Quel est l’intérêt porté par les professionnels de santé, travaillant en cabinet de ville dans le département du Val de Marne et recevant en consultation régulièrement les jeunes garçons, concernant la mise en place de la vaccination anti-HPV dans cette population ? - DUMAS - Dépôt Universitaire de Mémoires Après Soutenance Access content directly
Master Thesis Year : 2020

Quel est l’intérêt porté par les professionnels de santé, travaillant en cabinet de ville dans le département du Val de Marne et recevant en consultation régulièrement les jeunes garçons, concernant la mise en place de la vaccination anti-HPV dans cette population ?

Abstract

Background: human papillomaviruses correspond to a very common sexually transmitted infection as 70 to 80% of the population will be in contact during his sexual life. Currently, vaccinal recommandation of young males just spread out in a context of female population with a very low immunization coverage which doesn’t provide group immunity. Objective: the aim of this study was to evaluate the interest of general practitionners, pediatricians and residents in Val-de-Marne (FR) for vaccinal expansion against papillomavirus (HPV) to male population by their level of knowledge, and barriers or promotes to his application. Method: we realised a quantitative and prospective observationnal study by an online survay. It has been sent to general practitioners, pediatrician and both speciality’s residents in Val de Marne. Results: our sample of interogated doctors was mostly represented by young women (76.6%, n=36), we have observed that health professionnal in our sample were largely in favor of vaccinal extension against HPV (87,2%, n= 41) and 91 ;5% (n= 43) will recommend it to their closes family but they had a medium level of knowledge about HPV (50% obtain a score lower than 12/20), however vaccination schedule and consequences are well known by more than three quarters of our sample (76,6%, n= 36 and 82,9%, n= 39 respectively). No major barriers or promotes has been represented significantly among favorable or not to this extension in our sample. Proposed items were similar to barriers for female vaccination studied in literature. Conclusion: a considerable part of health professional is in favor of vaccine extension against HPV and is ready to propose it to all the boys. Knowledge of health professional about HPV must be increased for convincing families. The power of this study doesn’t allowed to bring a profil of health professional, expert or favorable to light at this extension.
Contexte : les papillomavirus humains correspondent à une infection sexuellement transmissible très répandue puisque 70 à 80% de la population y sera en contact au cours de sa vie sexuelle. Actuellement, les recommandations vaccinales des jeunes garçons viennent de s’étendre dans un contexte de population féminine très peu vaccinée et qui n’arrive pas à construire une immunité de groupe. Objectifs : l’objectif de cette étude était d’évaluer l’intérêt des médecins généralistes, pédiatres et des internes en médecine générale du Val de Marne pour l’extension vaccinale contre le papillomavirus (HPV) à la population masculine par leur niveau de connaissance et leur freins ou promoteurs à son application. Matériel et méthodes : nous avons réalisé une étude quantitative et prospective à visée observationnelle sous forme d’un questionnaire en ligne. Il a été envoyé aux médecins généralistes, aux pédiatres ainsi qu’aux internes des deux spécialités du Val de Marne. Résultats : notre échantillon de médecins interrogés était majoritairement représenté par des femmes jeunes (76,6%, n=36), nous avons observé que les professionnels de santé dans notre échantillon étaient largement favorables à l’extension vaccinale contre l’HPV (87,2%, n= 41) et que 91,5% (n=43) le conseilleraient même à leurs proches mais qu’ils avaient un niveau de connaissance moyen vis-à-vis des virus HPV (50% ont obtenu un score inférieur à 12/20), cependant le calendrier vaccinal actuel et les conséquences étaient bien connus par plus des trois quarts des répondants (76,6%, n= 36,et 82,9%, n=39 respectivement). Aucun frein ou promoteur n’a été représenté de manière significative parmi ceux favorables ou non à cette extension d’après notre étude. Les items proposés étaient en rapport avec les freins à la vaccination féminine étudiés dans la littérature. Conclusion : une part importante de professionnels de santé est favorable à l’extension vaccinale contre l’HPV et est prête à la proposer à tous les garçons. Les connaissances des professionnels de santé autour des HPV doit être amplifiée pour convaincre les familles. La puissance de l’étude ne permet pas de faire ressortir un profil de professionnel de santé, connaisseur ou favorable à cette extension vaccinale.
Fichier principal
Vignette du fichier
memoire_esfbaudelocque_Coutant_Lola_DUMAS.pdf (2.5 Mo) Télécharger le fichier
Origin : Files produced by the author(s)

Dates and versions

dumas-03053713 , version 1 (11-12-2020)

Licence

Attribution - NonCommercial - NoDerivatives

Identifiers

  • HAL Id : dumas-03053713 , version 1

Cite

Lola Coutant. Quel est l’intérêt porté par les professionnels de santé, travaillant en cabinet de ville dans le département du Val de Marne et recevant en consultation régulièrement les jeunes garçons, concernant la mise en place de la vaccination anti-HPV dans cette population ?. Gynécologie et obstétrique. 2020. ⟨dumas-03053713⟩
58 View
79 Download

Share

Gmail Facebook X LinkedIn More