Skip to Main content Skip to Navigation
Master Thesis

Le suivi gynécologique dans une zone déficitaire, étude en Centre Corse : état des lieux et place du médecin généraliste

Résumé : Introduction : le médecin généraliste occupe une place centrale dans le dépistage et la prévention. Les consultations gynécologiques sont fréquentes en médecine générale et incluent notamment le dépistage des cancers du sein et du col de l’utérus, enjeux majeurs de santé publique. Le suivi gynécologique ordinaire peut être assuré par les gynécologues (obstétriciens et médicaux), les médecins généralistes et les sages-femmes. La démographie médicale dans sa globalité est inquiétante en France et plus encore concernant la gynécologie médicale. Le Centre Corse étant une zone déficitaire classée « d’action prioritaire », nous avons supposé que les femmes de ce territoire ne maintenaient pas pour leur majorité un suivi gynécologique. Méthode : il s’agissait d’une étude descriptive, transversale et quantitative par auto-questionnaire, menée auprès des femmes de 18 ans et plus au sein de la région Centre Corse. L’objectif principal de ce travail était d’étudier le suivi gynécologique des femmes habitant une zone déficitaire. Les objectifs secondaires étaient de caractériser l’accès aux soins gynécologiques, déterminer la place du dépistage et de la prévention chez les patientes, évaluer leurs connaissances sur les professionnels de santé pouvant assurer un suivi gynécologique et enfin définir la place du médecin généraliste. Résultats : sur les 194 questionnaires recueillis, 158 ont été analysés. L’âge médian de la population était de 45,5 ans avec une représentation majoritaire des 45 à 59 ans. Les patientes se concentrent principalement à Corte et 19,6% ont des antécédents gynécologiques particuliers, essentiellement des pathologies fonctionnelles. Les patientes conservent très majoritairement c’est-à-dire pour 84,2% un suivi gynécologique qui est annuel pour 76,7%. L’existence d’antécédents gynécologiques n’est pas liée de façon statistiquement significative à l’adhésion au suivi gynécologique, à l’inverse de l’âge des patientes (celles suivies sont plus jeunes) avec un p=0,01. Le suivi est confié aux gynécologues par plus des deux tiers des patientes. Celles suivies par un médecin généraliste sont très peu nombreuses, seulement 3,9% (n=5). Le choix du professionnel de santé n’est pas lié de façon statistiquement significative à l’existence d’antécédents gynécologiques (p=0,062) mais on observe une distribution de l’âge différente : les femmes suivies par une sage-femme sont plus jeunes (p=0,032). Près de la moitié des patientes consultent à plus d’une heure de leur domicile, avec des délais de rendez-vous de l’ordre de 1 à 3 mois pour 57,9%, liés de façon statistiquement significative aux professionnels de santé (p < 0,001), et de 1 semaine en cas d’urgence. Les patientes accordent une place essentielle au dépistage et à la prévention puisque 146 patientes (96,7%) le considèrent parmi les motifs de consultation les plus importants. Seules 19% des patientes connaissent les professionnels de santé pouvant assurer le suivi gynécologique : les médecins généralistes sont cités par moins de la moitié d’entre elles. Pour les consultations en urgence, les chiffres s’inversent et les médecins généralistes sont les plus sollicités. Plus de la moitié des patientes (62,7%) accepteraient d’être suivies par un médecin généraliste. Cela n’est lié de façon statistiquement significative ni aux délais de consultation (p=0,8) ni à l’existence d’antécédents gynécologiques (p=0,14). Conclusion : malgré les difficultés supposées et existantes, les patientes du Centre Corse maintiennent très majoritairement un suivi gynécologique notamment grâce à des consultations avancées proposées au centre hospitalier de la microrégion. Cependant ce suivi est fait de façon nettement prédominante par les gynécologues et on constate une méconnaissance des femmes sur les compétences du médecin généraliste malgré sa polyvalence et son statut de premier recours. Une communication sur leurs aptitudes parait nécessaire. Il semble également important de les rassurer, les encourager à proposer un suivi gynécologique aux patientes et l’assurer eux-mêmes.
Complete list of metadata

https://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-03280296
Contributor : Faculté de Médecine Amu Connect in order to contact the contributor
Submitted on : Wednesday, July 7, 2021 - 11:22:04 AM
Last modification on : Tuesday, October 19, 2021 - 10:51:04 PM
Long-term archiving on: : Friday, October 8, 2021 - 6:19:07 PM

File

THESE ANDREA REBOUL 25-06-2021...
Files produced by the author(s)

Identifiers

  • HAL Id : dumas-03280296, version 1

Collections

Citation

Andrea Reboul. Le suivi gynécologique dans une zone déficitaire, étude en Centre Corse : état des lieux et place du médecin généraliste. Sciences du Vivant [q-bio]. 2021. ⟨dumas-03280296⟩

Share

Metrics

Record views

72

Files downloads

115