Skip to Main content Skip to Navigation
Master Thesis

Soigner ou enfermer : étude sur les hospitalisations sous contrainte des personnes incarcérées

Résumé : Introduction : les résultats de plusieurs études épidémiologiques convergent quant à la proportion importante de détenus souffrant de troubles psychiatriques dans les prisons françaises. Certaines études ont été menées sur la prise en charge dans les unités hospitalières spécialement aménagées mais aucune ne portent sur les cas d’hospitalisation en soins psychiatriques à la demande d’un représentant de l’Etat (SPDRE D398), qui représentent les « urgences psychiatriques » de la détention. Nous avons souhaité décrire les profils et les prises en charge de ces détenus hospitalisés en SPDRE D398 pour essayer de comprendre leurs parcours de soin et les points forts/ faiblesses associés. Méthode : il s’agit d’une étude épidémiologique, observationnelle, descriptive et rétrospective. Les deux critères d’inclusion dans l’étude sont : être incarcéré à la maison d’arrêt de Luynes 1, Luynes 2, et au centre de détention de Salon, avoir été hospitalisé en SPDRE D98 durant l’année 2019. Il n’y a pas de critères d’exclusion. On a décrit dans cette étude : les caractéristiques socio-démographiques, les antécédents médicaux et les caractéristiques de la prise en charge. Résultats : l’étude porte sur un total de 83 hospitalisations en SPDRE D398 pour 57 patients pris en charge (hospitalisations multiples pour certains). Plus de la moitié des patients avaient déjà été hospitalisés en psychiatrie avant leur détention mais ils étaient peu suivis en milieu ouvert. Plus du tiers des patients avaient déjà fait une tentative de suicide. Ces patients avaient, pour la plupart, eu des prises de substances toxiques par le passé. La durée moyenne de prise en charge était courte (11 jours), avec plus de la moitié des patients qui n’ont pas été transférés en UHSA. Le motif d’hospitalisation principal est la crise suicidaire ou le passage à l’acte auto-agressif. La majorité des patients a été diagnostiquée d’un trouble schizophrénique. Plus de la moitié des patients rentraient en hospitalisation sans traitement de fond, alors que très peu en sortaient sans traitement de ce type. Dans la cohorte étudiée, une étude comparative entre les patients ayant des antécédents d’hospitalisation en psychiatrie par le passé et ceux n’en ayant pas n’a pas montré de résultat significatif sur les critères suivants : la durée moyenne d’hospitalisation, le nombre d’hospitalisations en SPDRE D398 sur l’année 2019 ainsi que le motif d’hospitalisation. Discussion : plus de la moitié des patients inclus dans l’étude avaient des antécédents psychiatriques importants, cela illustre ce que les professionnels de santé dénoncent depuis des années : il y a de plus en plus de patients souffrant de troubles psychiatriques graves déjà diagnostiqués qui sont incarcérés. La durée moyenne d’hospitalisation dans la population incluse est courte et ne permet une prise en charge thérapeutique et médicamenteuse optimale. Beaucoup de patients sortent d’hospitalisation avec des benzodiazépines alors que ceux-ci ont un potentiel addictif important. La problématique du suicide en prison reste toujours inquiétante et a été illustrée dans cette étude. Les limites de cette étude sont qu’elle est rétrospective avec un nombre restreint de patients, elle mériterait donc d’être prolongée à une échelle plus large. Conclusion : bien que la création des UHSA ait permis de compléter l’offre de soins psychiatriques aux détenus, cela n’a pas permis de régler de façon satisfaisante le problème des prises en charge des SPDRE D398. En effet, les hospitalisations se font principalement sur l’hôpital de secteur, avec une durée de prise en charge trop courte, ce qui entraine souvent des hospitalisations multiples. Cette étude illustre le fait qu’il y a, dans les prisons françaises, des détenus souffrant de troubles psychiatriques graves, nécessitant des soins importants et des institutions en place ne permettant pas de les soigner de manière optimale.
Complete list of metadata

https://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-03019345
Contributor : Faculté de Médecine Amu <>
Submitted on : Monday, November 23, 2020 - 12:33:05 PM
Last modification on : Tuesday, December 1, 2020 - 3:25:23 AM
Long-term archiving on: : Wednesday, February 24, 2021 - 7:07:14 PM

File

Thèse définitive et fusionn...
Files produced by the author(s)

Identifiers

  • HAL Id : dumas-03019345, version 1

Collections

Citation

Julie Coton. Soigner ou enfermer : étude sur les hospitalisations sous contrainte des personnes incarcérées. Sciences du Vivant [q-bio]. 2020. ⟨dumas-03019345⟩

Share

Metrics

Record views

54

Files downloads

57