Skip to Main content Skip to Navigation
Master Thesis

Intérêt d'une échographie systématique avant le retrait de la sonde JJ chez les transplantés rénaux‎ : étude rétrospective à propos de 386 patients

Résumé : Introduction : la survenue d'une lymphocèle en post-transplantation rénale est une complication récurrente et difficile à prendre en charge. Sa survenue est susceptible d'entraîner une compression des voies urinaires du greffon et de nécessiter la repose d'une sonde JJ. L'objectif de notre étude était d'évaluer l'intérêt d'une échographie du greffon systématique afin de dépister une éventuelle lymphocèle avant l'ablation de la sonde JJ (AJJ) en post-transplantation. Matériel et méthode : nous avons étudié tous les patients greffés au CHU d’Amiens de janvier 2013 à décembre 2018. Ont été exclus les patients n’ayant pas eu d’ablation de la sonde JJ (transplantectomie, décès). Les patients étaient séparés en 4 groupes. Les trois premiers bénéficiaient d'une échographie systématique à 1 mois avant de décider d'une AJJ. Le dernier (groupe 4) avait une AJJ à J15 sans imagerie préalable. Le groupe 1 était défini par l’absence de lymphocèle permettant l'AJJ. Le groupe 2 présentait une lymphocèle jugée non à risque de compression et la JJ était retirée. Le groupe 3 présentait une lymphocèle à risque de compression et l'AJJ était décalée plus ou moins associée à un geste de drainage de la lymphocèle. Le critère de jugement principal était la nécessité d’une reprise chirurgicale après AJJ. Résultats : au total, 386 patients ont été analysés. Les délais moyens d'AJJ étaient respectivement de 32 ±14,5 jours, 30 ±11,4 jours, 72 ± 44 jours et 16 ± 6,5 jours dans les groupes 1 à 4. La nécessité d’une reprise chirurgicale a été de 7/177 patients (3,95%) dans le groupe 1, de 10/73 (13,7%) dans le groupe 2, de 5/60 (8,3%) dans le groupe 3 et de 2/76 (2,63%) dans le groupe 4. Chaque groupe a été comparé au groupe 1 considéré comme le groupe standard. La repose d’une JJ était significativement plus fréquente dans le groupe 2 (p=0,01). La découverte d’une collection à risque de complication (groupe 3) a permis une prise en charge de la lymphocèle avant le retrait de la JJ chez 13 patients (21%). Parmi les patients du groupe 3 pour qui une repose d’une sonde JJ était nécessaire, 4/5 présentaient une collection persistante. Il n’a pas été retrouvé de différence significative entre le groupe 2 et 3 concernant le critère de jugement principal (p=0,43). Il n’y avait pas plus de complication dans le groupe 4 comparé au groupe 1 (p=0,73). Conclusion : le dépistage et la prise en charge adaptée d’une collection péri-greffon pourrait éviter la repose d’une JJ. Cependant, nous avons observé un faible taux de reprise dans le groupe sans imagerie et l’absence de différence significative comparativement au groupe 1. L’échographie systématique ne semblerait pas intéressante dans la décision d'AJJ sauf si une volumineuse lymphocèle nécessitant un drainage est suspectée.
Document type :
Master Thesis
Complete list of metadata

https://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-03066394
Contributor : Sabine Longuein Connect in order to contact the contributor
Submitted on : Tuesday, December 15, 2020 - 11:49:52 AM
Last modification on : Friday, October 8, 2021 - 4:28:16 PM

File

Duboureau Hortense. Thèse d'e...
Files produced by the author(s)

Identifiers

  • HAL Id : dumas-03066394, version 1

Collections

Citation

Hortense Duboureau. Intérêt d'une échographie systématique avant le retrait de la sonde JJ chez les transplantés rénaux‎ : étude rétrospective à propos de 386 patients. Urologie et Néphrologie. 2020. ⟨dumas-03066394⟩

Share

Metrics

Record views

20

Files downloads

34