Skip to Main content Skip to Navigation
Master Thesis

Analyse comparative des infections et colonisations associées au cathéter urinaire et différences entre les recommandations et la pratique clinique

Résumé : Contexte : L’infection urinaire est la première cause d'infection associée aux soins dans le monde. Le cathéter urinaire en est le principal facteur de risque. Devant une suspicion clinique d’infection urinaire, l’examen cytobactériologique des urines (ECBU) est l’analyse microbiologique de choix et son interprétation nécessite d’avoir ces informations cliniques. Distinguer infection urinaire associée au cathéter (IUAC) et colonisation urinaire associée au cathéter (CUAC) peut être difficile. Cela conduit à des prescriptions inappropriées d’ECBU et à des traitements anti-infectieux inutiles en cas de CUAC. L'objectif de l'étude était de comparer les IUAC et les CUAC pendant trois mois au CHU de Clermont-Ferrand et d’évaluer les différences entre les recommandations et la pratique. Méthodologie : Les ECBU positifs sur cathéter urinaire ont été recueillis. L’analyse rétrospective des dossiers a été réalisée avec un médecin infectiologue. Selon les recommandations, chaque épisode a été classé en IUAC ou CUAC. Les deux groupes ont été comparés à l’aide d’une analyse univariée puis multivariée. La pertinence de la prescription d’ECBU et la conformité des traitements anti-infectieux ont été évaluées par rapport aux référentiels. Résultats : Sur 540 ECBU positifs collectés, 374 (69 %) ont été analysés etclassés en 100 IUAC (27 %) et 274 CUAC (73 %). En analyse uni ou multivariée, aucun facteur de risque n’était associé à l’IUAC. Parmi les symptômes d’infection urinaire, seuls la fièvre (p < 0,001), les signes fonctionnels urinaires (p < 0,001), l’asthénie (p = 0,008) et l’hyperleucocytose (p = 0,015) étaient statistiquement associés aux IUAC. Ce n’était pas le cas pour l’insuffisance rénale, l’élévation de la CRP, l’altération du statut mental ou l’hypotension artérielle. Les patients de plus de 80 ans avaient moins d’épisodes fébriles (p = 0,019), une augmentation de l’asthénie (p = 0,031) et de l’insuffisance rénale (p < 0,001). Les CUAC présentaient une plus grande diversité microbienne et statistiquement plus d’entérobactéries productrices de béta-lactamase à spectre étendu (p = 0,01). Les ECBU étaient injustifiés dans 28,3 % des cas, principalement des CUAC, avec pour motifs : augmentation isolée de la CRP, retrait du cathéter urinaire, urines malodorantes ou foncées. Les traitements des 93 IUAC étaient conformes aux référentiels dans 83,9 % des cas, 6,4 % ne l’étaient pas et 9,7 % l’étaient partiellement. Un traitement anti-infectieux a été prescrit pour 26 (9,3 %) CUAC. Conclusion : Malgré les recommandations, il demeure difficile de diagnostiquer et de traiter les IUAC d'où une proportion injustifiée d’ECBU sur cathéter urinaire et des traitements anti-infectieux inappropriés ou inutiles. Cela peut conduire à la sélection des bactéries multi-résistantes avec un risque de transmission croisée notamment à partir des patients colonisés. Il est nécessaire d'améliorer la connaissance des recommandations par la formation des professionnels de santé.
Document type :
Master Thesis
Complete list of metadata

https://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-03118349
Contributor : Santé Uca Connect in order to contact the contributor
Submitted on : Friday, January 22, 2021 - 10:25:16 AM
Last modification on : Monday, February 22, 2021 - 9:16:13 AM
Long-term archiving on: : Friday, April 23, 2021 - 7:00:51 PM

File

PRADAL Maïlys.pdf
Files produced by the author(s)

Identifiers

  • HAL Id : dumas-03118349, version 1

Collections

Citation

Maïlys Pradal. Analyse comparative des infections et colonisations associées au cathéter urinaire et différences entre les recommandations et la pratique clinique. Sciences du Vivant [q-bio]. 2020. ⟨dumas-03118349⟩

Share

Metrics

Record views

90

Files downloads

90