Skip to Main content Skip to Navigation
Master Thesis

Impact du bloc des muscles érecteurs du rachis sur la douleur persistante postopératoire dans le cadre de la chirurgie du rachis

Résumé : Introduction : la douleur persistante postopératoire (DPP) est une complication majeure après chirurgie avec un impact médico-socio-économique. Les patients ayant eu une chirurgie du rachis présentent des facteurs de risque de développer cette complication. L’ESPB est une technique d’anesthésie locorégionale apparaissant comme efficace pour diminuer la douleur aigue postopératoire dans la chirurgie du rachis. L’objectif principal de cette étude rétrospective observationnelle est de déterminer si une stratégie analgésique incluant un ESPB comparée à une stratégie analgésique conventionnelle diminue l’incidence de la DPP à 1 et 3 mois après une chirurgie du rachis dorso-lombaire. Matériels et Méthodes : sur 420 patients programmés pour une chirurgie du rachis dorso-lombaire entre mars 2020 et mars 2021, 64 ont été analysés bénéficiant soit une stratégie analgésique conventionnelle (n=32) soit une stratégie ESPB (n=32). L’ESPB était réalisé sous anesthésie générale avant l’incision de manière bilatérale, en T6 ou T12 selon le niveau chirurgical. Il était injecté 20mL de ropivacaïne 0,375%. Le critère de jugement principal était l’incidence de la douleur évaluée par une EN supérieure à 3 à un mois (M1) et trois mois (M3). Les critères de jugements secondaires étaient le BPI, le PGIC, le DN4 et la consommation d’opioïdes. Résultats : la réalisation d’un ESPB diminuait de façon significative la DPP à M1 (8(26,6%) vs 18(64,2%) patients ; p=0,007) et tend vers la significativité à M3 (7(22,5%) vs 11(40,7%) patients ; p=0,16). Sur l’aspect multidimensionnel de la douleur, on retrouve une différence significative à M1 et M3 en faveur du groupe ayant bénéficié d’un ESPB sur l’échelle BPI (30,5[20,2-46,5] vs 53,5[37,7-75,5] ; p=0,008 et 22[11-43] vs 41[26-57] ; p=0,023 respectivement). Pour le PGIC, on retrouve une différence significative à M1 (6[6-6] vs 5[5-6] ; p=0,003), sans bénéfice retrouvé à M3 (6[6-7] vs 6[5-7] ; p=0,17). Il n’y a pas de différence sur la consommation de morphiniques et leurs effets indésirables. La douleur au site opératoire tend à être plus fréquemment décrite dans le groupe stratégie conventionnelle. Conclusion : dans cette étude, il est mis en évidence que la réalisation d’un ESPB semble efficace pour diminuer la douleur persistante post opératoire. Cette méthode sûre permet une diminution de l’impact fonctionnel et sensoriel, au quotidien, de la douleur chronique postopératoire à un et trois mois lors d’une chirurgie du rachis dorso-lombaire.
Complete list of metadata

https://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-03430784
Contributor : Faculté de Médecine Amu Connect in order to contact the contributor
Submitted on : Tuesday, November 16, 2021 - 1:24:51 PM
Last modification on : Tuesday, December 7, 2021 - 3:31:49 AM

File

THESE BRUNET Lucie 22-10-2021....
Files produced by the author(s)

Identifiers

  • HAL Id : dumas-03430784, version 1

Collections

Citation

Lucie Brunet. Impact du bloc des muscles érecteurs du rachis sur la douleur persistante postopératoire dans le cadre de la chirurgie du rachis. Sciences du Vivant [q-bio]. 2021. ⟨dumas-03430784⟩

Share

Metrics

Les métriques sont temporairement indisponibles