Évaluation des pratiques de prescription de vitamine C chez les patients en choc septique en réanimation médicale au CHU de Rouen - DUMAS - Dépôt Universitaire de Mémoires Après Soutenance Access content directly
Master Thesis Year : 2020

Evaluation of vitamin C prescription practices for patients in septic shock in medical intensive care unit at Rouen University Hospital

Évaluation des pratiques de prescription de vitamine C chez les patients en choc septique en réanimation médicale au CHU de Rouen

Abstract

The medical intensive care unit at Rouen University Hospital has started using vitamin C in the treatment of septic shock since October 2017 after encouraging results in the literature on mortality and organ failure. But this use was not systematic. The aim of this study was to determine the factors influencing the prescription of vitamin C in patients with septic shock in intensive care units.
PATIENTS AND METHODS:
This was an observational, practice evaluation, retrospective, monocentric study in medical intensive care at Rouen University Hospital. The included patients have been hospitalized in the department between October 2017 and 2018 and were suffering from septic shock defined according to Sepsis-3 criteria. The introduction of vitamin C treatment was left up to the physician in charge of intensive care. The primary endpoint was the determination of factors associated with vitamin C prescription. Secondary endpoints included length of stay and resuscitation mortality, as well as the identification of organs failures.
RESULTS:
In our population of 68 patients, 39 patients were in the control group and 29 in the vitamin C group. Patients in the vitamin C group had a significantly higher SOFA score at admission (10.8 ± 3.7 vs. 8.3 ± 3.1 p = 0.004) and a higher IGS2 score (65.4 ± 12.9 vs. 52.9 ± 12.9 p = 0.002). The vitamin C group benefited more frequently from hydrocortisone (93.1% versus 25.6% p < 0.001). Treatment period and maximum dose of norepinephrine were also higher in the vitamin C group with a time of 71 days (34 - 97) versus 29 days (16 - 56.5) (p = 0.004) and a maximum dose of norepinephrine of 0.9 μg/kg/min (0.6 - 1.5) versus 0.2 μg/kg/min (0.1 - 0.6) (p < 0.001). Except for a longer intensive care stay in the vitamin C group of 11 days (4 - 14) versus 5 days (3 - 6) (p = 0.008), there was no significant difference on secondary endpoints.
CONCLUSION:
Vitamin C was used to treat patients in septic shock who are judged to be more severe at admission, with resistance to vasopressor drugs, in combination with hydrocortisone.
En octobre 2017, devant des résultats encourageants de la littérature sur la mortalité et les dysfonctions d’organes, la réanimation médicale du CHU de Rouen a commencé à utiliser de la vitamine C dans le traitement du choc septique mais de façon non systématique. Le but de cette étude était de déterminer les facteurs à l’origine d’une prescription de vitamine C chez les patients en choc septique en réanimation médicale.
PATIENTS ET METHODES :
Il s’agissait d’une étude observationnelle, d’évaluation des pratiques, rétrospective, monocentrique, en réanimation médicale au CHU de Rouen. Les patients inclus étaient hospitalisés dans le service entre octobre 2017 et 2018 et présentaient un choc septique défini selon les critères de Sepsis-3. L’introduction d’un traitement par vitamine C était laissée à l’appréciation du médecin réanimateur. Le critère de jugement principal était la recherche de facteurs associés à la prescription de vitamine C. Les critères secondaires comportaient la durée de séjour et la mortalité en réanimation ainsi que la recherche de dysfonction d’organes.
RESULTATS :
Dans notre population incluant 68 patients, 39 patients faisaient partie du groupe contrôle et 29 du groupe vitamine C. Les patients du groupe vitamine C présentaient un score SOFA significativement plus élevé à l’entrée (10,8 ± 3,7 versus. 8,3 ± 3,1 p = 0,004) ainsi qu’un score IGS2 plus élevé (65,4 ± 12,9 versus. 52,9 ± 12,9 p = 0,002). Le groupe vitamine C bénéficiait plus fréquemment d’hémisuccinate d’hydrocortisone (93,1% versus 25,6% p < 0,001). La durée de traitement et la dose maximale de noradrénaline étaient également plus importantes dans le groupe vitamine C avec une durée de 71 jours (34 – 97) contre 29 jours (16 – 56,5) (p = 0,004) et une dose maximale de noradrénaline de 0,9 μg/kg/min (0,6 – 1,5) contre 0,2 μg/kg/min (0,1 – 0,6) (p < 0,001). Hormis une durée de séjour en réanimation plus importante dans le groupe vitamine C de 11 jours (4 – 14) contre 5 jours (3 – 6) (p = 0,008), il n’y avait pas de différence significative sur les critères secondaires.
CONCLUSION :
La vitamine C était prescrite chez les patients en choc septique considérés comme les plus graves à l’entrée, présentant un choc septique réfractaire avec une résistance aux amines vasopressives, en association avec un traitement par hémisuccinate d’hydrocortisone.
Fichier principal
Vignette du fichier
Lambert_Maud.pdf (1.18 Mo) Télécharger le fichier
Origin : Files produced by the author(s)

Dates and versions

dumas-03240831 , version 1 (28-05-2021)

Identifiers

  • HAL Id : dumas-03240831 , version 1

Cite

Maud Lambert. Évaluation des pratiques de prescription de vitamine C chez les patients en choc septique en réanimation médicale au CHU de Rouen. Médecine humaine et pathologie. 2020. ⟨dumas-03240831⟩
55 View
179 Download

Share

Gmail Facebook X LinkedIn More