Skip to Main content Skip to Navigation
Master Thesis

Besoins en vitamine D au cours de la grossesse. Application à la comparaison des prescriptions de vitamine D dans la région Nord et la région Sud de la France

Résumé : La vitamine D fait actuellement l’objet de nombreuses études scientifiques. Même si son rôle sur le métabolisme phosphocalcique reste actuellement celui le plus connu, de nombreux effets extra-osseux de la vitamine D active, le calcitriol (1,25-hydroxy vitamine D), ont été récemment découverts dans différents tissus : prolifération et différenciation cellulaire, immunité, muscles, diabète, système cardiovasculaire, reins ou encore système nerveux. Le statut vitaminique D pendant la grossesse a des conséquences sur la mère et l’enfant. Chez la mère un statut optimal en vitamine D durant la grossesse diminuerait le risque de fausse couche, de diabète gestationnel, de pré-éclampsie, de dépression périnatale voire d’ostéomalacie, de vaginose bactérienne, de césarienne et d’hémorragie post-partum. Chez l’enfant, l’homéostasie en vitamine D diminuerait le risque de retard de croissance staturo-pondéral, d’hypocalcémie néonatale, de rachitisme néonatal, d’altérations de l’émail dentaire, d’asthme, voire de prématurité. La concentration en calcitriol s’élevant durant toute la grossesse, afin notamment de pallier les besoins en calcium du fœtus, le maintien d’une concentration sérique normale en 25-hydroxy vitamine D chez la mère est donc important, la grossesse pouvant augmenter les besoins en vitamine D. La vitamine D trouve deux origines : l’alimentation couvrant 20 % des apports et la synthèse cutanée couvrant 80 % des apports. Or de nombreux facteurs peuvent influencer l’apport en vitamine D de façon endogène ou exogène : le lieu de vie, la culture, la pigmentation cutanée, l’âge, les habitudes de vie, l’IMC, la prise de médicaments ou encore certaines pathologies. Nous avons par ailleurs réalisé une enquête montrant que le lieu de vie et la saisonnalité influençait le nombre de prescriptions. Les besoins d’une femme enceinte en vitamine D ne sont donc pas identiques d’une femme à une autre et les conséquences d’une carence peuvent être importantes. Cependant, l’OMS statue qu’une supplémentation systématique en vitamine D n’est pas nécessaire pendant la grossesse, contrairement au CNGOF qui préconise la prise d’une ampoule de 80.000 ou 100.000 UI au 6ème ou 7ème mois de grossesse. La recommandation du dosage de la vitamine D sérique, chez la femme enceinte présentant un ou plusieurs facteurs de risque d’un statut sous-optimal en vitamine D pourrait donc être envisagée.
Document type :
Master Thesis
Complete list of metadata

https://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-03207815
Contributor : Claire Leboeuf Connect in order to contact the contributor
Submitted on : Monday, April 26, 2021 - 10:34:17 AM
Last modification on : Tuesday, October 19, 2021 - 4:16:46 PM
Long-term archiving on: : Tuesday, July 27, 2021 - 6:35:02 PM

File

TERRIEN Perrine.pdf
Files produced by the author(s)

Identifiers

  • HAL Id : dumas-03207815, version 1
`

Citation

Perrine Terrien. Besoins en vitamine D au cours de la grossesse. Application à la comparaison des prescriptions de vitamine D dans la région Nord et la région Sud de la France. Sciences pharmaceutiques. 2020. ⟨dumas-03207815⟩

Share

Metrics

Record views

35

Files downloads

121