Skip to Main content Skip to Navigation
Master Thesis

Absence de lien entre prise de petit déjeuner et IMC chez les personnes en situation de précarité dans les quartiers prioritaires de la ville de Montpellier

Résumé : Le petit déjeuner est considéré comme un repas essentiel. Aucune étude n’a encore été faite analysant l’impact du petit déjeuner sur l’IMC des personnes en situation de précarité. L’objectif de notre travail est de comparer l’IMC des petits déjeuneurs versus des jeuneurs des adultes vivant au sein des Quartiers Prioritaires de la Ville (QPV) de Montpellier. MÉTHODE : il s’agit d’une étude épidémiologique descriptive transversale. La population de l’échantillon a été recrutée dans les cabinets de médecins généralistes exerçant en QPV de Montpellier. Toutes les personnes majeures ont été incluses sauf les femmes enceintes. Puis nous les avons rappelées à l’aide d’un questionnaire téléphonique sur leurs habitudes de petit déjeuner. Le questionnaire portait sur la composition du petit déjeuner mais également l’environnement de prise et la durée. RÉSULTATS et ANALYSES : 382 adultes ont été appelés, les données de 116 personnes ont pu être exploitées. Nous n’avons pas retrouvé de différence significative d’IMC moyen entre les petits déjeuneurs et les jeuneurs chez les populations précaires du QPV (IMC moyen à 28,76 kg/m2 versus 26,52 kg/m2 chez les jeuneurs avec p=0,15). Cependant chez les petits déjeuneurs, on a constaté que la composition du petit déjeuner pouvait influer sur l’IMC. Notamment la consommation de fruits, de préférence non transformés, (IMC moyen des consommateurs de fruits à 24,15 kg/m2 versus 27,08 kg/m2 si absence de fruit avec p=0,0014). La consommation de café semble avoir un impact négatif sur l’IMC dans notre étude, cependant nous ne savions pas s’il y avait un additif (sucre, crème), pouvant impacter ce résultat. Il n’y a pas de différence significative d’IMC concernant la prise ou non de laitage, et également en fonction du type de produit céréalier (plus ou moins riche en fibres), un manque de puissance de notre étude peut en partie expliquer ce résultat. La consommation de produits ultra transformés ne semble pas impacter l’IMC, cependant la moyenne d’âge de notre population d’étude était plutôt élevée (effet générationnel). CONCLUSION : la prise d’un petit déjeuner n’a pas d’influence sur l’IMC des adultes précaires vivant dans les QPV de Montpellier. Chez le petit déjeuneur, la composition du petit déjeuner, notamment la présence de fibres telles que les fruits peut influer sur l’IMC. La prise en charge du surpoids et de l’obésité doit prendre en compte tous les facteurs obésogènes et la singularité de l’individu. L’environnement dans lequel évolue la personne et ses habitudes acquises pendant les repas sont essentiels à considérer.
Mots-clés : IMC Précarité Nutrition
Document type :
Master Thesis
Complete list of metadata

https://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-03337009
Contributor : Scd Université de Montpellier Connect in order to contact the contributor
Submitted on : Tuesday, September 7, 2021 - 3:00:06 PM
Last modification on : Monday, October 11, 2021 - 1:25:02 PM

File

ThEx_Montpellier_UM_Med_2020_G...
Files produced by the author(s)

Licence


Distributed under a Creative Commons Attribution - NonCommercial - ShareAlike 4.0 International License

Identifiers

  • HAL Id : dumas-03337009, version 1

Collections

Citation

Caroline Ghibaudo. Absence de lien entre prise de petit déjeuner et IMC chez les personnes en situation de précarité dans les quartiers prioritaires de la ville de Montpellier. Médecine humaine et pathologie. 2020. ⟨dumas-03337009⟩

Share

Metrics

Record views

7

Files downloads

10