Rhumatisme psoriasique et auto‐immunité - DUMAS - Dépôt Universitaire de Mémoires Après Soutenance Access content directly
Master Thesis Year : 2020

Rhumatisme psoriasique et auto‐immunité

Abstract

Le rhumatisme psoriasique (RPs) semble fréquemment associé à d’autres maladies auto-immunes (MAI). Nous nous sommes intéressés à la caractérisation de ces patients. A partir d’une cohorte rétrospective de 104 patients avec un diagnostic de RPs, nous avons identifié 43 patients (41%) avec une MAI associée. Les principales MAI associées étaient le syndrome de Gougerot Sjögren (SGS) (50%), la thyroïdite d’Hashimoto (14%) et le lupus érythémateux systémique (LES) (9%). Les patients avec une MAI associée étaient plus souvent des femmes (85.6% vs 68.8% p=0.04), avaient plus d’enthésites échographiques (32.6% vs 14.8%, p=0.03), plus de Raynaud (14% vs 0% p=0.01), moins d’uvéites (2.3% vs 16.3% p=0.02) et validaient moins souvent le score CASPAR (83.7% vs 96.7% p=0.03). On notait certaines tendances, sans être statistiquement significatives : plus de douleurs sterno-costales (34.9% vs 24.6%, p=0.09), et moins d’atteintes distales comme les interphalangiennes distales (14% vs 27.9%, p=0.09), les dactylites (7% vs 19.7% p=0.07) et la présence d’un psoriasis unguéal (18.6% vs 32.8%, p = 0.11) chez les patients avec une MAI associée. La détection des AAN (72.1% vs 45.9%, p=0.01) et des anti-ENA (39.5% vs 0%, p=0.01) étaient plus souvent positives, de même que la présence d’une hypergammaglobulinémie polyclonale (39.5% vs 13.1%, p=0.01) dans le groupe avec une MAI associée ; le FR semblait également plus souvent positif (20.9% vs 9.8%, p=0.10), sans être statistiquement significatif. Le score CASPAR était moins souvent validé dans le groupe associé à une MAI (83.7 vs 96.7, p=0.03). Le diagnostic de RPs était alors retenu grâce aux critères ASAS. Sur le plan thérapeutique, il n’y avait pas de différence significative quant à la fréquence d’utilisation des AINS et DMARDs. Les biothérapies étaient introduites dans 60% et 65 % suivant les sous-groupes sans différence significative. On notait une tendance à une utilisation plus fréquente des corticostéroïdes 34.9% vs 18.3%, p=0.06) chez les patients avec une MAI associée. La réponse aux anti-TNF étaient > à 80% et aux anti-Il-17 >70% quel que soit le sous-groupe. La thérapeutique destinée à la composant cutanée du psoriasis nécessitait moins souvent l’utilisation de traitement locaux (27.9% vs 47.5%, p=0.04) et d’Acitrétine (0% vs 9.8%, p=0.03). A l’issu du suivi, il semblait y avoir un nombre plus important de patients avec un rhumatisme actif dans le groupe associé à une MAI (11.6% vs 3.3%, p =0.09). La revue de la littérature permettait de colliger 1517 patients. Les données cliniques et biologiques étaient peu détaillées, avec plusieurs items non renseignés. Par rapport aux données de la littérature, les patients avec une MAI associée issus de notre cohorte étaient plus souvent des femmes (86% vs 52%), avec plus souvent une atteinte axiale (98% vs 40%), périphérique (98% vs 80%), des AAN positifs (72% vs 20%) et moins fréquemment une atteinte érosive radiologique (9% vs 60%). Les trois principales MAI associées dans notre cohorte étaient SGS (53%), Hashimoto (14%) et LES (9%) ; et dans la littérature : PR (55%), SGS (3%), Hashimoto (3%). Au total, le RPs semble souvent associer à une MAI, avec un profil phénotypique et biologique particulier. Cette étude renforce l’idée d’une participation auto-immune autour du RPs, où la voie TH17 semble être un élément important.
Fichier principal
Vignette du fichier
THESE Rhum pso.pdf (4.37 Mo) Télécharger le fichier
Origin : Files produced by the author(s)

Dates and versions

dumas-03023851 , version 1 (25-11-2020)

Identifiers

  • HAL Id : dumas-03023851 , version 1

Cite

Olivier Darmon. Rhumatisme psoriasique et auto‐immunité. Sciences du Vivant [q-bio]. 2020. ⟨dumas-03023851⟩
531 View
2141 Download

Share

Gmail Facebook X LinkedIn More