Skip to Main content Skip to Navigation
Master Thesis

L'interleukine 2 en immunothérapie clinique

Résumé : L'amélioration des connaissances en immunologie cellulaire et moléculaire et la grande disponibilité des cytokines humaines recombinantes ont ouvert le champ à la thérapie antinéoplasique, qui exploite les réponses immunologiques contre les tumeurs. Le succès de l'IL-2 dans le traitement des patients souffrant de carcinomes métastatiques rénaux et de mélanomes malins a donné lieu à une vaste recherche de l'activité antitumorale, induite par les cytokines, de diverses cellules immunes. Quoiqu'il en soit, à notre connaissance, il n'y a pas eu d'étude statistique ou prospective montrant l'efficacité de ce traitement, comparée aux thérapies conventionnelles. De plus, dans la plupart des cancers avancés, le suivi a été de courte durée, ce qui peut limiter l'évaluation de l'efficacité clinique. À présent, la plus grande part de la recherche sur l'IL-2 est concentrée sur les modalités nécessaires pour augmenter l'efficacité et la spécificité des mécanismes antitumoraux induits par l'IL-2. Un certain nombre d'essais cliniques sont conduits pour évaluer les différents régimes en IL-2 ; ces études peuvent conduire à une atténuation de la toxicité liée à l'IL-2 par diminution des doses avec préservation des effets thérapeutiques. Les résultats préliminaires obtenus avec l'administration locale d'IL-2 montrent des réponses significatives pour des niveaux de toxicité réduits ; Il semble que ces nouveaux protocoles alternatifs par rapport aux fortes doses d'IL-2 injectée conventionnellement (IV) vont faire de l'immunothérapie antinéoplasique une technique de soins mieux adaptée à chaque malade. Une autre tentative a été de combiner l'IL-2 avec des cellules effectrices ou divers agents antinéoplasiques. Alors que le bénéfice thérapeutique de ces régimes combinatoires reste à établir, l'approche "sur mesure" de la biothérapie contre le cancer devient de plus en plus adéquate, cliniquement. Pour la première fois, l'usage de cellules antinéoplasiques autologues, les Til, pour l'obtention d'une réponse immune antitumorale permet un traitement personnalisé à des niveaux de spécificité que ne surpasse pas la thérapie conventionnelle. En résumé, l'usage de la biothérapie contre le cancer est encore à un stade peu avancé et on devra travailler davantage à établir les modalités de ce traitement en relation avec la chirurgie, la chimiothérapie et la radiothérapie. Des efforts continus sont fournis pour diminuer la complexité du traitement. Pour permettre un usage plus généralisé de cette biothérapie, on visera à adapter ce traitement aux consultations externes. Ceci aidera à améliorer la qualité de vie des malades à faible espérance de vie. Le rôle de cette biothérapie dans des régimes à multimodalités n'est toujours pas défini. De récentes études ont montré que les lymphocytes killers sont parmi les premières cellules immunitaires à revenir à leur taux initial après la chimiothérapie. Ainsi une combinaison d'agents chimio- et immunothérapeutiques peut aider à la restauration du système immunitaire endommagé et contribuer au soin de la maladie résiduelle. La p1ace réelle de l'IL-2 en cancérologie ne pourra être déterminée que par la réalisation d'études de phase II et de phase III, portant sur des populations de malades précises et évaluées rigoureusement par des équipes de cancérologie pluridisciplinaires maitrisant bien la méthodologie des essais thérapeutiques. De tels essais ne se conçoivent que dans les centres disposant des infrastructures de laboratoires permettant les investigations biologiques - en particulier immunologiques - nécessaires à la compréhension des mécanismes impliqués dans les réponses thérapeutiques. La réalisation rapide de ces essais pose des problèmes de formation des cancérologues médicaux mais surtout de politique hospitalière. Ils seront le champ d'expérience de nouveaux types de relation entre structures hospitalières, laboratoires de recherche et industrie pharmaceutique. L'usage thérapeutique des cytokines et des cellules cytotoxiques peut aider à redéfinir le cancer comme une entité biologique, destinée à être vaincue par la modulation cellulaire et moléculaire des fonctions immunitaires in vivo.
Document type :
Master Thesis
Complete list of metadatas

https://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-03143121
Contributor : Jean-Hugues Morneau <>
Submitted on : Tuesday, February 16, 2021 - 3:42:36 PM
Last modification on : Wednesday, February 17, 2021 - 3:10:38 AM

File

1992GRE17012_andre_patrice_FB_...
Files produced by the author(s)

Identifiers

  • HAL Id : dumas-03143121, version 1

Citation

Patrice André. L'interleukine 2 en immunothérapie clinique. Sciences pharmaceutiques. 1992. ⟨dumas-03143121⟩

Share

Metrics

Record views

35

Files downloads

12