Skip to Main content Skip to Navigation
Master Thesis

Rechute d’endocardite infectieuse a enterococcus faecalis sur bioprothèse : à propos de quatre cas

Résumé : L’endocardite infectieuse (EI) est une pathologie rare, mais grave qui est associée à une mortalité de l’ordre de 15-25%. Actuellement on note une augmentation des cas chez les personnes âgées de plus de 80 ans, ce qui rend difficile la prise en charge par une antibiothérapie seule ou associée à un traitement chirurgical en absence de contre-indication. Enterococcus faecalis est le troisième micro-organisme responsable d’EI. Chez les patients âgés, on remarque une augmentation des cas d’EI à E. Faecalis. Le traitement de référence, selon les recommandations européennes et américaines, comprend une bithérapie pendant 6 semaines ; soit par amoxicilline et gentamicine, soit par amoxicilline et ceftriaxone. Environ 50% des patients sont opérés en plus d’un traitement médicamenteux. De nos jours, avec le vieillissement de la population, on observe une augmentation de la pose de valve aortique percutanée (TAVI), de plus les valves biologiques sont privilégiées au détriment des valves mécaniques du fait du risque de chute et d’hémorragie lié à l’anticoagulation importante avec ces dernières. Les patients atteints d’EI à E. faecalis sur bioprohèse non opérés à cause des nombreuses comorbidités et du risque opératoire présentent un risque accru de rechute. Face à ce taux de rechute, depuis 2013 nous avons mis en place un protocole alternatif à la chirurgie, comprenant de l’amoxicilline 3 grammes par jour pendant un an. Ce protocole fera suite au traitement de l’EI mis en place pour 6 semaines. Dans notre centre nous avons pris en charge 180 patients atteints d’EI à Entérocoque, dont 91 sur valves natives, 8 sur valves mécaniques, 52 sur bioprothèses, 12 sur TAVI, 17 sur pacemaker (PM). On retrouve en grande majorité des EI à E. faecalisn = 168, suivi de E. faeciumn =7, E. duransn = 2 , E. hiraen = 1, E. aviumn =1, E. gallinarumn =1. Dans la cohorte, la moyenne d’âge était de 74,9 ans [31-92], la mortalité globale était de 23,3% et le taux de rechute de 2,2%. Les rechutes observées étaient constatées chez 4 patients pour lesquels le traitement prophylactique par amoxicilline 1 an n’avait pas été administré (3 TAVI et 1 bioprothèse). Concernant la chirurgie, seulement 46,7% des patients ont été opérés versus 53,3%non opérés. Dans le groupe des patients non opérés on retrouve 42,7% (41/96) de décès versus 1,2% (1/84) dans le groupe des patients opérés. La gestion des rechutes d'EI est difficile ; aucune recommandation officielle n'est disponible, la chirurgie reste la meilleure option thérapeutique pour les patients porteurs d'une valve prothétique. Mais le risque de chirurgie chez les patients âgés présentant des comorbidités peut rendre cette chirurgie impossible. Les patients atteints d'EI à E. faecalis sur valve prothétique traités par une antibiothérapie sans intervention chirurgicale présentent un risque élevé de rechute et nécessitent une surveillance attentive. Un traitement par de l'amoxicilline orale pendant un an après la fin des six semaines de traitement conventionnel semble être une bonne solution, mais doit être évalué par d’autres équipes.
Document type :
Master Thesis
Complete list of metadata

https://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-03096530
Contributor : Pharmacie Amu <>
Submitted on : Tuesday, January 5, 2021 - 8:28:38 AM
Last modification on : Wednesday, January 6, 2021 - 3:27:01 AM
Long-term archiving on: : Wednesday, April 7, 2021 - 9:30:15 AM

File

GIUDICE Anthony. Mémoire de D...
Files produced by the author(s)

Identifiers

  • HAL Id : dumas-03096530, version 1

Citation

Anthony Giudice. Rechute d’endocardite infectieuse a enterococcus faecalis sur bioprothèse : à propos de quatre cas. Sciences pharmaceutiques. 2020. ⟨dumas-03096530⟩

Share

Metrics

Record views

161

Files downloads

74