Dépression, pensées dysfonctionnelles et trait de personnalité chez les aidants familiaux de patients aux troubles cognitifs majeurs : une étude observationnelle - DUMAS - Dépôt Universitaire de Mémoires Après Soutenance Access content directly
Master Thesis Year : 2020

Dépression, pensées dysfonctionnelles et trait de personnalité chez les aidants familiaux de patients aux troubles cognitifs majeurs : une étude observationnelle

Abstract

Context: Caregivers are a population particularly at risk of developing physical and psychological health problems. They are estimated to be frequently sad, anxious or irritable: 38% of them show symptoms of depression and 70% are anxious to take care of loved ones. Depression that is not properly managed has repercussions on the health of the caregiver and also on the loved one suffering from cognitive disorders, because the latter will present more frequently psycho-behavioral symptoms and an earlier placement in an institution. Caregivers very frequently exhibit dysfunctional thoughts about the helping relationship, including their sense of responsibility and how to care for the patient. The DTCQ (dysfunctional thoughts in caregiving questionnaire) is a questionnaire published by Losada and his team in 2005, and which assesses the intensity of dysfunctional thoughts with a score between 0 and 64 (total DTCQ), plus the score being higher and more the number of dysfunctional thoughts being numerous. The questions assess two themes "the feeling of exclusive responsibility" (DTCQ1) and "perfectionism" (DTCQ2). The aim of this study is to investigate the correlation between the intensity of dysfunctional thoughts and the intensity of depressive symptomatology. In addition, we also studied the association between certain personality traits assessed at BIG5 and depressive symptoms.
Methods: To meet both objectives, we carried out a single-center observational study involving 20 caregivers. The inclusion criteria for caregivers were to be a first-degree, regular family caregiver (> 2h / day) of a loved one over the age of 60 with major cognitive disorders of any etiology. The exclusion criteria being to be a distant family caregiver, to have cognitive disorders, not to speak or understand French, to be under tutorship or curatorship and finally to have cognitive disorders. The intensity of dysfunctional thoughts was assessed by the DTCQ score and the depressive intensity by the MADRS score. Personality traits were assessed using the BIG5, which assigns a score to each personality trait (openness, conscientiousness, extraversion, agreeableness, neuroticism). A correlation analysis using the Spearman coefficient was done between the DTCQ and MADRS variables, and between the DTCQ1 and DTCQ2 sub-scores to study the association between the intensity of dysfunctional thoughts and depressive intensity. A correlation analysis using the Spearman coefficient was done between the BIG5 personality traits and the depressive intensity assessed by MADRS.
Results: This study demonstrates a strong association (Spearman 0.9) between the intensity of depressive symptoms in MADRS and the intensity of dysfunctional thoughts in DTCQ, with a significant p value <0.001. In addition, the DTCQ1 sub-component “search for exclusive responsibility” appears to be the most strongly correlated with MADRS with an index of 0.90 and a p value <0.001. In addition, we were able to highlight the significant association between depressive intensity and two personality traits, openness and neuroticism. Openness is the personality trait most strongly correlated with depressive intensity, with a negative association of -0.77 and a significant p value <0.001. Neuroticism is a personality trait that also appears to be correlated with depressive intensity, with a positive association of 0.45 and a significant p value of 0.048.
Conclusion: This finding is quite innovative in the field, as no clear link has been made between the intensity of dysfunctional thoughts and depressive intensity in caregivers. Regarding personality traits and depressive symptoms, this validates the data in the literature, which shows that neuroticism is a risk factor for developing a depressive state. On the other hand, this brings a new element concerning the opening trait, which is inversely correlated with depressive intensity and could therefore constitute a protective factor in these caregivers.
Contexte : Les aidants sont une population particulièrement à risque de développer des problèmes de santé physiques et psychologiques. On estime qu’ils sont fréquemment tristes, anxieux ou irritables : 38% d’entre eux présentent des symptômes dépressifs et 70% sont anxieux de s’occuper de leurs proches. Une dépression non correctement prise en charge a des répercussions sur la santé de l’aidant et également sur le proche malade atteint de troubles cognitifs, car celui-ci va présenter plus fréquemment des symptômes psycho comportementaux et un placement en institution plus précoce. Les aidants présentent très fréquemment des pensées dysfonctionnelles concernant la relation d’aide, et notamment concernant leur sentiment de responsabilité et la manière de s’occuper de leurs proches. Le DTCQ ( dysfonctionnal thoughts in caregiving questionnaire) est un questionnaire édité par Losada et son équipe en 2005, et qui permet d’évaluer l’intensité des pensées dysfonctionnelles avec un score compris entre 0 et 64 (DTCQ total), plus le score étant élevée et plus le nombre de pensées dysfonctionnelles étant nombreuses. Les questions évaluent deux thématiques « le sentiment de responsabilité exclusive » ( DTCQ1) et « le perfectionnisme » ( DTCQ2). Le but de cette étude est d’étudier la corrélation entre l’intensité des pensées dysfonctionnelles et l’intensité de la symptomatologie dépressive. De plus, nous avons également étudié l’association entre certains traits de personnalités évalués au BIG5 et la symptomatologie dépressive.
Méthodes : Pour répondre aux deux objectifs, nous avons réalisé une étude observationnelle monocentrique portant sur 20 aidants. Les critères d’inclusion des aidants étaient d’être un aidant familial du premier degré, régulier(>2h/jour) d’un proche de plus de 60 ans atteint de troubles cognitifs majeurs de toute étiologie. Les critères d’exclusion étant d’être un aidant familial éloigné, d’avoir des troubles cognitifs, de ne pas parler ou comprendre le français, d’être sous tutelle ou curatelle et enfin d’avoir des troubles cognitifs. L’intensité des pensées dysfonctionnelles a été évalué par le score au DTCQ et l’intensité dépressive par le score au MADRS. Les traits de personnalité ont été évalué via le BIG5, qui attribue un score à chaque trait de personnalité (ouverture, conscienciosité, extraversion, agréabilité, névrotisme). Une analyse de corrélation utilisant le coefficient de Spearman a été faite entre les variables DTCQ et MADRS, et entre les sous scores DTCQ1 et DTCQ2 pour étudier l’association entre l’intensité des pensées dysfonctionnelles et l’intensité dépressive. Une analyse de corrélation utilisant le coefficient de Spearman a été faite entre les traits de personnalité du BIG5 et l’intensité dépressive évaluée au MADRS.
Résultats : Cette étude met en évidence l’association forte (Spearman 0,9) entre l’intensité de la symptomatologie dépressive au MADRS et l’intensité des pensées dysfonctionnelles au DTCQ, avec un p value significatif <0,001. De plus, la sous composante DTCQ1 « recherche de responsabilité exclusive » paraît la plus fortement corrélée à la MADRS avec un indice de 0,90 et une p value <0,001. De plus, nous avons pu mettre en évidence l’association significative entre l’intensité dépressive et deux traits de personnalité, l’ouverture et le névrotisme. L’ouverture est le trait de personnalité le plus fortement corrélé à l’intensité dépressive, avec une association négative de -0,77 et un p valu significatif <0,001. Le névrotisme est un trait de personnalité qui apparaît lui aussi corrélée à l’intensité dépressive, avec une association positive de 0,45 et une p valeur significative de 0,048.
Conclusion : Cette conclusion est tout à fait innovante dans le domaine, car aucun lien clair n’avait été fait entre l’intensité des pensées dysfonctionnelles et intensité dépressive chez les aidants. Concernant les traits de personnalité et les symptômes dépressifs, cela valide les données de la littérature, qui montre que le névrotisme est un facteur de risque de développer un état dépressif. Cela apporte en revanche un nouvel élément concernant le trait d’ouverture, qui est inversement corrélé à l’intensité dépressive et pourrait donc constituer un facteur protecteur chez ces aidants.
Fichier principal
Vignette du fichier
2020NICEM099.pdf (1.86 Mo) Télécharger le fichier
Origin : Files produced by the author(s)

Dates and versions

dumas-02998661 , version 1 (10-11-2020)

Identifiers

  • HAL Id : dumas-02998661 , version 1

Cite

Julia Elbaum. Dépression, pensées dysfonctionnelles et trait de personnalité chez les aidants familiaux de patients aux troubles cognitifs majeurs : une étude observationnelle. Médecine humaine et pathologie. 2020. ⟨dumas-02998661⟩
189 View
273 Download

Share

Gmail Facebook X LinkedIn More