Comparaison de deux politiques de prise en charge en cas de rupture prématurée des membranes à terme avec un col défavorable - DUMAS - Dépôt Universitaire de Mémoires Après Soutenance Access content directly
Master Thesis Year : 2018

Comparison of two policies of care in cases of premature rupture of membranes at term with an unfavourable cervix

Comparaison de deux politiques de prise en charge en cas de rupture prématurée des membranes à terme avec un col défavorable

Abstract

Introduction and Objective : Premature rupture of the membranes (PROM) at term occurs in approximatively 8% of pregnancies. Two managements are possible: early induction of labor or expectant management. Our objective was to evaluate if the policy chosen for the delay before induction in cases of premature rupture of the membranes at term with an unfavourable cervix is associated with materno-fetal morbidity. Matérial and méthods : We conducted an observational retrospective study, com-paring the policies of two maternity units: la Pitié-Salpêtrière (maternity A), with an interventionist policy (induction after 12 hours), and Port-Royal (maternity B), with an expectant policy (up to 48 hours). Inclusion criteria were a single pregnancy with PROM from 37 weeks gestation and an unfavourable cervix at admission. The pri-mary outcome was the frequency of cesarean section, and secondary outcomes were early-onset sepsis, neonatal admission to neonatal intensive care unit and postpartum endometritis. We compared maternal and neonatal characteristics be-tween the two maternity units and we assessed the association between the center policy and the primary outcome using univariate and multivariate logistics regres-sions. Results : We included 298 patients (119 in the maternity A and 179 in the maternity B). The frequency of cesarean section was 12,6% and 12,8% in maternities A and B, respectively (p=0,95). Expectant management was not associated with a decrease risk of cesarean section (adjusted odds ratio = 1.0 [95% confidence interval 0.4-2.3]). There was no association between expectant management and early-onset sepsis, neonatal admission to neonatal intensive care unit, or postpartum endometritis. Conclusion : In cases of PROM at term with an unfavourable cervix, expectant management is not associated with a decrease frequency of the cesarean section, nor with increased maternal or neonatal infectious morbidity.
Introduction et objectif : La rupture prématurée des membranes à terme concerne environ 8% des grossesses. Deux types de prise en charge sont possibles : un dé-clenchement rapide ou une attitude expectative. Notre objectif était d’évaluer si la politique choisie pour le délai de déclenchement en cas de rupture prématurée des membranes à terme sur un col défavorable est associée à la morbidité materno-fœtale. Matériel et méthodes : Nous avons réalisé une étude observationnelle rétrospec-tive en comparant les politiques de deux maternités : la Pitié-Salpêtrière (maternité A), avec une politique interventionniste (déclenchement au bout de 12 heures), et Port-Royal (maternité B), avec une politique expectative (jusqu’à 48 heures). Les cri-tères d’inclusion étaient une grossesse unique avec une RPM à partir de 37 SA et un col défavorable à l’admission. Le critère de jugement principal était la réalisation d’une césarienne, et les critères de jugement secondaires étaient la survenue d’une infection néonatale bactérienne précoce, l’hospitalisation du nouveau-né et la sur-venue d’une endométrite du post-partum. Nous avons comparé les caractéristiques materno-fœtales entre les deux maternités et avons étudié l’association entre la poli-tique de centre et le critère de jugement principal à l’aide de régressions logistiques univariées et multivariées. Résultats : Nous avons inclus 298 patientes (119 dans la maternité A et 179 dans la maternité B). La fréquence des césariennes dans les maternités A et B était respecti-vement de 12,6% et 12,8% (p=0.95). La politique expectative n’était pas associée à une diminution des césariennes (odds ratio ajusté=1,0 [intervalle de confiance à 95% 0,4-2,3]). Il n’y avait pas non plus d’association entre la politique expectative et les infections néonatales bactériennes précoces, l’hospitalisation du nouveau-né ou les endométrites du post-partum. Conclusion : En cas de RPM à terme avec un col défavorable, une politique expec-tative n’est pas associée à une diminution du taux de césarienne, ni à une augmen-tation de la morbidité infectieuse chez la mère et l’enfant.
Fichier principal
Vignette du fichier
BELHASSEN_Déborah_2018.pdf (822.89 Ko) Télécharger le fichier
Origin : Files produced by the author(s)

Dates and versions

dumas-03251438 , version 1 (07-06-2021)

Identifiers

  • HAL Id : dumas-03251438 , version 1

Cite

Déborah Belhassen. Comparaison de deux politiques de prise en charge en cas de rupture prématurée des membranes à terme avec un col défavorable. Gynécologie et obstétrique. 2018. ⟨dumas-03251438⟩
35 View
39 Download

Share

Gmail Facebook X LinkedIn More