Skip to Main content Skip to Navigation
Master Thesis

Évolution et facteurs de risque des désordres glycémiques au décours de la transplantation rénale : étude rétrospective monocentrique à propos de 76 cas greffes au CHU de Rouen

Résumé : Les anomalies glucidiques qui apparaissent en post-transplantation rénale sont variées : on distingue notamment l’hyperglycémie précoce (HGP) qui peut être transitoire ou évoluer en PTDM (Post-Transplantation Diabetes Mellitus) à 3 mois. L’incidence et les facteurs de risques retrouvés dans la littérature sont multiples et diverses, en lien avec les définitions hétérogène du PTDM. Les critères diagnostiques ont évolué avec les dernières recommandations publiées en 2013, permettant un meilleur dépistage et une prise en charge adaptée.
Matériel et Méthodes :
L’objectif principal de ce travail est d’évaluer les anomalies glycémiques précoces, à 3 mois et à 6 mois au sein d’une population greffée rénale non diabétique du CHU de Rouen. Les critères secondaires sont l’identification des facteurs de risque de PTDM et l’analyse des profils d’insulinosécrétion et d’insulinorésistance de ces patients. Il s’agit d’une étude rétrospective observationnelle longitudinale uni-centrique au CHU de Rouen. Tous les patients non diabétiques bénéficiant d’une transplantation rénale d’Octobre 2018 à Octobre 2019 ont été analysés.
Résultats :
Parmi les 76 patients inclus dans l’étude, 40,8% ont eu une HGP qui s’associait dans 64,5% des cas à un PTDM à 3 mois. A 3 et à 6 mois, 64,5% et 48,7% de l’ensemble des patients ont présenté des désordres glycémiques, à type de PTDM (30.3% et 26.3%) ou de pré-diabète (34.2% et 22.4%). Parmi ceux développant un PTDM à 3 mois, ce dernier persiste à 6 mois dans 78,2% des cas, évolue vers un pré-diabète dans 17,4% des cas et est en rémission dans 4,3% des cas. En analyse multivariée, les facteurs de risque retrouvés pour le PTDM à 3 mois sont la glycémie à jeun (GAJ) à J7 (p = 0,03) et un taux de triglycéridémie élevé (p = 0,03). Les facteurs de risque ressortis pour le PTDM à 6 mois sont l’âge > 40 ans (p = 0,009) et la GAJ à J7 (p = 0,04). Une GAJ à J7 ≥ 5,77 mmol/L (1,0 g/L) est prédictif d’un PTDM à 3 mois avec une sensibilité à 78% et une spécificité à 95,5%, ce qui rend ce nouveau marqueur identifié très intéressant. L’évaluation de l’insulinémie, du C-Peptide plasmatique et de l’HOMA-IR chez les patients atteints de PTDM à 3 mois montre une tendance à l’insulinorésistance.
Conclusion :
Les troubles glycémiques en post-transplantation rénale restent une complication fréquente, de présentation et d’évolution très variables. La glycémie à jeun à J7 post-greffe pourrait être un nouveau marqueur prédictif du PTDM à 3 mois. Des travaux complémentaires sur ce marqueur, mais aussi sur le CGM précoce post-transplantation, avec des cohortes plus conséquentes, sont nécessaires pour confirmer cette donnée, mieux cibler les patients à risque de PTDM à 3 mois et adapter leur prise en charge thérapeutique.
Document type :
Master Thesis
Complete list of metadatas

Cited literature [153 references]  Display  Hide  Download

https://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-03004604
Contributor : Bibliothèque Santé <>
Submitted on : Friday, November 13, 2020 - 4:49:17 PM
Last modification on : Thursday, November 19, 2020 - 3:27:45 AM

File

Le Lepvrier_Anne-Laure.pdf
Files produced by the author(s)

Identifiers

  • HAL Id : dumas-03004604, version 1

Citation

Anne-Laure Le Lepvrier. Évolution et facteurs de risque des désordres glycémiques au décours de la transplantation rénale : étude rétrospective monocentrique à propos de 76 cas greffes au CHU de Rouen. Médecine humaine et pathologie. 2020. ⟨dumas-03004604⟩

Share

Metrics

Record views

6