Skip to Main content Skip to Navigation
Master Thesis

Analyse comparative des résultats à moyen terme de deux types d’ostéosynthèses lors des cures de pseudarthroses diaphysaires tibiales et fémorales : clou vs clou et plaque

Résumé : Le traitement de la pseudarthrose est un enjeu majeur en orthopédie, a fortiori en traumatologie du fait de son impact lourd sur la santé globale des patients. Afin d’étudier l’efficacité d’une double ostéosynthèse et son intérêt potentiel en termes de reprise d’appui précoce et de consolidation. Nous avons réalisé une analyse des résultats à 18 mois de recul des patients opérés pour pseudarthroses diaphysaire au tibia ou au fémur entre 2012 et 2020 à l’APHM en comparant deux groupes selon l’ostéosynthèse réalisés lors de la cure. Nous avons inclus 86 patients ostéosynthèsés par un enclouage centromédullaire et 46 patients par enclouage centromédullaire plus ostéosynthèse par plaque vissée. Dans le groupe « Clou+Plaque » il y avait plus de patients polytraumatisés ou dont la fracture était ouverte initialement. Plus de patients avaient déjà eu un changement d’ostéosynthèse ou avaient un antécédent de cure de pseudarthrose avec greffe osseuse, ou avaient une perte de substance supérieur à 3 cm. Dans le groupe Clou il y avait plus de pseudarthrose hypertrophique, les patients étaient plus souvent à moins d’un an de leur fracture. L’analyse des données concernant : tibia ou fémur, niveau diaphysaire, degré de comminution, classification selon Gustillo, ostéosynthèse initiale, gestes associés, types de gestes n’ont pas révélées de différence entre les groupes. De même, au moment de l’inclusion le caractère septique de la pseudarthrose, la hauteur moyenne de la perte de substance à la radiographie, les scores pronostiques (Mogghadam et NUSS) ou encore, le nombre d’antécédents de révision, le type de ces révisions, le type d’ostéosynthèse en place à inclusion ou les critères anatomiques des patients ne présentaient pas de différence significative entre les deux groupes. Lors de la cure, seuls 10 patients du groupe Clou n’ont pas eu de greffe, alors que les patients « Clou+Plaque » ont nécessité plus souvent une association du RIA et d’un prélèvement de crête iliaque. L’analyse des complications peropératoires, de l’hémoglobinémie pré et postopératoire, le nombre de prélèvements KitOs réalisés et le nombre de résultats positifs de ces prélèvements n’a pas révélés de différences entre les groupes. Dans le groupe Clou-Plaque on n'a retrouvé plus de recours à des soins locaux chirurgicaux, mais le nombre moyen de reprises ne différaient pas de façon significative entre les groupes. Le taux de consolidation et son délai moyen ne présentaient pas de différence significative entre les groupes. L’analyse des facteurs consolidation a retrouvé que les fractures de plus d’un an, l’utilisation d’un fixateur externe, les douleurs à 1 mois de la cure, et la nécessité d’une reprise chirurgicale étaient plus fréquemment retrouvées chez les patients n’ayant pas consolidés à 18 mois. L’appui étais plus souvent autorisé immédiatement après la cure, mais le délai rapporté par le patient c’était différent. En revanche ceux ayant rapportés un délai d’appui inférieur à 6 semaines avaient un taux de consolidation significativement plus élevé que ceux rapportant un délai supérieur à 6 semaines. Le délai de consolidation était également plus court chez les patients ayant rapporté un délai d’appui inférieur à 6 semaines. Enfin à 18 mois nous avons déterminé les succès ou l’échec de la cure. Le succès était défini par la consolidation osseuse du foyer, la possibilité de mise en charge totale sur le membre opéré sans douleurs en l’absence de tout signes d’infection ou de mobilité au niveau du foyer. Le taux de succès était de dans le groupe Clou+Plaque contre dans le groupe Clou. Les échecs étaient dus à l’infection avec nécessité d’ablation du matériel d’ostéosynthèse dans des cas, avec mise en place d’un spacer en ciment ou d’amputation du membre. Mais aussi la récidive de la pseudarthrose ou la persistance de douleurs invalidantes au niveau du foyer. En conclusion notre analyse n’a pas retrouvé de différence entre les groupes en termes de guérison de la pseudarthrose à 18 mois. Cependant l’analyse de la consolidation et des douleurs à moyen termes sont favorable au « Clou+Plaque ». L’appui peut être autorisé immédiatement après l’intervention sans risque supplémentaire d’échec de la cure. A l’avenir des études prospective sur le délai réel d’appui postopératoire pourraient être réalisées.
Complete list of metadata

https://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-03403585
Contributor : Faculté de Médecine Amu Connect in order to contact the contributor
Submitted on : Tuesday, October 26, 2021 - 11:33:12 AM
Last modification on : Tuesday, November 16, 2021 - 3:36:21 AM

File

THESE CLOU-PLAQUE.pdf
Files produced by the author(s)

Identifiers

  • HAL Id : dumas-03403585, version 1

Collections

Citation

Stéphane Puech. Analyse comparative des résultats à moyen terme de deux types d’ostéosynthèses lors des cures de pseudarthroses diaphysaires tibiales et fémorales : clou vs clou et plaque. Sciences du Vivant [q-bio]. 2021. ⟨dumas-03403585⟩

Share

Metrics

Record views

4