Skip to Main content Skip to Navigation
Master Thesis

Étude des pratiques des médecins généralistes de Provence-Alpes-Côte d'Azur en matière d'anticoagulation orale

Résumé : Introduction : l’arrivée des anticoagulants oraux directs (AOD) a fait évoluer la prise en charge de certaines pathologies comme la fibrillation atriale ou la thrombose veineuse profonde et a entrainé une modification importante des pratiques de soins en médecine générale. Si les AOD se caractérisent par leur facilité d’emploi et ne nécessitent aucun suivi du niveau d’anticoagulation, ils entraînent, comme les antivitamines K (AVK), des hémorragies parfois graves et doivent être utilisés selon les recommandations de bonnes pratiques. Objectif de l’étude : l’objectif de l’étude était d’étudier les pratiques des médecins généralistes de Provence-Alpes-Côte d'Azur en matière d’anticoagulation orale. Matériel et méthode : une étude épidémiologique observationnelle, descriptive et transversale a été réalisée en interrogeant par voie électronique 512 médecins de la région PACA sur leurs pratiques de soins en matière d’anticoagulation orale via un questionnaire standardisé et anonyme. Sur 97 réponses obtenues, 16 ont été exclues de l’analyse pour réponse incomplète ou inappropriée au questionnaire. Résultats : beaucoup de médecins connaissent les scores de stratification des risques thromboemboliques et hémorragiques et prescrivent un bilan biologique lors de l’initiation d’un traitement anticoagulant oral. En cas de fibrillation atriale non valvulaire chez un sujet avec facteurs de risque ou de thrombose veineuse profonde, les indications de prescription des anticoagulants oraux sont en général bien respectées et les AOD sont plus prescrits que les AVK. Il n’en est pas de même en matière de fibrillation atriale non valvulaire chez un sujet sans facteurs de risque, de fibrillation atriale valvulaire ou de thrombose veineuse superficielle ou les AOD sont souvent prescrits à tort. Les recommandations en matière d’information du patient sur le risque hémorragique des anticoagulants oraux et sur la conduite à tenir en cas d’hémorragie sont données à titre systématique dans la moitié des cas et la « carte anticoagulant » n’est remise au patient que par une minorité de médecins. L’absence de suivi du niveau d’anticoagulation et l’absence d’antidote en cas d’hémorragie grave sous AOD ne paraît pas problématique à la plupart des médecins de l’étude. Discussion : les AOD sont intégrés à l’arsenal thérapeutique des médecins généralistes de PACA et prescrits dans de nombreuses indications notamment chez les jeunes médecins et ceux exerçant en milieu rural. Ils restent prescrits à tort dans certaines indications, sans doute en raison de la diversité et de la complexité des recommandations de prise en charge. Les AOD semblent être considérés comme aussi efficaces que les AVK par la plupart des médecins de l’étude sans que ceux-ci ne minimisent leurs effets secondaires hémorragiques. Les réticences à la prescription d’AOD semblent aujourd’hui moins importantes que par le passé et ils semblent supplanter les AVK dans la plupart des indications ou ils peuvent être prescrits.
Complete list of metadatas

https://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-03043557
Contributor : Faculté de Médecine Amu <>
Submitted on : Monday, December 7, 2020 - 12:33:58 PM
Last modification on : Wednesday, December 9, 2020 - 3:28:08 AM

File

THESEMARCFERRAND22-10-2020.pdf
Files produced by the author(s)

Identifiers

  • HAL Id : dumas-03043557, version 1

Collections

Citation

Marc Ferrand. Étude des pratiques des médecins généralistes de Provence-Alpes-Côte d'Azur en matière d'anticoagulation orale. Sciences du Vivant [q-bio]. 2020. ⟨dumas-03043557⟩

Share

Metrics

Record views

24

Files downloads

10