Évaluation à 3 mois du retentissement thyroïdien de l'infection par le SARS-CoV-2 - DUMAS - Dépôt Universitaire de Mémoires Après Soutenance Access content directly
Master Thesis Year : 2020

Évaluation à 3 mois du retentissement thyroïdien de l'infection par le SARS-CoV-2

Abstract

Introduction : la pandémie de COVID 19 est en pleine expansion provoquant au premier plan une défaillance respiratoire. Une infection virale est un facteur connu associé à la survenue de thyroïdite auto-immune ou de thyroïdite subaiguës post-virales, et a déjà été évoquée pour le SARS-CoV-2 sur de petits effectifs. L’objectif principal de notre étude était d’évaluer la fonction thyroïdienne 3 mois après une hospitalisation pour COVID-19. L’objectif secondaire était de comparer les taux de TSHus et de T3L et T4L à 3 mois à ceux à l’entrée en hospitalisation, cela selon la sévérité de l’affection aigue. Patients et méthodes : le bilan thyroïdien était collecté de façon prospective systématiquement pour les patients hospitalises au Centre Hospitalier Universitaire d’Amiens pour COVID-19 ayant bénéficiés d’une consultation de suivi à 3 mois de l’infection aigue. Les valeurs de TSHus, de T4L et T3L étaient étudiées à 3 mois, puis comparées entre les groupes hospitalisés en réanimation ou en service conventionnel, et dans un second temps au bilan d’entrée en hospitalisation. Résultats : parmi la cohorte de 467 patients hospitalises pour COVID-19, le bilan thyroïdien à 3 mois était disponible pour 121 patients sans antécédent de maladie thyroïdienne. Aucun n’avait une TSHus inférieure à la limite inférieure de laboratoire, et 5 patients (4.1%) avaient une TSHus supérieure à la limite supérieure de laboratoire, aucun parmi eux ne présentait d’hypothyroïdie clinique. La TSHus (médiane [interquartile]) était de 1.80 mUI/L [1.33-2.01], la T4L médiane de 13.6 pmol/L [12.38-13.63]. Il n’y avait pas de différence significative sur les bilans thyroïdiens, à 3 mois de l’hospitalisation, entre les patients survivants hospitalisés en réanimation (n = 70) ou en service de soins courants (n = 44). Il y avait une élévation significative de la TSH entre l’hospitalisation et le bilan à 3 mois. Conclusion : ces résultats ne mettent pas en évidence de survenue de thyroïdite post-virale à moyen terme chez les patients ayant contracté une infection à SARS-CoV-2 hospitalisés. Nous ne retrouvons pas de variation significative du bilan thyroïdien selon la gravité de l’affection à 3 mois de l’infection aigue. L’investigation de l’effet de la COVID-19 sur la thyroïde mériterait d’être poursuivie à large échelle et avec un bilan morphologique. Un bilan thyroïdien doit être proposé en cas de symptômes inhabituels en phase de convalescence et de guérison de la COVID-19.
Fichier principal
Vignette du fichier
Scherman Noemie. Thèse d'exercice de médecine. Endocrinologie-diabétologie-maladies métaboliques (UPJV).pdf (1.95 Mo) Télécharger le fichier
Origin : Files produced by the author(s)

Dates and versions

dumas-03187238 , version 1 (31-03-2021)

Identifiers

  • HAL Id : dumas-03187238 , version 1

Cite

Noémie Scherman. Évaluation à 3 mois du retentissement thyroïdien de l'infection par le SARS-CoV-2. Endocrinologie et métabolisme. 2020. ⟨dumas-03187238⟩
3543 View
999 Download

Share

Gmail Facebook X LinkedIn More