotropes est souvent réalisée, notamment de neuroleptiques. Nous avons pu observer que les recommandations nationales et internationales s’accordent toutes sur le fait d’identifier le trouble du comportement, d‘éliminer une pathologie organique, puis de proposer dans un premier temps des mesures non médicamenteuses adaptées au résident. Si malgré tout le résident demeure agressif, délirant et/ou dangereux pour lui-même ou les autres résidents, un traitement par neuroleptique peut s’avérer nécessaire. La rispéridone est le seul neuroleptique bénéficiant d’une indication de prescription pour contrôler ces troubles (après accord du résident ou de son représentant) et surtout après avoir évalué les risques liés aux effets indésirables, notamment cardiovasculaires. L’objectif de cette étude était de s’assurer de l’applicabilité des recommandations lors de l’instauration d’un traitement neuroleptique dans le cadre de troubles neurocognitifs majeurs au sein de deux EHPAD de la Côte Bleue. Nous avons pu observer que 92 des 248 résidents de ces deux EHPAD étaient traités par neuroleptiques, la plupart sous rispéridone conformément aux recommandations de la HAS. Cependant, le délai de réévaluation moyen du traitement était d’un mois alors que les recommandations préconisent une réévaluation hebdomadaire. Les GIR 1 et 2 étaient plus élevés que la moyenne nationale et la durée totale de prescription étaient de 11 mois. Enfin, seulement 21 % des résidents bénéficiaient d’un arrêt de leur traitement neuroleptique avant trois mois alors que la plupart des recommandations préconisent un usage discontinu de ces molécules. L’arrêt précoce des neuroleptiques semble nécessaire surtout pour les résidents présentant des comorbidités cardiaques puisque la mortalité semble être réduite lors de l’arrêt de ces traitements. La seule différence significative observée dans notre étude entre les deux EHPAD concernait la mise en unité protégée et était probablement liée à la présence d’un PASA dans l’une des deux EHPAD. Les effets indésirables répertoriés ont été nombreux, ce qui a permis de réaliser une fiche de surveillance de ces effets à destination des équipes soignantes en contact avec les résidents. Cette fiche pourrait également être utile dans d’autres lieux accueillant des personnes âgées souffrant de pathologies neurodégénératives notamment les unités de soins de moyen et long séjour ou encore au domicile des patients. Il serait alors intéressant d’évaluer l’impact de l’utilisation de cette fiche sur la prescription des neuroleptiques ainsi que sur la prise en charges de leurs effets indésirables.
Complete list of metadatas

https://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-02978523
Contributor : Faculté de Médecine Amu <>
Submitted on : Monday, October 26, 2020 - 3:07:32 PM
Last modification on : Tuesday, November 24, 2020 - 3:20:40 AM

File

THESE DUMAS NATHALIE.pdf
Files produced by the author(s)

Identifiers

  • HAL Id : dumas-02978523, version 1

Collections

Citation

Nathalie Dumas. Prescription des neuroleptiques chez les patients atteints de troubles neurocognitifs majeurs dans les EHPAD de la Côte Bleue : analyse des prescriptions et recommandations. Sciences du Vivant [q-bio]. 2020. ⟨dumas-02978523⟩

Share

Metrics

Record views

7

Files downloads

7