Intervenir ou ne pas intervenir médicalement en situation d’arrêt cardiaque extrahospitalier - DUMAS - Dépôt Universitaire de Mémoires Après Soutenance Access content directly
Master Thesis Year : 2020

To act or not to act medically in an out-of-hospital cardiac arrest situation

Intervenir ou ne pas intervenir médicalement en situation d’arrêt cardiaque extrahospitalier

Abstract

Out-of-hospital cardiac arrest (OHCA) is a potential situation faced by all actors of the prehospital rescue chain. The prehospital emergency physician is the last link in this chain of survival and must decide to continue or stop initial resuscitation. The situation is further complex because the out-of-hospital environment does not provide physicians with the usual benchmarks of the in-hospital environment. Finally, the family or other bystanders are most often present and assist in the resuscitation attempts. OHCA is a pathology that requires invasive, sometimes aggressive medical gestures to restart the cardiac pump. The physician, first confronted with the choice of resuscitation, must then explain the situation to the family, and finally make the announcement of death to the relatives when it occurs. The objective of this study is to explore the physician’s initial choice to act or not to act medically upon arrival at the bedside of a patient with OHCA. Qualitative research involving semi-structured interviews with prehospital physicians was conducted in February 2020. A total of 13 military and civilian physicians were interviewed. Nine interviews were analyzed due to the unprecedented COVID-19 health crisis. Our preliminary results suggest that physicians perform “technical” gestures while waiting for objective information in terms of prognosis, in a personal impulse of hope in life, in an approach of protection toward the family, against a possible “medico-legal risk,” or for “oneself” in the face of the violence of a direct confrontation with death. The doctor legitimizes his or her actions for the principle of beneficence. However, the “technical” gesture does not always appear to be proportionate to the residual stakes and would seem to offer a reprieve to the practitioner to make a verbal announcement of the patient’s death to his or her relatives.
L’arrêt cardiaque en dehors d’un milieu hospitalier (Arrêt cardiaque extrahospitalier, ACEH) est une situation à laquelle est potentiellement confronté tout acteur de la chaîne de secours pré-hospitalière. Le médecin est le dernier maillon de cette chaîne de survie et doit décider de la poursuite ou de l’arrêt de la réanimation initialement entreprise. La situation est d’autant plus complexe que l’environnement extrahospitalier n’offre pas aux praticiens les repères habituels, notamment du milieu intrahospitalier. Enfin, la famille ou d’autres tiers sont le plus souvent présents et assistent aux manœuvres de réanimation. L’ACEH est une pathologie qui impose la réalisation de gestes médicaux invasifs, parfois agressifs dont le but est de relancer la pompe cardiaque. Le médecin, d’abord confronté au choix de la réanimation, doit ensuite expliquer la situation à la famille, et enfin faire l’annonce aux proches du décès quand il survient. L’objectif de ce travail est d’étudier le choix initial du médecin d’intervenir ou de ne pas intervenir médicalement à son arrivée au chevet d’un patient en ACEH. Une recherche qualitative, par entretiens semi-dirigés de médecins pré-hospitaliers a été menée en février 2020. Au total, 13 médecins militaires et civils ont pu être interrogés. Neuf entretiens ont pu être analysés suite à la crise sanitaire inédite COVID-19. Nos résultats préliminaires suggèrent que les médecins réalisent des gestes « techniques » dans l’attente d’un élément objectif informatif en termes de pronostic, dans un élan personnel d’espoir dans la vie, dans une approche de protection vis-à-vis de la famille, contre un éventuel « risque médico-légal » ou pour « soi-même » face à la violence d’une confrontation directe à la mort. Le médecin légitime ses gestes dans un souci de bienfaisance. Toutefois, le geste « technique » n’apparaît pas toujours proportionné à l’enjeu résiduel et semblerait offrir un sursis au praticien pour faire l’annonce verbale de la mort du patient à ses proches.
Fichier principal
Vignette du fichier
M2Ethique_LEMOINE_Sabine_DUMAS.pdf (3.51 Mo) Télécharger le fichier
Origin : Files produced by the author(s)

Dates and versions

dumas-03232036 , version 1 (25-05-2021)

Licence

Attribution - NonCommercial - NoDerivatives

Identifiers

  • HAL Id : dumas-03232036 , version 1

Cite

Sabine Lemoine. Intervenir ou ne pas intervenir médicalement en situation d’arrêt cardiaque extrahospitalier. Ethique. 2020. ⟨dumas-03232036⟩
67 View
195 Download

Share

Gmail Facebook X LinkedIn More