Comparaison des performances de l’échographie à 36 SA versus 32 SA pour le dépistage des fœtus petits pour l'âge gestationnel (PAG) au CHU de Martinique - DUMAS - Dépôt Universitaire de Mémoires Après Soutenance Access content directly
Master Thesis Year : 2020

Comparaison des performances de l’échographie à 36 SA versus 32 SA pour le dépistage des fœtus petits pour l'âge gestationnel (PAG) au CHU de Martinique

Abstract

Introduction Les fœtus petits pour l’âge gestationnel (PAG) ont une morbi-mortalité périnatale augmentée. En France, la sensibilité de l’échographie à 32 SA pour le dépistage des PAG n’est que de 21,7% et de récentes études suggèrent qu’une échographie plus tardive dans le troisième trimestre de la grossesse serait bénéfique. En reprenant les données de la période d’épidémie ZIKA en 2016 aux Antilles lors de laquelle toutes les patientes ont bénéficié d’une échographie supplémentaire à 36 SA, nous avons voulu comparer les performances de l’échographie à 32 SA versus 36 SA pour le dépistage des PAG. Matériel et méthode Nous avons réalisé une étude rétrospective, monocentrique, observationnelle, comparant les performances d’un test de dépistage. Nous avons inclus les patientes avec une grossesse singleton ayant eu leurs échographies et ayant accouché après 32 SA au CHU de Martinique entre le 1er janvier 2015 et le 31 décembre 2016. Les fœtus PAG étaient définis par une estimation du poids fœtal, à l’échographie, inférieure au 10ème percentile selon la formule de Hadlock à trois paramètres et en utilisant les courbes du Collège Français d’Echographie Fœtale. Les nouveau-nés PAG avaient un poids inférieur au 10ème percentile selon les courbes Audipog. Nous avons comparé les performances de l’échographie pour le dépistage des PAG, à l’aide de courbes ROC, entre un groupe de patientes ayant eu son échographie du troisième trimestre autour de 32 SA (période 2015) et un groupe ayant eu son échographie autour de 36 SA (période ZIKA en 2016). Les performances de l’échographie pour le dépistage des PAG <3ème percentile et des macrosomes ont été comparées entre les deux groupes. L’impact de l’indice de masse corporelle a été évalué sur les performances de l’échographie ainsi que l’influence du fait d’être dépisté PAG sur le devenir obstétrical et néonatal. Résultats Sur la période d’étude, 750 patientes ont été inclues dont 426 dans le groupe « échographie à 32 SA » et 324 dans le groupe « échographie à 36 SA ». La prévalence des PAG était de 14,9%. L’échographie à 32 SA avait une sensibilité de 41% pour le dépistage des PAG versus 33% à l’échographie de 36 SA. En comparant l’aire sous la courbe ROC il n’y avait pas de différence significative entre les performances de l’échographie à 32 SA versus 36 SA pour le dépistage des PAG, respectivement 0,63 versus 0,61 (p=0,64). Il en était de même pour le dépistage des PAG sévères et des macrosomes. Il y avait une tendance à un meilleur dépistage des PAG chez les patientes obèses. Le fait d’être dépisté PAG en anténatal augmentait le risque d’accouchement prématuré, de césarienne et d’hospitalisation en néonatalogie. Conclusion Les performances de l’échographie pour le dépistage des PAG sont médiocres et il n’y avait pas de différence significative entre la réalisation d’une échographie à 32 SA versus 36 SA dans notre population antillaise. D’autres études permettant d’optimiser cet examen et améliorer le dépistage des PAG sont à réaliser.
Fichier principal
Vignette du fichier
Louise GABAY.pdf (937.45 Ko) Télécharger le fichier
Origin : Files produced by the author(s)

Dates and versions

dumas-03179846 , version 1 (24-03-2021)

Identifiers

  • HAL Id : dumas-03179846 , version 1

Cite

Louise Gabay. Comparaison des performances de l’échographie à 36 SA versus 32 SA pour le dépistage des fœtus petits pour l'âge gestationnel (PAG) au CHU de Martinique. Gynécologie et obstétrique. 2020. ⟨dumas-03179846⟩
84 View
182 Download

Share

Gmail Facebook X LinkedIn More