Skip to Main content Skip to Navigation
Master Thesis

Effets de l'administration combinée de budésonide et surfactant sur la morbidité respiratoire à court terme du nouveau-né extrême prématuré

Résumé : Introduction : le syndrome de détresse respiratoire (SDR) est une des principales complications de la prématurité, évoluant dans la majorité des cas vers la dysplasie broncho-pulmonaire (DBP). La corticothérapie systémique post-natale précoce diminue la sévérité du SDR et prévient la DBP mais n’est pas recommandée au vu de ses effets généraux adverses. L’addition de budésonide (glucocorticoïde local) au surfactant dans la prise en charge du SDR est proposée pour diminuer la DBP en évitant les effets indésirables. La posologie de budésonide généralement utilisée (0,250 mg/kg/dose) pourrait entrainer des effets systémiques chez des enfants extrêmes prématurés. La posologie optimale pour un meilleur rapport tolérance/efficacité reste donc à déterminer chez ces enfants vulnérables. Objectif : évaluer la tolérance et l’impact respiratoire précoce d’une administration intra-trachéale de faibles doses de budésonide (0,150 mg/kg) associées au surfactant chez les enfants nés extrêmes prématurés et présentant un SDR. Méthode : étude observationnelle, rétrospective, d’une population d’enfants d’âge gestationnel (AG) < 28 SA et recevant du surfactant pour un SDR. Les enfants nés du 1er janvier 2019 au 31 juillet 2020 ayant reçu du budésonide associé au surfactant (« Surfactant + Bud »), ont été comparés à une cohorte historique (nés du 1er août 2017 au 31 décembre 2018) ayant reçu du surfactant seul. Résultats : 102 enfants ont été inclus. L’AG et le poids de naissance (PN) moyen étaient de 25,3 (+/- 1,1) SA, et 739 (+/- 143) grammes. Les caractéristiques périnatales, notamment l’AG, le PN, le sexe, la corticothérapie anténatale et le mode d’administration du surfactant étaient comparables entre les deux groupes. Les taux de ventilation mécanique (VM) à J3 (35,3 % vs. 69,7 %, p = 0,01) et J7 (26% vs. 46,9 %, p < 0,05) et la durée de VM au cours de la 1ère semaine de vie (2,4 vs. 3,8 jours, p = 0,02) étaient significativement plus bas dans le groupe d’enfants « Surfactant + Bud ». Il n’y avait pas d’effets sur la DBP à 36SA d’AC. Les valeurs de pression artérielle, le recours à une insulinothérapie pour hyperglycémie et les complications néonatales étaient comparables entre les deux groupes d’enfants. Conclusion : dans cette étude, l’addition de faibles doses de budésonide au surfactant chez des enfants extrêmes prématurés présentant un SDR a été bien tolérée et s’est associée à une réduction de la morbidité respiratoire précoce. Afin de confirmer ces résultats préliminaires, une étude randomisée en double aveugle contre placebo est nécessaire.
Complete list of metadata

https://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-03428915
Contributor : Faculté de médecine AMU Connect in order to contact the contributor
Submitted on : Monday, November 15, 2021 - 1:17:15 PM
Last modification on : Saturday, December 4, 2021 - 3:38:57 AM
Long-term archiving on: : Wednesday, February 16, 2022 - 8:33:25 PM

File

THESE Elise GRAS 21-10-21 .pdf
Files produced by the author(s)

Identifiers

  • HAL Id : dumas-03428915, version 1

Collections

Citation

Élise Gras. Effets de l'administration combinée de budésonide et surfactant sur la morbidité respiratoire à court terme du nouveau-né extrême prématuré. Sciences du Vivant [q-bio]. 2021. ⟨dumas-03428915⟩

Share

Metrics

Record views

13

Files downloads

1