Skip to Main content Skip to Navigation
Master Thesis

Les stratégies de communication de l’Institut de Magnus Hirschfeld (1919-1933)

Résumé : Berlin fait aujourd’hui figure de capitale de la liberté sexuelle. Cette impression de liberté a des racines historiques. Dans les années vingt, Berlin régnait déjà en « Babylone du monde » incontestée. La ville devint l’épicentre des mouvements de réformes du mode de vie (Lebensreform) et de la réforme sexuelle (Sexualreform). Dès cette époque, un réseau d’associations militantes, regroupant médecins et travailleurs sociaux, menait des actions de sensibilisation auprès du grand public pour tenter de faire tomber le tabou funeste qui entourait la sexualité. Les centres de consultation en sexualité distribuaient des moyens de contraception et dispensaient des cours d’éducation sexuelle. Le premier d’entre eux, créé en 1919 dans le quartier de Tiergarten, est l’oeuvre de Magnus Hirschfeld. L’Institut de science de la sexualité de Magnus Hirschfeld fut l’un des organes de mise en discours de la sexualité, un des premiers centres de recherches médicales, psychologiques et sociales à affirmer que la sexualité était « une fonction biologique normale, acceptable sous quelque forme qu’elle se présente ». L’Institut mettait un point d’honneur à publier ses résultats et à susciter des débats publics autour des questions brûlantes: l’homosexualité, la contraception, l’avortement, les restrictions que lui imposait la morale religieuse. En raison de cet engagement humaniste qui faisait fi de la morale figée intraitable, instillée par les églises et les milieux conservateurs, l’Institut tomba dans le collimateur des nazis. Le 6 mai 1933, des hordes d’étudiants nazis envahirent l’Institut pour se livrer à un pillage systématique. Lors de l’autodafé du 10 mai, ils brûlèrent des rayons entiers de sa bibliothèque ainsi qu’un buste de Magnus Hirschfeld, bouc-émissaire de la presse antisémite, incarnation des valeurs qu’honnissait l’idéologie national-socialiste: le libéralisme moral, la social-démocratie, le judaïsme, l’homosexualité. Hirschfeld, qui était à l’étranger, décida de ne pas rentrer en Allemagne. La fermeture officielle de l’Institut fut sanctionnée le 14 juin par le préfet de police berlinois. Les locaux furent ensuite loués à des associations anti-juives et anti-communistes. Cette étude cherche à montrer la diversité des actions mises en oeuvre par l’Institut auprès du grand public : Quels types de médias furent convoqués ? Quelle stratégie de communication servaient-ils ? Comment le travail de l’Institut s’articulait-il avec le pouvoir ? Reproduisait-il délibérément des visions normatives déjà existantes ? Ou bien cherchait-il à ménager un espace de liberté où pût s’exprimer l’ « exubérance sexuelle de l’homme » ? L’Institut de Magnus Hirschfeld initia une entreprise libératrice, très en avance sur son temps. Conscient du fossé qui existait entre la législation et la réalité des moeurs, on parait au plus pressé pour atténuer les drames individuels suscités par la misère sexuelle. L’Institut apportait un soutien psychologique aux homosexuels, leur inculquait des stratégies de défense et de résistance passive. Au moyen de contraceptifs, on tentait des résorber la paupérisation ouvrière, l’entassement des familles dans des logements d’une pièce insalubre, la détresse physique des femmes actives qui enchaînaient les grossesses. Les campagnes de prévention mettaient également en garde contre les maladies sexuellement transmissibles, soulignaient le sérieux de l’érotisme. L’analyse des publications et des interventions publiques, qui sont autant d’événements discursifs de l’Institut, révèle que le projet de débarrasser le discours moral de l’hypocrisie et de la fausse pudeur, d’ajuster les lois aux évolutions effectives de la sexualité, n’allait pas toutefois sans communiquer des valeurs traditionnelles. De façon partiellement inconsciente, les divers documents reproduisent des lieux communs, inconciliables avec les intentions libéralisatrices proclamées. Des traits de misogynie, d’eugénisme, de racisme social apparaissent en filigranes. Il n’empêche que l’Institut contribua considérablement à la mise en discours rationnelle de la sexualité ainsi qu’à la diffusion de la réforme sexuelle.
Complete list of metadata

https://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-03144453
Contributor : Memoires Diderot <>
Submitted on : Wednesday, February 17, 2021 - 4:03:45 PM
Last modification on : Monday, February 22, 2021 - 10:52:43 AM
Long-term archiving on: : Tuesday, May 18, 2021 - 7:36:47 PM

File

BERNIER-MONOD_Agathe_2010_memo...
Files produced by the author(s)

Identifiers

  • HAL Id : dumas-03144453, version 1

Collections

Citation

Agathe Bernier-Monod. Les stratégies de communication de l’Institut de Magnus Hirschfeld (1919-1933). Sciences de l'Homme et Société. 2010. ⟨dumas-03144453⟩

Share

Metrics

Record views

53

Files downloads

89