Mycoplasma genitalium en milieu carcéral, étude observationnelle au centre pénitentiaire de Bordeaux-Gradignan - DUMAS - Dépôt Universitaire de Mémoires Après Soutenance Access content directly
Master Thesis Year : 2020

Mycoplasma genitalium in prison, observational study at the Bordeaux Gradignan penitentiary center

Mycoplasma genitalium en milieu carcéral, étude observationnelle au centre pénitentiaire de Bordeaux-Gradignan

Abstract

Introduction : la population carcérale est une population vulnérable à risque d'infections sexuellement transmissibles (IST). Mycoplasma genitalium (Mg) est une IST dont le traitement repose sur les macrolides. Leur efficacité diminue du fait d'une augmentation des résistances. Le but de cette étude est d'estimer la prévalence de Mg en milieu carcéral, de définir les caractéristiques médico-sociales des patients infectés et les manifestations cliniques, d'évaluer le taux de résistance aux macrolides et la prise en charge thérapeutique. Matériels et méthodes : étude rétrospective et monocentrique au centre pénitentiaire de Bordeaux-Gradignan consistant à analyser les résultats des PCR réalisées de septembre 2018 à mai 2019. Résultats : 188 personnes ont été incluses dont 171 hommes (91%). L'âge moyen était de 28,7 ans. La prévalence de Mg était de 11,7% (n=22). Le seul facteur sociodémographique lié à l'infection à Mg était le statut en couple. L’infection à Mg était statistiquement associée à l’infection à Chlamydia trachomatis (Ct). Parmi les patients qui étaient positifs à Ct (n=24), 29,2 % étaient positifs à Mg (n=7), contre moins de 10% (n=15) pour ceux négatifs à Ct (n=164) (p<0,011). Dix huit des 22 patients positifs à Mg étaient asymptomatiques (81,8%). Parmi les tests interprétables (n=16), 93,8% étaient sensibles aux macrolides. 68,2% des patients ont été traités par azithromycine pendant 5 jours. Sur les 7 tests de contrôle réalisés, 4 étaient positifs mais avaient été réalisés dans le mois suivant le traitement. Conclusion : cette étude montre une prévalence importante de Mg en milieu carcéral puisqu’il s’agit de la 2ème IST après Ct. Le taux de résistance aux macrolides était faible chez les patients incarcérés. Les co-infections Mg/Ct étaient élevées avec un risque d'induire des résistances lors d'un traitement par azithromycine en dose unique. En l'absence de dépistage systématique de Mg, il faudrait privilégier le traitement par doxycycline pour traiter Ct.
Fichier principal
Vignette du fichier
Med_generale_2020_Pastant.pdf (412.63 Ko) Télécharger le fichier
Origin : Files produced by the author(s)

Dates and versions

dumas-03116773 , version 1 (20-01-2021)

Identifiers

  • HAL Id : dumas-03116773 , version 1

Cite

Alizée Pastant. Mycoplasma genitalium en milieu carcéral, étude observationnelle au centre pénitentiaire de Bordeaux-Gradignan. Médecine humaine et pathologie. 2020. ⟨dumas-03116773⟩
91 View
671 Download

Share

Gmail Facebook X LinkedIn More