Skip to Main content Skip to Navigation
Master Thesis

La préservation de la fertilité par cryoconservation du tissu ovarien dans le cancer du sein a-t-elle un impact sur la récupération ovarienne post chimiothérapie ?

Résumé : Introduction : la préservation de la fertilité (PF) constitue en enjeu majeur dans le plan personnalisé de soin chez les femmes jeunes atteintes d’un cancer du sein. Plus de la moitié d’entre elles auront un désir de grossesse dans les cinq ans suivant le diagnostic. Or les traitements reçus durant la chimiothérapie sont gonadotoxiques et entraînent une diminution importante du stock folliculaire ovarien. Plusieurs techniques de PF sont à ce jour disponibles. S’il est maintenant bien établi que la stimulation ovarienne en vue d’une cryopréservation ovocytaire est à proposer en première intention aux femmes en situation adjuvante, après chirurgie complète de la tumeur, le choix reste délicat pour les femmes en situation néo-adjuvante. Le Centre Hospitalier Régional Universitaire de Lille propose à ces femmes une cryoconservation de tissu ovarien (CTO) dans ce contexte. L’objectif de notre étude était donc d’évaluer l’impact de larges biopsies ovariennes pour CTO sur la récupération de la fonction ovarienne dans la première année suivant la fin de la chimiothérapie. Matériel et Méthodes : il s’agit d’une étude pilote prospective observationnelle visant à proposer systématiquement la PF par CTO aux femmes avec un cancer du sein non métastatique éligibles pour une chimiothérapie néo-adjuvante (groupe préservé). Ces femmes sont ensuite appariées sur l’âge à des femmes avec un cancer du sein de l’observatoire de la fertilité du CHU de Lille n’ayant pas bénéficié de PF avant leur chimiothérapie. Les critères d’inclusion étaient : un cancer du sein non métastatique avec indication de chimiothérapie néo-adjuvante, un âge inférieur ou égal à 35 ans, une AMH supérieure à 8 pmol/l, et un TEP-TDM négatif. La fonction menstruelle et l’AMH étaient évaluées avant les traitements (AMH0), pendant la chimiothérapie (C3, i-e après les 3 FEC ; C6, i-e, à la fin de la chimiothérapie), puis à trois, six et douze mois post chimiothérapie (M3, M6, M12) afin d’évaluer son évolution dans chaque groupe et d’effectuer une analyse comparative. Résultats : 30 femmes préservées et 30 femmes non préservées ont été incluses dans l’étude. Les femmes des deux groupes n’étaient significativement pas différentes. A douze mois, la quasi-totalité des femmes avait retrouvé une fonction menstruelle normale sans différence entre les deux groupes malgré des valeurs d’AMH significativement plus basses qu’avant les traitements. L’AMH de 68% des femmes est restée indétectable ou ultrabasse. Une chute rapide et significative du taux sérique d’AMH était relevée dans les deux groupes pendant la chimiothérapie suivie d’une ré-ascension lente et partielle après la fin des traitements dans les deux groupes. L’AMH au temps M3 et M6 était significativement plus basse dans le groupe préservé, mais devenait comparable à l’AMH du groupe non préservé au temps M12. Le nombre moyen de fragments obtenus était de 13 ± 5. La densité folliculaire moyenne était de 2 follicules/mm2. Aucune corrélation significative n’a été établie concernant l’âge, l’IMC, l’AMH initiale, le CFA initial avec le nombre de fragments et la densité folliculaire. Conclusion : notre étude semble montrer que la PF par CTO chez les femmes présentant un cancer du sein en situation néo-adjuvante n’est pas délétère sur la récupération des cycles menstruels et sur les valeurs d’AMH douze mois après la fin de la chimiothérapie. Le nombre de fragments prélevés est compatible avec les chances de restauration de la fonction ovarienne mais également de grossesse ultérieure si la greffe s’avère nécessaire et possible. Cette technique bien qu’expérimentale présente l’avantage par rapport à la vitrification ovocytaire de ne pas retarder la chimiothérapie, de permettre une récupération de la fonction endocrinienne et ne requiert pas de stimulation hormonale. Mais il s’agit de résultats préliminaires, un suivi plus long dans le temps s’avère nécessaire pour confirmer ces premières données.
Complete list of metadata

https://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-03208516
Contributor : Faculté de Médecine Amu <>
Submitted on : Monday, April 26, 2021 - 3:55:49 PM
Last modification on : Thursday, April 29, 2021 - 3:22:04 AM

File

THESE PELLEGRINI 16-04-21 (2)....
Files produced by the author(s)

Identifiers

  • HAL Id : dumas-03208516, version 1

Collections

Citation

Marjorie Pellegrini. La préservation de la fertilité par cryoconservation du tissu ovarien dans le cancer du sein a-t-elle un impact sur la récupération ovarienne post chimiothérapie ?. Sciences du Vivant [q-bio]. 2021. ⟨dumas-03208516⟩

Share

Metrics

Record views

24

Files downloads

26