Influence de l’alerte de l’ANSM d’octobre 2018 sur le taux d’arrêt d’ANDROCUR® chez les patientes suivies dans les services d’endocrinologie ou médecine de la reproduction des CHU de Nîmes et Montpellier - DUMAS - Dépôt Universitaire de Mémoires Après Soutenance Access content directly
Master Thesis Year : 2021

Influence de l’alerte de l’ANSM d’octobre 2018 sur le taux d’arrêt d’ANDROCUR® chez les patientes suivies dans les services d’endocrinologie ou médecine de la reproduction des CHU de Nîmes et Montpellier

Abstract

L’hyperandrogénie est l’association d’un hirsutisme, d’une alopécie androgénique, et/ou d’une acné. L’Acétate de Cyprotérone (ANDROCUR®) est un progestatif ayant une activité anti androgénique puissante, utilisé chez la femme dans le traitement de l’hyperandrogénie sévère. Le méningiome est une tumeur bénigne, qui se développe à partir des méninges. Elles sont hormono-dépendantes avec une prédominance féminine essentiellement liée à la progestérone. La première alerte de risque de méningiome sous ANDROCUR® a lieu en 2008, puis de nombreuses autres études se sont succédées. En 2018, une étude prospective de l’assurance maladie quantifie le risque entre la prise du médicament et l’apparition de méningiome et suite aux premiers résultats, l'ANSM émet une alerte en octobre 2018. Le contexte médiatique actuel véhicule une méfiance thérapeutique notamment envers l’ANDROCUR®, dont les retombées n’ont jamais été étudiées dans les études auparavant. Notre hypothèse principale est que le taux d’arrêt d’ANDROCUR® augmente significativement en 2019 suite à cette alerte. Nous avons réalisé une étude non interventionnelle bi centrique (CHU de Nîmes et Montpellier) sur les femmes ayant consulté entre 2017 et 2019 dans les services d’endocrinologie ou médecine de la reproduction, et ayant bénéficié d’un traitement par ANDROCUR® entre 2009 et 2019. Nos résultats montrent que le taux d’arrêt est significativement plus élevé en 2019, comparé aux années antérieures. Malgré l’efficacité de l’ANDROCUR® décrite par les patientes, une majorité d’entre elles, ainsi que les prescripteurs ont préféré arrêter le traitement. La lettre de l'ANSM de 2018 a donc considérablement modifié les prescriptions d'ANDROCUR®. Cette étude doit alerter le prescripteur sur l’importance de la qualité de vie et les possibilités d’utilisation de l’ensemble des thérapeutiques disponibles pour le choix le plus adapté au profil de la patiente.
Fichier principal
Vignette du fichier
ThEx_Montpellier_UM_Med_2021_NOBRE_MEIRINHOS_Julie.pdf (5.85 Mo) Télécharger le fichier
Origin : Files produced by the author(s)

Dates and versions

dumas-03182236 , version 1 (26-03-2021)

Licence

Attribution - NonCommercial - ShareAlike

Identifiers

  • HAL Id : dumas-03182236 , version 1

Cite

Julie Nobre Meirinhos. Influence de l’alerte de l’ANSM d’octobre 2018 sur le taux d’arrêt d’ANDROCUR® chez les patientes suivies dans les services d’endocrinologie ou médecine de la reproduction des CHU de Nîmes et Montpellier. Médecine humaine et pathologie. 2021. ⟨dumas-03182236⟩
76 View
449 Download

Share

Gmail Facebook X LinkedIn More