Skip to Main content Skip to Navigation
Master Thesis

État des lieux des pratiques en épuration extra-rénale continue dans les services de réanimation français de 2015 à 2018

Résumé : Objectif de l’étude : l’insuffisance rénale aiguë (IRA) survient chez 20 à 50% des patients de réanimation dont 10 à 20% nécessiteront au moins une séance d’épuration extra-rénale (EER). Plusieurs enquêtes de pratique sur l’EER ont été publiées, cependant toutes ces enquêtes ont été menées à partir de questionnaires et aucune à notre connaissance ne s’est basée sur les données issues des machines d’EER. L’objectif de notre étude est de réaliser l’état des lieux des pratiques en EER dans les réanimations françaises sur la période 2015 à 2018. Matériel et méthodes : il s’agit d’une étude rétrospective, observationnelle et multicentrique. Les données ont été récoltées sur la période du 1/01/2015 au 31/06/2018 de façon anonyme à partir des cartes mémoire des moniteurs PRISMAFLEX® (Baxter, France). Les critères d’inclusion étaient : traitements réalisés en EER de type hémofiltration continue (CVVH), hémodiafiltration continue (CVVHDF) ou hémodialyse continue (CVVHD) chez des sujets adultes. Nous avons exclu tous les traitements d’une durée inférieure à 30 min ou ayant produit moins de 100 ml d’effluent. L’analyse statistique a été réalisée en analyse univariée avec le test de Mann-Whitney. Résultats & Discussion : nous avons collecté les données de 78 services de réanimation. Au total 45 333 traitements ont été récupérés dont 29 927 répondant aux critères d’inclusion. Parmi ces traitements, 7 838 (26%) étaient réalisés en anticoagulation régionale au citrate (ARC). Parmi les 22 089 traitements réalisés en non ARC, 10 415 (48%) étaient réalisés en CVVH, 11 130 (50%) en CVVHDF et 544 (2%) en CVVHD. La durée de vie médiane du traitement en ARC était significativement plus longue qu’en anticoagulation en héparine (35 heures [14-63] vs. 19 heures [9-39]) (p<0,001). Les motifs d’arrêt de traitement étaient dans 36% des cas une décision prise par l’équipe médicale, dans 24% des cas une dysfonction du cathéter et dans 24% des cas une dysfonction du filtre. Dans notre étude, la dose d’épuration médiane était de 36 ml/kg/h [30-43]. Cependant, ce taux médian ne tient pas compte des périodes de « downtime » estimées dans notre étude à 15% du temps de traitement. En prenant en compte ces temps d’arrêt, la dose d’épuration délivrée serait réduite à 30 ml/kg/h. Conclusion : cette étude constitue le premier travail évaluant les pratiques réelles d’utilisation de l’EERc en service de réanimation. Cette photo constitue un point de départ pour l’optimisation des pratiques d’EERc en service de réanimation.
Complete list of metadatas

https://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-03132018
Contributor : Faculté de Médecine Amu <>
Submitted on : Thursday, February 4, 2021 - 5:41:45 PM
Last modification on : Saturday, February 6, 2021 - 3:18:30 AM

File

Thèse Kevin COT.pdf
Files produced by the author(s)

Identifiers

  • HAL Id : dumas-03132018, version 1

Collections

Citation

Kevin Cot. État des lieux des pratiques en épuration extra-rénale continue dans les services de réanimation français de 2015 à 2018. Sciences du Vivant [q-bio]. 2018. ⟨dumas-03132018⟩

Share

Metrics

Record views

35

Files downloads

5