Les réseaux sociaux comme source d’information sur la contraception chez les sujets de 18 à 25 ans en Haute-Savoie - DUMAS - Dépôt Universitaire de Mémoires Après Soutenance Access content directly
Master Thesis Year : 2020

Social media as a source of information on contraception in subjects from 18 to 25 years in Haute-Savoie

Les réseaux sociaux comme source d’information sur la contraception chez les sujets de 18 à 25 ans en Haute-Savoie

Abstract

Introduction. In 2018, 94% of 18-24 year olds went to social media. 15% of French people exchanged on social media and forums for their health. In addition, 92% of women affected by contraception had one. However, the rate of abortion increased by 3% compared to the previous year with a maximum rate among 20-24 year olds. With more and more patients being connected, the main objective of this work was to quantify the use of social media by subjects aged 18 to 25 in Haute-Savoie to seek contraceptive information. Materials and Methods. Quantitative descriptive epidemiological study conducted by anonymous paper questionnaires between June and October 2019 in Haute-Savoie with subjects aged 18-25. The primary outcome was the number of subjects who have used social media at least once to seek contraceptive information. Results. Out of 302 subjects included, 43.05% consulted the social media at least once for contraception after standardization. Women and 18-19 year olds were in the majority. Pill, condom and copper intrauterine device were the three main contraceptives. YouTube, Facebook and Instagram were the three main social media used and considered to be the most reliable. 74.6% had received contraceptive information by chance. Subjects rated social media "neither reliable nor unreliable" for contraception. 58.6% wanted the creation of a dedicated social media. 54% used the internet for contraception. The subjects were "somewhat satisfied" with the contraceptive information found on the Internet and the social media. Conclusion. A social media dedicated to contraception could represent an attractive platform for contraceptive education purposes. Social media appear to be the partners of choice for the doctor and advising them would demonstrate the complementarity of these sources. With digital developments, the adaptation of medical practices seems inevitable.
Introduction. En 2018, 94% des 18-24 ans allaient sur les réseaux sociaux. 15% des français échangeaient sur les réseaux sociaux et forums pour leur santé. Par ailleurs, 92% des femmes concernées par la contraception en avaient une. Pourtant, le taux d’interruptions volontaires de grossesse a augmenté de 3% par rapport à l’année précédente avec un taux maximal chez les 20-24 ans. Devant une patientèle de plus en plus connectée, ce travail a eu pour objectif principal de quantifier l’utilisation des réseaux sociaux par les sujets de 18 à 25 ans en Haute Savoie pour rechercher de l’information contraceptive. Matériel et Méthode. Étude épidémiologique descriptive quantitative menée par questionnaires papiers anonymes entre juin et octobre 2019 en Haute-Savoie chez les sujets de 18-25 ans. Le critère de jugement principal était le nombre de sujets ayant utilisé au moins une fois les réseaux sociaux pour rechercher de l’information contraceptive. Résultats. Sur 302 sujets inclus, 43,05% ont consulté au moins une fois les réseaux sociaux pour la contraception après standardisation. Les femmes et les 18-19 ans étaient majoritaires. Pilule, préservatif et dispositif intra-utérin au cuivre étaient les trois principaux contraceptifs. YouTube, Facebook et Instagram étaient les trois principaux réseaux sociaux utilisés et considérés comme les plus fiables. 74,6% avaient eu l’information contraceptive par hasard. Les sujets jugeaient les réseaux sociaux « ni fiables ni non fiables » pour la contraception. 58,6% souhaitaient la création d’un réseau social dédié. 54% consultaient Internet pour la contraception. Les sujets étaient « plutôt satisfaits » par l’information contraceptive trouvée sur Internet et les réseaux sociaux. Conclusion. Un réseau social dédié à la contraception pourrait représenter une plateforme attrayante pour des interventions d'éducation contraceptive. Les réseaux sociaux apparaissent comme des partenaires de choix pour le médecin et les conseiller témoignerait de la complémentarité de ces sources. Avec les évolutions numériques, l’adaptation des pratiques médicales parait inéluctable.
Fichier principal
Vignette du fichier
2020GRAL5050_briand_pauline(1)_et_loctin_marine(1)(D)_version_diffusion.pdf (1.64 Mo) Télécharger le fichier

Dates and versions

dumas-03039958 , version 1 (04-12-2020)

Identifiers

Cite

Pauline Briand, Marine Loctin. Les réseaux sociaux comme source d’information sur la contraception chez les sujets de 18 à 25 ans en Haute-Savoie. Médecine humaine et pathologie. 2020. ⟨dumas-03039958⟩
120 View
557 Download

Share

Gmail Facebook X LinkedIn More