Skip to Main content Skip to Navigation
Master Thesis

Le burn-out des Médecins Européens : revue Systématique de la Littérature et Méta-analyse

Résumé : Objectifs : Malgré la réussite de la recanalisation par la thérapie combinée, environ la moitié des patients traités pour un AVC ischémique, demeurent handicapés. Si de nombreuses études ont proposé des marqueurs cliniques prédictifs du pronostic après un AVC ischémique, de manière originale nous avons étudié les facteurs pré-thérapeutiques influençant la croissance de l’infarctus (CI) et le mauvais pronostic clinique dans les AVC secondaires à une occlusion de gros vaisseaux recanalisés avec succès. Matériels et méthode : Nous avons inclus 87 patients consécutifs recanalisés avec succès (mTICI : 2b/2c/3) par thrombectomie mécanique (± thrombolyse IV) après un AVC ischémique secondaire à une occlusion de l’artère cérébrale moyenne (M1) dans les 6h suivant le début des symptômes, selon les recommandations de l’AHA. La croissance de l’infarctus a été définie par la soustraction du volume sur la diffusion (DWI) initiale au volume final sur le scanner (TDM) à 24h. Les associations statistiques entre le mauvais pronostic clinique (mRS≥2), la CI et les variables clinico-radiologiques pertinentes, ont été mesurées avec des modèles de régression logistique et linéaire. Résultats : Parmi les 87 patients inclus (âge (années) : 68.4±17,5 ; NIHSS : 16.0±5.4), 42/87 (48,28%) patients avaient un score mRS≥2 à 3 mois. L’antécédent diabétique (OR : 3,70 IC95% [1,03 ; 14,29]) et le NIHSS initial (/ 1 point : OR : 1,16 IC95% [1,05 ; 1,27]) étaient associés de façon indépendante au mauvais pronostic. La CI était significativement plus importante chez les patients avec un mauvais pronostic (+7,57±4,52 vs -7,81±1,67 ; p=0,0024). Les volumes initiaux n’étaient pas significativement différents (mRS≥2 : 16,18±2,67 ; mRS [0-1] : 14,70±2,30 ; p=0,1618). Les variables explicatives de la CI en régression linéaire (R²=0,37) étaient l’antécédent diabétique (β : 21,26 IC95% [5,43 ; 37,09]) et le NIHSS (β : 0.83 IC95% [0,02 ; 1,64]). La croissance de l’infarctus était plus importante chez les patients diabétiques (23,54±1,43 vs -6,20±9,36 ; p=0.0061). Conclusion : Nous avons conclu que le diabète conduisait à une persistance de la CI après une recanalisation complète, conditionnant le pronostic clinique chez des patients pris en charge pour des AVC ischémiques secondaires à une occlusion de gros vaisseaux recanalisés avec succès par thérapie combinée. Nous suggérons que l’altération de la reperfusion tissulaire liée à la microangiopathie diabétique peut expliquer ce résultat. Objectif : estimer les taux de prévalence du burn-out des médecins exerçant en Europe, quelle que soit leur spécialité, en tenant compte des principales définitions du burn-out utilisées par les auteurs (définitions reposant sur les trois dimensions du Maslach Burnout Inventory). Méthodologie : une revue systématique de la littérature a été conduite sur la période 2006-2018. La requête par mots clés a été obtenue à l’aide des bases de données PubMed/Medline, Web of Science et de la Banque de données en Santé Publique. Les études ayant été rédigées en anglais et mesurant le burn-out au moyen du Maslach Burnout Inventory parmi une population de médecins européens en cours d’exercice, ont été sélectionnées. Les données de ces études ont ensuite été extraites puis classées selon la définition du burn-out fournie par les auteurs. Trois définitions utilisant les dimensions Maslach Burnout Inventory ont été examinées : les définitions tri-, bi- et unidimensionnelle. Une méta-analyse a ensuite été réalisée afin d’estimer les taux de méta-prévalence du burn-out selon les trois catégories de définition tri-, bi- et unidimensionnelle. Une seconde méta-analyse a également été conduite afin d’estimer les taux de méta-prévalence pour chacune des dimensions du Maslach Burnout Inventory (épuisement émotionnel, dépersonnalisation et accomplissement personnel). Résultats : à partir des 2378 articles identifiés, 56 études conduites dans 41 pays européens ont été sélectionnées. Selon les études, les taux de prévalence du burn-out des médecins variaient de 2,5 % à 72,0 %. Le taux de méta-prévalence du burn-out a été estimé à 7,7 % [5,3-10,4 %] avec la définition tridimensionnelle, à 19,7 % [13,5-26,3 %] avec la définition bidimensionnelle et à 43,2 % [29,0-57,6 %] avec la définition unidimensionnelle. L’estimation de la méta-prévalence de chacune des trois dimensions du burn-out était de 29,9% [24,6-35,4] pour l’épuisement émotionnel, 21,9% [17,0-27,2] pour la dépersonnalisation et 28,6% [22,2-35,5] pour l’accomplissement personnel. Conclusion : la prévalence du burn-out des médecins varie du simple au quintuple selon la méthode employée pour le définir au moyen du Maslach Burnout Inventory. Il apparait donc indispensable d’établir une méthode d’évaluation du burn-out consensuelle afin d’estimer les taux de prévalence de manière comparable et ainsi de mieux comprendre et donc prévenir ce phénomène.
Complete list of metadata

https://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-03364311
Contributor : Faculté de Médecine Amu Connect in order to contact the contributor
Submitted on : Monday, October 4, 2021 - 3:34:09 PM
Last modification on : Tuesday, October 19, 2021 - 10:35:24 PM

File

Travail de thèse Chloé HIVER...
Files produced by the author(s)

Identifiers

  • HAL Id : dumas-03364311, version 1

Collections

Citation

Chloé Hiver. Le burn-out des Médecins Européens : revue Systématique de la Littérature et Méta-analyse. Sciences du Vivant [q-bio]. 2021. ⟨dumas-03364311⟩

Share

Metrics

Record views

9

Files downloads

3