Facteurs prédictifs d'un trouble de la tolérance glucidique évalué par le médecin généraliste en post partum précoce. Étude rétrospective à la maternité de la Conception à Marseille - DUMAS - Dépôt Universitaire de Mémoires Après Soutenance Access content directly
Master Thesis Year : 2021

Facteurs prédictifs d'un trouble de la tolérance glucidique évalué par le médecin généraliste en post partum précoce. Étude rétrospective à la maternité de la Conception à Marseille

Abstract

Introduction : la prévalence du diabète gestationnel (DG) est en augmentation depuis plusieurs années en France et en Europe. En effet, 3 à 6% des femmes enceintes européennes présentent un DG, et toutes les prendre en charge serait illusoire compte tenu de cette prévalence élevée et du caractère chronophage des actions requises. Or le DG augmente le risque de diabète de type 2 (x7), de syndrome métabolique (x2 à 5) et de maladies cardiovasculaires (x1,7) L’objectif de notre étude était d’évaluer de façon rétrospective les facteurs prédictifs d’un trouble de la tolérance au glucose, dans la période du post partum (PP) précoce (entre 6 semaines et 1 an PP) et de vérifier si ces paramètres seraient utiles dans la pratique quotidienne des médecins généralistes pour dépister, de façon ciblée, un trouble de la tolérance glucidique en post-partum précoce. Matériel et Méthodes : nous avons réalisé une étude monocentrique, rétrospective, à partir d’une cohorte de 397 patientes présentant un DG qui ont été suivies et qui ont accouché au CHU de la Conception à Marseille entre le 1er novembre 2018 et le 31 décembre 2019. 149 patientes ont été finalement incluses (212 n’avaient pas réalisé le bilan en post-partum (PP) et 36 présentaient des critères d’exclusion). Résultats : 44 patientes (29,5%) ont présenté un trouble de la tolérance au glucose (TTG) en PP précoce (entre 6 semaines et 1 an) dont 4 DT2 vrais (3%) et 38 intolérances au glucose selon les critères de l’ADA 2018. Les facteurs associés à ce TTG, retrouvés en analyse multivariée sont : le recours à l’insulinothérapie, une HbA1c élevée au diagnostic (bien que non analysés, les seuils de 5,3 et 5,7% semblent intéressants), la gestité, l’antécédent de DG. Conclusion : identifier ces facteurs (insulinothérapie, HbA1c élevée au diagnostic, antécédent de DG, gestité) pourraient nous aider à identifier les femmes les plus à risques de développer un TTG. Les résultats de notre étude confirment la nécessité du dépistage par les médecins généralistes de la glycémie post-partum après un DG pour l'identification précoce de l'hyperglycémie persistante et pour impliquer les patientes dans la prévention des maladies chroniques. Il est nécessaire également d’améliorer la communication des gynécologues et endocrinologues avec les médecins traitants lesquels devront mettre en œuvre un programme d'intervention personnalisé pour prévenir le diabète de type 2 précocement.
Fichier principal
Vignette du fichier
THESE LOGGIA 10-06-21-1.pdf (3.11 Mo) Télécharger le fichier
Origin : Files produced by the author(s)

Dates and versions

dumas-03258384 , version 1 (11-06-2021)

Identifiers

  • HAL Id : dumas-03258384 , version 1

Cite

Émilie Loggia. Facteurs prédictifs d'un trouble de la tolérance glucidique évalué par le médecin généraliste en post partum précoce. Étude rétrospective à la maternité de la Conception à Marseille. Sciences du Vivant [q-bio]. 2021. ⟨dumas-03258384⟩
68 View
84 Download

Share

Gmail Facebook X LinkedIn More