Skip to Main content Skip to Navigation
Master Thesis

Radiothérapie hypofractionnée en condition stéréotaxique dans le traitement des tumeurs rénales primitives : efficacité, contrôle local, toxicité et devenir de la fonction rénale

Résumé : Introduction : le but de cette étude est de rapporter nos résultats pour le contrôle local, la toxicité et l’impact sur la fonction rénale de la radiothérapie hypofractionnée stéréotaxique (RTHS) dans le traitement des tumeurs rénales primitives, chez les patients non éligibles à la chirurgie ou aux traitements thermo-ablatifs. Méthode : nous avons mené une étude rétrospective, monocentrique incluant 25 patients consécutifs traités par radiothérapie hypofractionnée en condition stéréotaxique (RTHS) pour une tumeur rénale primitive, entre octobre 2016 et mars 2021. Le diagnostic histologique était systématique. La décision de traitement par RTHS a été décidé en réunion de concertation pluridisciplinaire oncologique. Les patients ont été traités en TomoTherapy™ (Accuray, Madison, États-Unis). Les schémas utilisés et la dose totale administrée étaient conformes aux recommandations de De Meerleer. Les toxicités liées au traitement ont été rapportées selon le Common Terminology Criteria for Adverse Events (CTCAE), version 4.0. Le critère de jugement principal était le contrôle local défini selon les critères RECIST, version 1.1. Les critères de jugement secondaires étaient la survie globale, la survie sans métastase, la toxicité et le devenir de la fonction rénale. Résultats : l’âge médian, le Charlson médian, et le volume tumoral médian au diagnostic étaient respectivement de 81 ans (extrêmes 48-90 ans), 6 (extrêmes 1-10), et 40 mm (20-79mm) caractérisent notre cohorte de patients fragiles. Le schéma de dose le plus utilisé était 35 Gy en 5 ou 7 fractions. Le suivi médian est de 17,8 mois (5 – 52,9). Le taux de contrôle local brut était de 100% selon les critères RECIST ou de 95,7% si l’on tient compte des résultats histologiques. Les taux de survie globale à 1 et 2 ans de l’ensemble du groupe étaient respectivement de 95,7% (IC 95% : 87-100) et de 73,8% (IC 95% : 51-97). Le taux de survie sans métastase dans le groupe non métastatique au diagnostic était de 92,3% (IC 95% 70,4-100) à 1 an et 2 ans. La diminution moyenne de la clairance de la créatinine a été de -10.1 ml/min. Aucun recours à la dialyse n’a été nécessaire. Aucune complication sévère aigüe ou tardive n’a été rapportée. Discussion : les résultats encourageants oncologiques, de toxicité et d’impact sur la fonction rénale rapportés dans cette étude doivent être confirmés par une étude prospective, multi-centrique d’une cohorte plus importante, et avec un suivi à plus long terme. L’utilisation du cyber-knife et son rôle dans l’épargne néphronique sont à explorer. L’immunomodulation induite par la RTHS permet un véritable « vaccin anti-tumoral ». L’effet d’immunostimulation de la RTHS est une arme thérapeutique majeure étant donné l’indication de l’immunothérapie dans le traitement des tumeurs rénales métastatiques.
Complete list of metadata

https://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-03270929
Contributor : Faculté de Médecine Amu <>
Submitted on : Friday, June 25, 2021 - 11:15:19 AM
Last modification on : Thursday, August 26, 2021 - 3:20:27 AM

File

THESE Raphaëlle DELONCA 24-06...
Files produced by the author(s)

Identifiers

  • HAL Id : dumas-03270929, version 1

Collections

Citation

Raphaëlle Delonca. Radiothérapie hypofractionnée en condition stéréotaxique dans le traitement des tumeurs rénales primitives : efficacité, contrôle local, toxicité et devenir de la fonction rénale. Sciences du Vivant [q-bio]. 2021. ⟨dumas-03270929⟩

Share

Metrics

Record views

4

Files downloads

5