Évaluation des attitudes et pratiques des médecins généralistes libéraux sur la mise en place du programme de dépistage organisé du cancer du col de l’utérus et son impact dans leur pratique quotidienne - DUMAS - Dépôt Universitaire de Mémoires Après Soutenance Access content directly
Master Thesis Year : 2021

Assessment of behaviours and practices of private general practitioners on establishing the cervical cancer organised screening and its impact on their daily practice

Évaluation des attitudes et pratiques des médecins généralistes libéraux sur la mise en place du programme de dépistage organisé du cancer du col de l’utérus et son impact dans leur pratique quotidienne

Abstract

Introduction: cervical cancer can be considered « avoidable » through vaccination and vaginal smears. The slowdown of beneficial effects of these prevention measures and a stable and low national coverage rate for patients eligible for pap smears have led to a new organised screening in Nouvelle-Aquitaine through the summer of 2020. The main objective of our study was to evaluate the behaviours and practices of private general practitioners in the departments of Gironde and Pyrénées-Atlantiques on the implementation of the cervical cancer organised screening and its impact on their daily practice. Methods: we performed a qualitative study through individual and semi-guided interviews on 20 private general practitioners in Gironde and Pyrénées-Atlantiques. Results: even though most general practitioners had not read the letter of information at the time of the study, they seemed to welcome the screening fairly well. They sense a probable increase in screening promotion by sending letters and reminders at the patient’s home, by simplifying the process, by networking about screening and being more actively involved, and by systematically receiving their patient’s test results. However, there still are some obstacles: doctor-patient closeness, insufficient training, lack of time or complicated planning, fluctuating involvement and commitment from doctors, lack of equipment and weakness of the network. Some tools were suggested to face these obstacles: self-induced swab, promote screening, better training since internship, reorganisation of the practice, increase in salary. Conclusion: the implementation of cervical cancer organised screening is well accepted by the general practitioners in Nouvelle-Aquitaine. However, a lot of practitioners do not feel like they will take a bigger part in the screening by only keeping the pap smears in place. It will be necessary to implement new practical measures.
Introduction : le cancer du col de l’utérus est un cancer que l’on peut considérer comme « évitable » de par la vaccination et le dépistage par frottis. Le ralentissement des effets bénéfiques de ces mesures préventives jusque-là existantes, et un taux de couverture national relativement stable et faible des patientes éligibles au FCU, ont fait émerger un nouveau dépistage organisé, qui a été mis en place en région Nouvelle-Aquitaine durant l’été 2020. Notre étude avait pour objectif principal d’évaluer les attitudes et pratiques des médecins généralistes libéraux des départements de la Gironde et des Pyrénées-Atlantiques sur la mise en place du programme de dépistage organisé du cancer du col de l’utérus et son impact dans leur pratique quotidienne. Matériel et méthode : nous avons réalisé une étude qualitative par entretiens individuels semi-dirigés auprès de 20 médecins généralistes libéraux de la Gironde et des Pyrénées-Atlantiques. Résultats : malgré le fait que la plupart des médecins généralistes n’aient pas lu la lettre d’information au moment de notre étude, ils semblent plutôt bien accueillir ce dépistage. Ils relèvent une très probable majoration de la promotion au dépistage par l’envoi des lettres et relances au domicile des patientes, une simplification du protocole, une mise en réseau du dépistage et une implication plus importante de leur part, via la réception systématique des résultats d’examen de leurs patientes. Cependant, il persiste plusieurs obstacles (intimité de la relation médecin-patiente, formation insuffisante, manque de temps ou organisation compliquée, implication et investissement fluctuants des médecins, absence de matériel et précarité du réseau) pour lesquels des leviers ont été proposés (apport de l’auto-prélèvement, accentuation de la promotion au dépistage, amélioration de la formation dès l’internat, réorganisation de la pratique, majoration de la rémunération). Conclusion : la mise en place du dépistage organisé du cancer du col de l’utérus est bien acceptée par les médecins généralistes de la région Nouvelle-Aquitaine. Toutefois, principalement par le maintien de la méthode du frottis, beaucoup ne s’estimeront pas plus « acteurs » dans ce dépistage. Cela nécessiterait certainement la mise en place de nouvelles mesures pratiques.
Fichier principal
Vignette du fichier
Med_Generale_2021_Faverolle_Hachaguer.pdf (2.36 Mo) Télécharger le fichier
Origin : Files produced by the author(s)

Dates and versions

dumas-03212668 , version 1 (29-04-2021)

Identifiers

  • HAL Id : dumas-03212668 , version 1

Cite

Cécile Faverolle, Lucile Hachaguer. Évaluation des attitudes et pratiques des médecins généralistes libéraux sur la mise en place du programme de dépistage organisé du cancer du col de l’utérus et son impact dans leur pratique quotidienne. Médecine humaine et pathologie. 2021. ⟨dumas-03212668⟩
39 View
44 Download

Share

Gmail Facebook X LinkedIn More