Skip to Main content Skip to Navigation
Master Thesis

Les facteurs associés aux dommages liés à la consommation d’alcool de tiers, données françaises issues d’une enquête en population générale

Résumé : Les données de l’OMS publiées en 2018 montrent que 3 millions de décès sont attribuables à une consommation nocive d’alcool, ce qui représente 5,3% de l’ensemble des décès mondiaux. Les premières études d’envergure qui se sont intéressées à la problématique des dommages liés à la consommation d’alcool faits au tiers ont été conduites par le Centre for Alcohol Policy Research, situé en Australie, et datent de 2008. Mais depuis ces premiers travaux, l’OMS insiste sur le manque de recherches dédiées à ce sujet. L’objectif principal de l’étude était de présenter la prévalence des dommages liés à la consommation d’alcool de tiers en population française et de rechercher leurs facteurs associés à partir des résultats de l’enquête téléphonique SEAS menée par le collectif européen RHARA en 2014. Après une étape descriptive suivie d’une identification des variables explicatives d’intérêt lors d’une analyse univariée, une analyse multivariée par régression logistique a ensuite été menée. La significativité était retenue au seuil de p<0,05. L’échantillon se composait de 1 701 personnes. Dans l’échantillon, 49,0% (intervalle de confiance à 95% : [46,4 – 52,0]) des répondants étaient des hommes. L’âge était compris entre 18 et 64 ans. Parmi l’ensemble des répondants, 54,0% [51,0 ; 56,0] ont déclaré avoir subi au moins un dommage lié à la consommation d’alcool d’un tiers au cours des 12 mois ayant précédé l’enquête. Le dommage le plus représenté était le fait d’avoir été gêné au moins une fois par un comportement de type vomissement, miction ou dégradation dans un espace public, venant d’une personne ayant consommé de l’alcool (27,0%, [24,7 – 29,0]). Le fait d’être marié ou pacsé diminuait significativement le risque de déclarer chacun des dommages (OR = [0.4 – 0,7]). Pris individuellement, le fait d’être un homme diminuait significativement le risque de déclarer avoir ressenti de la gêne ou un sentiment d’insécurité (dommage 7 (OR = 0,5 [0,4 ; 0,7]) et dommage 8 (OR = 0,7 [0,6 ; 0,9]). Les variables relatives aux habitudes de consommation d’alcool étaient rarement significativement associées avec le risque de déclarer un dommage contrairement aux variables contextuelles telles que connaître un gros buveur (actuellement ou pendant l’enfance). Dans ce travail, nous montrons que le contexte et les caractéristiques socio-démographiques des répondants sont les facteurs préférentiellement associés au risque de déclarer l’existence d’un dommage lié à l’alcoolisation d’un tiers au cours des 12 derniers mois en France. L’importante prévalence en France de ces situations va dans le sens de la nécessité pointée par les rapports de l’OMS et des études publiées de renforcer les actions de prévention et de prise en considération. Enfin, nous pensons qu’il serait intéressant de chiffrer de manière économique afin que les conséquences sociétales de l’alcool soient mieux caractérisées.
Document type :
Master Thesis
Complete list of metadata

https://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-03149684
Contributor : Université Paris Descartes - Scd <>
Submitted on : Tuesday, February 23, 2021 - 11:41:42 AM
Last modification on : Thursday, September 2, 2021 - 3:09:13 AM

File

ThExe_BARANNE_Marie_Laure_DUMA...
Files produced by the author(s)

Licence


Distributed under a Creative Commons Attribution - NonCommercial - NoDerivatives 4.0 International License

Identifiers

  • HAL Id : dumas-03149684, version 1

Citation

Marie-Laure Baranne. Les facteurs associés aux dommages liés à la consommation d’alcool de tiers, données françaises issues d’une enquête en population générale. Médecine humaine et pathologie. 2019. ⟨dumas-03149684⟩

Share

Metrics

Record views

6

Files downloads

3