Existe-t-il un écart de prise en charge de la douleur chronique selon le genre des patients ? Le point de vue des patients - DUMAS - Dépôt Universitaire de Mémoires Après Soutenance Access content directly
Master Thesis Year : 2020

Existe-t-il un écart de prise en charge de la douleur chronique selon le genre des patients ? Le point de vue des patients

Abstract

Introduction : la prévalence de la douleur chronique est estimée entre 15 % et 31,7% dans la population française, mais en France comme internationalement, la prévalence de la douleur chronique est supérieure chez les femmes. De nombreuses études ont cherché à comprendre les raisons de cet écart hommes-femmes, et des facteurs hormonaux, des différences dans la prévalence de maladies entraînant une douleur chronique, des différences quant à la sensibilité à la douleur, des différences quant aux stratégies d’adaptation psychologique, et des croyances socio-culturelles et les rôles de genre ont été explorés. Un biais de genre de la part des soignants dans la prise en charge des patients douloureux chroniques semble pouvoir jouer un rôle. Objectif : décrire les représentations et le vécu des patients atteints de douleur chronique concernant la prise en charge de leurs douleurs, et l'influence que le genre peut avoir sur celle-ci. Matériels et méthodes : une étude qualitative sur la base d’entretiens semi-directifs a été réalisée auprès de patients souffrant d’une douleur évoluant depuis de 3 mois recrutés à des cabinets de médecine générale aux Pyrénées-Orientales. L’approche théorique choisie était fondée sur la théorisation ancrée et une variation maximale était cherchée lors du recrutement. Résultats et discussion : 15 patients, dont 11 femmes et 4 hommes, ont été recrutés. Globalement les patients interrogés ne perçoivent pas de biais de genre de la part des soignants, mais le genre influence le discours dans une plus ou moindre mesure. Si des discriminations sur la base du genre sont ressenties quant à la douleur chronique, elles sont surtout constatées par certaines femmes, s’inscrivant dans des contextes spécifiques (familiaux, abus). La vie domestique et le soin d’autrui interagit de manière importante avec l’histoire médicale de certaines femmes, entraînant parfois une négligence de soi. Les hommes ont tendance à mettre l’accent sur les aspects physiques et les femmes à évoquer le contexte relationnel, affectif et psychologique, mais les hommes font aussi preuve de vulnérabilité et les femmes de ténacité. Quant aux stéréotypes de genre, certains patients disent n’y attacher aucune importance, alors que d’autres attribuent aux femmes une plus grande résistance à la douleur, attribuée à leurs particularités reproductives. Une minorité admet aussi des préférences de genre pour les médecins. Conclusion : il n’y a pas de perception de biais de genre de la part des soignants dans cet échantillon, mais le fait que le genre semble jouer un rôle subtil dans les trajectoires des patients souligne l’importance de prendre en compte les aspects psycho-sociaux de la douleur chronique en médecine générale.
Fichier principal
Vignette du fichier
Thèse Samuel De Bie version finale PDF 2 pages de garde-1.pdf (7.33 Mo) Télécharger le fichier
Origin : Files produced by the author(s)

Dates and versions

dumas-03109091 , version 1 (13-01-2021)

Identifiers

  • HAL Id : dumas-03109091 , version 1

Cite

Samuel de Bie. Existe-t-il un écart de prise en charge de la douleur chronique selon le genre des patients ? Le point de vue des patients. Sciences du Vivant [q-bio]. 2020. ⟨dumas-03109091⟩
131 View
222 Download

Share

Gmail Facebook X LinkedIn More