Skip to Main content Skip to Navigation
Master Thesis

La grande absinthe : Artemisia absinthium L. Asteracées

Résumé : L'absinthe est reconnue depuis très longtemps comme plante médicinale. Elle appartient à la famille des Astéracées et sa formule florale en fait une Radiée. En effet, elle a des capitules hétérogames avec des dispositions diverses de fleurs hermaphrodites, mâles, femelles ou stériles. Elle appartient à la tribu des Anthémidées, et le genre Artemisia dont elle fait partie compte environ 300 espèces. La section absinthium est caractérisée par des fleurs centrales fertiles et un réceptacle pourvu de longs poils. L'absinthe est répandue dans les endroits pierreux de presque toute l'Europe et des autres parties du monde en zone tempérée. Sur le plan chimique, les feuilles, les fleurs et les racines sont les parties les plus riches en principes actifs. Les parties aériennes, plus particulièrement, sont riches en lactones sesquiterpéniques et en huile essentielle. Les lactones sesquiterpéniques sont d'ailleurs plus étudiées depuis quelques années, et environ 500 ont été isolées, dont la plupart proviennent d'espèces d'Astéracées. Les lactones sesquiterpéniques de l'absinthe appartiennent aux groupes des guaianolides, germacranolides et eudesmanolides, et l'absinthine serait le composé majoritaire. L'huile essentielle renferme de nombreux constituants, et sa composition varie en fonction du stade de maturation de la plante, de l'organe considéré et de l'origine géographique. On classe ainsi la plante en différents types chimiques selon la composition de son huile essentielle. Il en existe un qui renferme la thuyone en grande majorité. A côté des lactones sesquiterpéniques et de l'huile essentielle, !'absinthe est riche en dérivés acétyléniques, stérols, oligosaccharides, lignanes, acides gras, acides aminés et dérivés polyphénoliques. Ce sont surtout les oligosaccharides et les lignanes que l'on retrouve dans les racines. L'idée d'une toxicité de l'absinthe est apparue au XIXe siècle avec la liqueur qui connut un vif succès jusqu'au début du XXe siècle. Nous avons cité les différentes recettes de cette liqueur qui pouvait titrer jusqu'à 65°. Aux troubles habituels rencontrés chez les alcooliques s'ajoutaient des crises d'épilepsie caractéristiques chez les grands consommateurs de la liqueur d'absinthe. C'est à la thuyone, cétone monoterpénique présente dans l'huile essentielle, que l'on doit la toxicité de la plante. Il s'agit d'un principe convulsivant qui présente, selon DEL CASTILLO, une analogie structurale avec le tétrahydrocannabinol, composé toxique du Chanvre Indien. Cette action toxique est à l'origine de la loi du 16 mars 1915 interdisant la circulation et la vente de la liqueur d'absinthe et des boissons renfermant de la thuyone. Il est important de noter qu'aucun travail scientifique concernant les soi-disantes propriétés hallucinogènes de l'essence d'absinthe n'a encore été publié, alors que les études faites sur les propriétés toxiques de la thuyone sont nombreuses. La thuyone confère également à la plante ses propriétés emménagogues. C'est à l'absinthine que l'on doit les propriétés digestives, en particulier pour ouvrir l'appétit et faciliter la digestion. Le chamazulène est antiinflammatoire. L'absinthe possède d'autres propriétés reconnues depuis longtemps ; elle est vermifuge, cholagogue, diurétique. Plus récemment, des chercheurs lui ont trouvé d'autres activités thérapeutiques : anticonceptionnelle, antipyrétique, antibactérienne, antifongique, antiparasitaire, et actuellement, les recherches sont orientées sur l'identification des constituants responsables de ces diverses activités. Plus de 60 formules à base d'absinthe ont été autrefois inscrites dans le formulaire pharmaceutique et la Pharmacopée. Il n'en reste aujourd'hui plus que quelques-unes utilisées par les phytothérapeutes pour leurs propriétés digestives, vermifuge, fébrifuge et antiinflammatoire. L'absinthe est donc plus ou moins tombée en désuétude, peut-être à cause de l'abandon des préparations magistrales, peut-être à cause de la prohibition de la liqueur. Mais elle peut présenter dans l'avenir d'intéressantes perspectives d'études, principalement dans son activité schizonticide. En effet, beaucoup de travaux sont réalisés sur le genre Artemisia qui aurait une action antiparasitaire. Elle pourrait donc retrouver une certaine importance si ces perspectives se confirment dans l'avenir.
Document type :
Master Thesis
Complete list of metadatas

https://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-03117482
Contributor : Jean-Hugues Morneau <>
Submitted on : Thursday, January 21, 2021 - 11:22:23 AM
Last modification on : Friday, January 22, 2021 - 3:11:37 AM

Identifiers

  • HAL Id : dumas-03117482, version 1

Citation

Fabienne Guttin. La grande absinthe : Artemisia absinthium L. Asteracées. Sciences pharmaceutiques. 1992. ⟨dumas-03117482⟩

Share

Metrics

Record views

69

Files downloads

7