Intérêt d'une réunion de concertation pluridisciplinaire (RCP) sur l'évolution à 2 ans après chirurgie dans les pathologies lombaires communes : étude cas-témoins - DUMAS - Dépôt Universitaire de Mémoires Après Soutenance Access content directly
Master Thesis Year : 2020

Interest of a multidisciplinary consultation meeting (MCM) on the evolution at 2 years after surgery in comm on lumbar diseases: a case-control study

Intérêt d'une réunion de concertation pluridisciplinaire (RCP) sur l'évolution à 2 ans après chirurgie dans les pathologies lombaires communes : étude cas-témoins

Abstract

Objectives. The main objective of our study was to assess the impact of a multidisciplinary consultation meeting (MCM) on lumbar and radi cular pain, 2 years after lumbar spinal surgery. The secondary objectives were to assess activity limitations and quality of life, 2 years after lumbar spinal surgery. Methods. We conducted a prospective observational bicentric case-control study. All the patients who had lumbar spinal surgery in the orthopedics department of the Georges Pompidou European Hospital from 1/1/2018 to 9/30/2018 were screened consecutively. Patients meeting the inclusion criteria (i .e. herniated disc, lumbar spinal stenosis, spondylolisthesis, active discopathy) were contacted by mail from 04/16/2020 to 06/21/2020 then, in the absence of a response, by email and telephone, in order to collect outcomes at 2 years. The cases were participants whose case was discussed in the MCM and controls were participants for whom the case was not discussed. Lower back and radicular pain were assessed using a self-administered numerical rating scale, spine-specific activity limitations using the Oswestry Disability Index (ODI), and health -related quality of life using the 12 -Item Short Form Health Survey (SF-12). Quantitative variables were compared between cases and controls by a t test in the case of normal distribution and by a Mann-Whitney test in the case of non-normal distribution. We conducted a multivariate analysis to identify variables at the time of surgery as sociated with an acceptable symptom state for lumbar pain (i.e. lumbar pain < 40/100) 2 years after lumbar spinal surgery. Results. A total of 107 patients met the inclusion criteria and were contacted: 44/107 (41.1%) responded to the questionnaire (11 cas es and 33 controls). The mean age of the participants at the time of surgery was 57.4 (15.4) years, 26/44 (59.1%) were female and 8/32 (25.0%) were working. At the time of surgery, the mean intensity of lumbar pain was 51.3 (18.2)/100, that of radicular pain was 53.4 (18.6)/100 and the duration of symptoms was 14.8 (15.3) months. Two years of lumbar spinal surgery, lumbar pain was 35.5 (24.5)/100 and 26.7 (26.4)/ 100, p=0.222, and radicular pain was 27.3 (27.6)/100 and 33.9 (27.6)/100, p=0.449, in cases and controls, respectively. The ODI was 20.2 (16.2)/100 and 24.9 (19.3)/100, p=0.541, the SF-12 (PCS) was 47.5 (20.4)/70.0 and 45.0 (14.9)/71.9, p=0.419, and the SF-12 (MCS) was 41.5 (6.4)/70.0 and 40.8 (5.2)/71.9, p=0.754, in cases and controls, respectively. A total of 7/11 (63.6%) cases and 22/32 (68.8%) controls had an acceptable symptom state for lumbar pain, 2 years after lumbar spinal surgery. In multivariate analysis, none of the 3 variables tested (i.e. lumbar pain at the time of surgery, being in MCM and being on sick leave at the time of surgery) was significantly associated with an acceptable symptom state for lumbar pain, 2 years after lumbar spinal surgery. Discussion. We did not observe any statistically significant difference 2 years after lumbar spinal surgery between cases and controls. However, we noted a numerically higher decrease in pain scores and activity limitations among the cases. The lack of statistical significance could be explained by the lack of difference between the 2 strategies but also, in part, by the lack of power of our study. Conclusion. We did not observe any statistically significant difference between patients undergoing MCM and those who did not, in terms o f lower back and radicular pain, activity limitations and quality of life, 2 years of lumbar spinal surgery. However, the lack of power of our study does not allow us to conclude that MCM is not useful.
Objectifs. L’objectif principal de notre étude a été d’évaluer l’impact d’une réunion de concertation pluridisciplinaire (RCP), sur les douleurs lombaires et radiculaires, à 2 ans d’une chirurgie rachidienne lombaire. Les objectifs secondaires ont été d’évaluer les limitations d’activité et la qualité de vie, à 2 ans d’une chirurgie rachi dienne lombaire. Méthodes. Nous avons conduit une étude observationnelle prospective bicentrique de type cas - témoins. L’ensemble des patients ayant eu une chirurgie rachidienne lombaire dans le service d’orthopédie de l’Hôpital Européen Georges Pompidou du 1/1/2018 au 30/9/2018 ont été screenés de manière consécutive. Les patients répondant aux critères d’inclusion (i.e. hernie discale, canal lombaire rétréci, spondylolisthésis, discopathie active) ont été contactés par courrier du 16/04/2020 au 21/06/2020 puis, en l’absence de réponse, par mail et téléphone, afin de recueillir les critères de jugement à 2 ans. Les cas étaient les participants dont le dossier a été discuté en RCP et les témoins les participants pour lesquels le dossier n’a pas été discuté. Les douleurs lombaires et radiculaires ont été évaluées au moyen d’une échelle numérique auto-administrée, les limitations d’activité spécifiques au rachis au moyen de l’Oswestry Disability Index (ODI) et la qualité de vie au moyen du 12-Item Short Form Health Survey (SF-12). Les variables quantitatives ont été comparées entre les cas et les témoins par un test t en cas de distribution normale et par un test de Mann-Whitney en cas de distribution non normale. Nous avons conduit une analyse multivariée afin d’identifier les variables au moment de la chirurgie associés à un état symptomatique acceptable pour la douleur lombaire (i.e. douleur lombaire < 40/100) à 2 ans de la chirurgie rachidienne lombaire. Résultats. Au total, 107 patients ont répondu aux critères d’inclusion et ont été contactés : 44/107 (41,1%) ont répondu au questionnaire (11 cas et 33 témoins). L’âge moyen des participants au moment de la chirurgie était de 57,4 (15,4) ans, 26/44 (59,1%) étaient des femmes et 8/32 (25,0%) étaient en activité. Au moment de la chirurgie, l’intensité moyenne de la douleur lombaire était de 51,3 (18,2)/100, celle de la douleur radiculaire de 53,4 (18,6)/100 et la durée d’évolution des symptômes de 14,8 (15,3) mois. À 2 ans de la chirurgie rachidienne lombaire, la douleur lombaire était de 35,5 (24,5)/100 et de 26,7 (26,4)/100, p=0,222, et la douleur radiculaire de 27,3 (27,6)/100 et de 33,9 (27,6)/100, p=0,449, respectivement chez les cas et les témoins. L’ODI était de 20,2 (16,2)/100 et de 24,9 (19,3)/100, p=0,54 1, le SF-12 (PCS) était de 47,5 (20,4)/70,0 et 45,0 (14,9)/71,9, p=0,419, et le SF-12 (MCS) était de 41,5 (6,4)/70,0 and 40,8 (5,2)/71,9, p=0,754, respectivement chez les cas et les témoins. Au total, 7/11 (63,6%) cas et 22/32 (68,8%) témoins ont eu un état symptomatique acceptable pour la douleur lombaire à 2 ans de la chirurgie rachidienne lombaire. En analyse multivariée, aucune des 3 variables testées (i.e. douleur lombaire au moment de la chirurgie, fait d’être passé en RCP et fait d’être en arrêt de travail au moment de la chirurgie) n’a été associée de manière significative à l’état symptomatique acceptable pour la douleur lombaire à 2 ans de la chirurgie rachidienne lombaire. Discussion. Nous n’avons pas observé de différences statistiquement significatives à 2 ans de la chirurgie rachidienne lombaire entre les cas et les témoins. Toutefois, nous avons noté une diminution des scores de douleur et de limitations d’activité numériquement plus élevée parmi les cas. L’absence de significativité statistique pourrait être expliquée par l’absence de différence entre les 2 stratégies mais aussi, en partie, par le manque de puissance de notre étude. Conclusion. Nous n’avons pas observé de différences statistiquement significatives entre les patients passés en RCP et ceux qui ne le sont pas en termes de douleurs lombaires et radiculaires, limitations d’activité et qualité de vie, à 2 ans d’une chirurgie rachidienne lombaire. Toutefois, le manque de puissance de notre étude ne permet pas de conclure à l’absence d’intérêt de la RCP.
Fichier principal
Vignette du fichier
Troussier.pdf (792.61 Ko) Télécharger le fichier

Dates and versions

dumas-03171772 , version 1 (17-03-2021)

Identifiers

  • HAL Id : dumas-03171772 , version 1

Cite

Sébastien Troussier. Intérêt d'une réunion de concertation pluridisciplinaire (RCP) sur l'évolution à 2 ans après chirurgie dans les pathologies lombaires communes : étude cas-témoins. Médecine humaine et pathologie. 2020. ⟨dumas-03171772⟩
77 View
238 Download

Share

Gmail Facebook X LinkedIn More