Étude descriptive des patientes infertiles présentant un syndrome des ovaires polykystiques en Guadeloupe - DUMAS - Dépôt Universitaire de Mémoires Après Soutenance Access content directly
Master Thesis Year : 2018

Descriptive study of infertile patients with polycystic ovary syndrome in Guadeloupe

Étude descriptive des patientes infertiles présentant un syndrome des ovaires polykystiques en Guadeloupe

Abstract

Polycystic ovary syndrome (PCOS) is the first endocrine disorder responsible for infertility. PCOS is associated with obesity and increased risk of type-2 diabetes mellitus (T2DM) whose prevalence is high in Afro Caribbean (AC) people. To our knowledge, there is no data about the metabolic profile of infertile AC women with PCOS. Aim: to evaluate the prevalence of PCOS in infertile AC women and analyse their metabolic profile compared to that of non-PCOS AC infertile women. Methods: A retrospective study on infertile AC women was performed in the Caribbean Reproduction Center between 2013 and 2017. PCOS was diagnosed using Rotterdam criteria. Non-PCOS women referred consecutively for infertility in the same period constituted a control group. Results: Among 981 AC women evaluated for infertility, PCOS was found in 17%. PCOS women were younger than non-PCOS women (31.6 vs 37.6 years, p=0.0001). Clinical and biochemical metabolic profile including vitamin D status was not different between PCOS and non-PCOS women. PCOS was negatively correlated with age, HDL cholesterol and vitamin D. Multivariate analysis showed that only the age was independently related with PCOS after adjustment for age and BMI. Conclusion: Prevalence of PCOS in our study is close to that classically described in women of reproductive age. The metabolic profile was similar in PCOS and non-PCOS AC women in a population where prevalence of metabolic disorders is globally increased. Interventional study in young PCOS women with low HDL-CT and vitamin D levels would be useful to evaluate if improving these parameters influences women's fertility.
Introduction : Le syndrome des ovaires polykystiques (SOPK) est la première cause d'infertilité endocrinienne chez la femme jeune. Il est fréquemment associé à une obésité et à un risque accru de développer un diabète de type 2 (DT2) dont la prévalence est élevée chez les sujets d'origine Afro caribéenne (AC). À notre connaissance, il n'existe pas de donnée sur le profil métabolique des femmes AC infertiles avec SOPK. Objectif : évaluer la prévalence du SOPK chez les femmes AC infertiles et analyser leur profil métabolique comparé à celui des femmes infertiles sans SOPK. Méthodes : Réalisation d’une étude rétrospective analysant les données des femmes AC infertiles adressées au Centre Caribéen de Médecine de la Reproduction du Centre Hospitalier Universitaire (CHU) de Guadeloupe entre 2013 et 2017. Le SOPK était diagnostiqué selon les critères de Rotterdam 2003. Le groupe des témoins était constitué de manière aléatoire en incluant les patientes infertiles sans SOPK prises en charge consécutivement sur la même période. Résultats : Parmi les 981 femmes AC infertiles, le SOPK était diagnostiqué chez 17% d’entre elles. Les femmes avec un SOPK étaient significativement plus jeunes que les autres femmes infertiles (31,6 vs 37,6 ans, p = 0,0001). Le profil métabolique, clinique et biologique, y compris le statut en vitamine D, ne différait pas entre elles. Des corrélations négatives significatives existaient entre le SOPK et l'âge, le HDL-cholestérol et la vitamine D. L'analyse multivariée montrait que seul l'âge était indépendamment lié au SOPK après ajustement à l’âge et à l'IMC. Conclusion : Dans notre étude, la prévalence du SOPK était proche de celle décrite classiquement chez les femmes en âge de procréer. Le profil métabolique était similaire chez les femmes avec SOPK et sans SOPK dans une population où la prévalence des pathologies cardiométaboliques est globalement accrue. Une étude longitudinale et interventionnelle ciblant les femmes jeunes, infertiles et atteintes d’un SOPK, présentant des concentrations basses de HDL-CT et de vitamine D, serait utile pour évaluer si l'amélioration de ces paramètres influencerait la fertilité et l’apparition des pathologies cardiométaboliques chez ces femmes.
Fichier principal
Vignette du fichier
ThEse__Brouzeng Lacoustille_Charlotte.pdf (1.9 Mo) Télécharger le fichier
Origin : Files produced by the author(s)

Dates and versions

dumas-03136661 , version 1 (09-02-2021)

Identifiers

Cite

Charlotte Brouzeng-Lacoustille. Étude descriptive des patientes infertiles présentant un syndrome des ovaires polykystiques en Guadeloupe. Endocrinologie et métabolisme. 2018. ⟨dumas-03136661⟩
275 View
699 Download

Share

Gmail Facebook X LinkedIn More