Skip to Main content Skip to Navigation
Master Thesis

Gestion de l'usage d'anabolisants en médecine générale

Résumé : Introduction : l’usage d’anabolisants dans le monde et en France ne cesse de progresser. Longtemps réservé au milieu sportif et au culturisme il est encore plus présent à l’heure actuelle chez les adolescents et les jeunes hommes qui les emploient dans un but esthétique. Sa prévalence est estimée à 3-4%. Les effets secondaires de ces produits sont nombreux, potentiellement graves et parfois irréversibles. Le dépistage et la prise en charge de ces patients constituent un véritable enjeu de santé publique. Les médecins généralistes sont amenés à recevoir ces patients qui consultent souvent pour des motifs divers et dont la consommation n’est souvent pas annoncée. Tout l’enjeu doit être de soupçonner cet usage afin de prévenir les complications et de conduire le patient vers un sevrage mais cette stratégie nécessite une bonne connaissance du problème de la part des professionnels de santé. Objectifs : l’objectif principal de l’étude était de recueillir les connaissances et les pratiques de prise en charge des médecins généralistes concernant les patients usagers d’anabolisants et d’évaluer les besoins de formation. L’objectif secondaire était de déterminer s’il existait une différence de connaissance du phénomène et de prise en charge de ces patients selon que le professionnel était titulaire d’une formation complémentaire en médecine du sport ou non. Méthode : étude quantitative, descriptive, transversale, par questionnaire, auprès d’un échantillon de 182 médecins généralistes du Var. Résultats : le taux de réponse était de 55%. 18% des médecins interrogés étaient titulaires d’un DU/DIU en médecine du sport. Les connaissances sur les différents produits dopants étaient insuffisantes puisque 21% des substances citées n’étaient pas des produits dopants et 32% des répondeurs se disaient incapables de citer un seul produit dopant. Les connaissances concernant les effets secondaires n’étaient pas acquises non plus. En revanche, la prévalence était comprise entre 1-10% pour 92% des répondeurs, le sexe masculin était un facteur de risque pour 97% d’entre eux, tout comme le fait d’avoir moins de 40 ans pour 84% des répondeurs. 69% des médecins interrogés ne se sentaient pas du tout compétents (29% pour les médecins du sport 79% pour les autres) et 67% pensaient qu’une formation serait utile. 41% disaient n’avoir jamais abordé le sujet en consultation pourtant la prévalence de cet usage est estimé à 3-4% en population générale. 28% des répondeurs avaient déjà eu une demande de prescription d’anabolisants et 8% avaient accepté. 82% des médecins du sport demandaient des examens complémentaires à ces patients versus 48% chez les autres médecins. 75% des répondeurs proposaient un suivi à ces patients. Conclusion : la perspective d’une formation plus complète des médecins concernant l’usage d’anabolisants serait souhaitable. Elle pourrait permettre de mieux dépister les patients concernés, de limiter les complications liées à cet usage et de guider les patients vers le sevrage. Le fait d’être titulaire d’une formation en médecine du sport semble augmenter sensiblement les connaissances et la pertinence de la prise en charge de ces patients.
Complete list of metadata

https://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-03016840
Contributor : Faculté de Médecine Amu <>
Submitted on : Friday, November 20, 2020 - 3:45:22 PM
Last modification on : Tuesday, December 1, 2020 - 3:25:23 AM

File

thèse LUCAS Mandy.pdf
Files produced by the author(s)

Identifiers

  • HAL Id : dumas-03016840, version 1

Collections

Citation

Mandy Lucas. Gestion de l'usage d'anabolisants en médecine générale. Sciences du Vivant [q-bio]. 2020. ⟨dumas-03016840⟩

Share

Metrics

Record views

29

Files downloads

183