Évaluation des pratiques du Grand-Ouest concernant l'utilisation d'ancrages osseux à visée orthodontique - DUMAS - Dépôt Universitaire de Mémoires Après Soutenance Access content directly
Master Thesis Year : 2020

Evaluation of practices in the Great West regarding the use of bone anchors for orthodontic purposes

Évaluation des pratiques du Grand-Ouest concernant l'utilisation d'ancrages osseux à visée orthodontique

Abstract

Dental displacement is based on a number of biomechanical principles, including Newton's law of action/reaction. This reaction creates parasitic movements that slow down orthodontic treatments. Better anchoring helps us to control secondary movements and allows us to respect the treatment objectives. After analyzing the factors of failure we will evaluate the practices of the Great West (Normandy and Brittany) in order to compare them with scientific data. A survey was carried out during one month with the help of a questionnaire comprising 21 questions and sent by e-mail to doctors or dentists oral surgeons or stomatologists or orthodontists or maxillo-facial surgeons practising in the Great West. We received 48 responses and out of the 48, 9 were excluded because they had non-inclusion criteria. Minivis are easier to access than plates and practitioners are not always trained on these anchoring means. These aids are most often placed under local anaesthesia and used to close spaces, insert teeth or in Class II but also to reduce treatment times. In preoperatively the cone-beam is not systematic and taking into account the profile of the patient (hyper or hypodivergent) does not change their behaviour. The majority of the minivis placed are self-drilling, with diameters between 1.2 and 1.5mm, placed in gum attached with a screwdriver. Failure does not call into question their use, but if it does occur, the minivis are immediately put back in another site or after healing. There are no more failures observed in the maxilla than in the mandible. The main disadvantages of this technique are the lack of demand and the extra cost. Orthodontic bone anchors are already used by many practitioners in the Great West. This simple and very useful technique deserves to be better exploited with a selection of patients, placement sites, materials used and techniques employed. Thanks to the training of the interns we hope that this method will be more and more applied and better mastered in our territory. The plate type anchorage requires more advanced surgical training and giving up on it by preferring screws only because we do not want to refer a patient seems undesirable.
Le déplacement dentaire fait appel à un certain nombre de principes biomécaniques, parmi lesquels, la loi d'action/réaction édictée par Newton. Cette réaction crée des mouvements parasites ralentissant les traitements orthodontiques. L’apport d’un meilleur ancrage nous aide dans le contrôle des mouvements secondaires et permet de respecter les objectifs de traitement. Après avoir analyser les facteurs d’échecs nous évaluerons les pratiques du Grand-Ouest (la Normandie et la Bretagne) afin de les comparer aux données scientifiques. Une enquête a été réalisée durant un mois avec l’aide d’un questionnaire comprenant 21 questions et envoyé par mail à des médecins ou dentistes chirurgiens oraux ou stomatologues ou orthodontistes ou chirurgiens maxillofaciaux exerçant dans le Grand-Ouest. Nous avons obtenu 48 réponses et sur les 48, 9 ont été exclues car présentant des critères de non inclusion. Les minivis sont plus faciles d’accès que les plaques et les praticiens ne sont pas toujours formés sur ces moyens d’ancrage. Ces auxiliaires sont le plus souvent posés sous anesthésie locale et utilisés pour fermer les espaces, ingresser des dents ou dans les classes II mais aussi pour réduire les temps de traitement. En préopératoire le cone-beam n’est pas systématique et la prise en compte du profil du patient (hyper ou hypodivergent) ne change pas leur conduite à tenir. Les minivis posées en majorité sont autoforantes, de diamètres compris entre 1,2 et 1,5mm, posées en gencive attachée à l’aide d’un tournevis. L’échec ne remet pas en cause leur utilisation mais si il a lieu les minivis sont immédiatement remises dans un autre site ou après cicatrisation. Il n’y a pas plus d’échecs observés au maxillaire qu’à la mandibule. Les principaux inconvénients de cette technique sont le manque de demande et le surcoût. Les ancrages osseux à visée orthodontique sont déjà utilisés par beaucoup de praticiens du Grand-Ouest. Cette technique simple et très utile mérite d’être mieux exploitée avec une sélection des patients, des sites de poses, des matériaux utilisés et des techniques employées. Grâce à la formation des internes nous espérons que cette méthode sera de plus en plus appliquée et mieux maîtrisée sur notre territoire. L’ancrage de type plaque nécessite une formation chirurgicale plus avancée et y renoncer en préférant des vis uniquement parce qu’on ne veut pas référer un patient ne semble pas souhaitable.
Fichier principal
Vignette du fichier
SOUFFLET Elise Chir Orale.pdf (5.91 Mo) Télécharger le fichier
Origin : Files produced by the author(s)

Dates and versions

dumas-03159573 , version 1 (04-03-2021)

Identifiers

  • HAL Id : dumas-03159573 , version 1

Cite

Élise Soufflet. Évaluation des pratiques du Grand-Ouest concernant l'utilisation d'ancrages osseux à visée orthodontique. Médecine humaine et pathologie. 2020. ⟨dumas-03159573⟩
33 View
98 Download

Share

Gmail Facebook X LinkedIn More