Skip to Main content Skip to Navigation
Master Thesis

Évaluation multimodale à un an d’un traitement par Tafamidis chez des patients porteurs d’amylose cardiaque à transthyrétine

Résumé : Contexte : la cardiomyopathie amyloïde (CA) à transthyrétine est une étiologie sous-estimée d'insuffisance cardiaque. Elle est secondaire à un dépôt myocardique de protéines anormales résultant soit d’un processus secondaire au vieillissement (ATTR-wt), soit d’une mutation génétique (ATTR-h). Des paramètres échographiques de strain, notamment l'épargne apicale et le rapport de la FEVG sur le strain longitudinal global (EFSR) se sont avérés intéressants pour différencier la cardiomyopathie hypertrophique et la CA. La fonction de l'oreillette gauche est également altérée dans l'amylose cardiaque. De récentes études ont montré que la mesure du strain de l’oreillette gauche avait une valeur pronostique dans ce contexte (48). Considérée jusqu’à récemment comme une pathologie incurable, de nouveaux traitements sont en cours d’émergence, notamment le tafamidis (étude ATTR-ACT(31)). Il existe peu d'informations concernant l’influence de ce traitement sur les paramètres écho cardiographiques, notamment de strain dans la vie réelle. Un ralentissement de la dégradation des paramètres fonctionnels a été observé dès le 6ème mois dans l’étude ATTR-ACT alors que les effets sur la courbe de survie ont mis 24 mois à être observés. Les paramètres de déformation myocardique peuvent-ils être un signe précoce de réponse au tafamidis ? Objectif : L’objectif principal sera d’évaluer l’évolution des paramètres de strain-2D du ventricule et de l’oreillette gauche après un an de traitement par tafamidis. L’objectif secondaire consistera à analyser les paramètres échographiques et d’imagerie par résonnance magnétique afin d’évaluer leurs valeurs pronostiques. Méthodes : entre décembre 2018 et août 2019, 45 patients (âge moyen 80 ans) porteurs d’une amylose cardiaque à transthyrétine mutée ou sauvage et présentant une insuffisance cardiaque restrictive de classe NYHA I, II ou III ont été inclus de manière prospective et monocentrique (CHU Timone, Marseille). Lors de leur visite d’inclusion et lors de leur réévaluation à un an, une analyse multimodale était effectuée comprenant : un examen clinique complet associé à un test de marche de six minutes, un électrocardiogramme, des dosages biologiques, une échocardiographie et une IRM cardiaque. Résultats : le suivi moyen était de 13.46 mois (médiane 12.13 mois). Nous rapportons trois décès, survenus en moyenne 3 mois après l’initiation du tafamidis. Onze patients ont été hospitalisés pour insuffisance cardiaque, 8 ont présenté un trouble du rythme supraventriculaire et 1 un évènement embolique. Parmi les paramètres échographiques standards, aucun n’a varié de manière significative après un an de traitement par tafamidis. Il n’y a pas eu de baisse significative du SLG (0.45%, p 0.27) et du gradient base-apex (-0.01, p 0.07). Une amélioration non statistiquement significative du strain de l’OG (0.65, p 0.088) a été retrouvée. En dépit de paramètres de strain plus altérés dans le groupe de patients ayant présenté un critère du jugement principal composite (décès, hospitalisation pour insuffisance cardiaque, arythmie et évènement embolique), aucune valeur pronostique n’a pu être établie. Conclusion : nous rapportons l’évolution sous tafamidis de paramètres cliniques, biologiques échographiques et d’IRM chez une cohorte de patients porteurs d’amylose cardiaque à transthyrétine sauvage et mutée. Si l’impact du tafamidis sur la survie n’est observable, dans la littérature, qu’à partir de 24 mois, il semble y avoir dès 12 mois une tendance à l’amélioration des paramètres de strain VG par rapport à l’évolution naturelle de la maladie. L’amélioration, même si non statistiquement significative, du strain de l’oreillette gauche est un nouvel élément encourageant et pourrait devenir un outil de surveillance de l’efficacité thérapeutique dans l’amylose cardiaque. De même le T1 mapping n'a montré aucune aggravation significative après 12 mois de traitement, ce qui suggère que le tafamidis pourrait avoir ralenti la progression de l’infiltration amyloïde myocardique. Des études supplémentaires seront nécessaires pour confirmer cette observation et déterminer si ces paramètres pourraient permettre d’identifier des profils de patients répondeurs au traitement.
Complete list of metadata

https://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-03019393
Contributor : Faculté de Médecine Amu <>
Submitted on : Monday, November 23, 2020 - 12:48:15 PM
Last modification on : Tuesday, December 1, 2020 - 3:25:23 AM
Long-term archiving on: : Wednesday, February 24, 2021 - 7:08:45 PM

File

THESE GARDENAT 23-10-2020-1.pd...
Files produced by the author(s)

Identifiers

  • HAL Id : dumas-03019393, version 1

Collections

Citation

Aliénor Gardenat. Évaluation multimodale à un an d’un traitement par Tafamidis chez des patients porteurs d’amylose cardiaque à transthyrétine. Sciences du Vivant [q-bio]. 2020. ⟨dumas-03019393⟩

Share

Metrics

Record views

58

Files downloads

370