Perception du respect de la confidentialité par les médecins généralistes au sein de leur propre cabinet : une étude qualitative - DUMAS - Dépôt Universitaire de Mémoires Après Soutenance Access content directly
Master Thesis Year : 2020

General practitioners' perception of the respect of confidentiality in their own medical office: a qualitative study

Perception du respect de la confidentialité par les médecins généralistes au sein de leur propre cabinet : une étude qualitative

Abstract

Background: confidentiality is a legal and ethical obligation for any doctor. Except for the secure medical software, there are no guidelines for the layout and the organization of the medical office to guarantee it. Several studies show that confidentiality is not always respected in medical offices. Objectives: the objective was to explore the perception that general practitioners have of the respect of confidentiality within their own medical office and to analyze the risky situations identified by doctors, the improvements made and the impediments encountered. Methods: a qualitative study by semi-directed interviews was carried out with 12 general practitioners in the Nouvelle-Aquitaine region. A thematic analysis of the content was carried out using double coding. Results: general practitioners were aware that confidentiality was regularly breached in their offices despite the importance they gave to it. Three sources of his rupture were distinguished: the structure of the medical office, communication tools and professional vigilance. The themes identified for the first one were sound and visual insulation; for the second one, the common medical software, drafting correspondence, telephone disturbance and communication without verification of the correspondent. The third covered respect for anonymity, out-of-office discussions and secret to families. The limiting factors for improving confidentiality were the lack of knowledge, the cost of accommodation, the overwork and the lack of discussion on this subject. Conclusion: general practitioners identify a multifactorial origin to the lack of confidentiality in their medical office. They are aware of being the main actors in its respect. Talking with other practice stakeholders and patients could improve it.
Contexte : la confidentialité est une obligation légale et déontologique pour tout médecin. Excepté pour le logiciel médical sécurisé, il n’y a pas de directive qui réglemente l’aménagement et l’organisation du cabinet pour la garantir. Plusieurs études montrent que la confidentialité n’est pas toujours respectée dans les cabinets libéraux. Objectif : l’objectif était d’explorer la perception qu'ont les médecins généralistes du respect de la confidentialité au sein de leur propre cabinet et d’analyser les situations à risque identifiées par les médecins, les aménagements entrepris et les freins rencontrés. Méthode : une étude qualitative par entretiens semi-dirigés a été menée auprès de 12 médecins généralistes de la région Nouvelle-Aquitaine. Une analyse thématique du contenu a été réalisée au moyen d’un double codage. Résultats : les généralistes avaient conscience que la confidentialité était régulièrement mise en défaut au sein de leur cabinet malgré l’importance qu’ils lui accordaient. Trois sources de sa rupture étaient distinguées : la structure du cabinet, les outils de communication et la vigilance professionnelle. Les thématiques identifiées étaient pour la première l’isolation phonique et visuelle ; pour la deuxième, le logiciel médical commun, la rédaction des courriers, le dérangement téléphonique et la communication sans vérification du correspondant. Dans la troisième, étaient abordés le maintien de l’anonymat, les échanges hors du bureau et le secret vis-à-vis des familles. Les facteurs limitants l’amélioration de la confidentialité étaient le manque de connaissance, le coût des aménagements, la surcharge de travail et l’absence d’échange sur ce sujet. Conclusion : les généralistes identifient une origine multifactorielle au défaut de confidentialité dans leur cabinet. Ils ont conscience d’être les acteurs principaux de son respect. Échanger avec les autres intervenants du cabinet et les patients pourrait l’améliorer.
Fichier principal
Vignette du fichier
Med-Generale_2020_Bec.pdf (1.23 Mo) Télécharger le fichier
Origin : Files produced by the author(s)

Dates and versions

dumas-03116630 , version 1 (20-01-2021)

Identifiers

  • HAL Id : dumas-03116630 , version 1

Cite

Johanna Bec. Perception du respect de la confidentialité par les médecins généralistes au sein de leur propre cabinet : une étude qualitative. Médecine humaine et pathologie. 2020. ⟨dumas-03116630⟩
62 View
334 Download

Share

Gmail Facebook X LinkedIn More