Skip to Main content Skip to Navigation
Master Thesis

Caractérisation des patients avec des cris récurrents résidents en EHPAD pris en charge par l’équipe mobile de Gérontopsychiatrie du CHU de Montpellier : étude rétrospective

Résumé : Les cris, ou perturbations vocales dérangeantes, font partie des symptômes psycho comportementaux de la démence (SPCD). Leur caractère dérangeant nécessite une prise en charge médicale, mais aucune thérapeutique n’est actuellement la référence. Le cri est complexe et intriqué dans un ensemble bio-psycho-social. Il est donc indispensable d’en comprendre le sens. L’équipe mobile de gérontopsychiatrie du CHU de Montpellier (EMGP) intervient dans les EHPAD et est confrontée à ces patients. Elle analyse globalement le patient, son environnement et les caractéristiques de ses troubles. Nous avons réalisé une étude rétrospective afin de caractériser les cris de résidents d’EHPAD âgés de 75 ans et plus, avec des troubles neurocognitifs (TNC) et pour lesquels l’EMGP avait été sollicitée. Nous avons tenté de définir les facteurs socio-démographiques, cliniques et institutionnels associés à ces caractéristiques, ainsi qu’à la récidive des cris, à la modification du NPI et à la survenue plus ou moins précoce du décès chez ces résidents. Enfin, nous avons recherché les facteurs associés à l’effet de l’EMGP, pour identifier un profil de patients pouvant bénéficier plus particulièrement de ce type d’intervention. Matériels et méthodes : cette étude était observationnelle et rétrospective. La période de recueil était située avant la pandémie de COVID-19, entre janvier 2018 et février 2019, à partir des archives de l’équipe mobile de gérontopsychiatrie et d’une enquête auprès des EHPAD. Les patients sélectionnés avaient le motif de « cri » sur la demande d’intervention. Les caractéristiques recueillies étaient l’histoire de vie, les comorbidités, les antécédents, l’environnement, le matériel, l’autonomie, les traitements médicamenteux ou non, les échelles de mesure (dont le NPI) et les caractéristiques de l’institution du patient. Résultats : sur 50 patients éligibles, 46 répondaient aux critères d’inclusion. Notre étude a mis en évidence un fort taux de multimorbidité et de polymédication chez les résidents évalués présentant un TNC sévère. Les thérapeutiques médicamenteuses semblent tenir une place centrale dans les facteurs associés aux caractéristiques du cri : sa durée et le nombre de traitements quotidiens, sa fréquence et la polymédication, sa temporalité nocturne et le nombre de psychotropes. La récidive semble être associée au terrain du patient (pathologies pulmonaires et état grabataire) mais aussi à son environnement (visites en extérieur). Le NPI quant à lui est influencé par la prise en charge non médicamenteuse (contention) et le cadre institutionnel (secteur protégé). Par ailleurs le décès des patients avec TNC crieurs est fort logiquement associé à l’âge. Enfin l’évolution du cri après intervention de l’EMG ne semble pas corrélée aux éléments sociodémographiques, cliniques, thérapeutiques et environnementaux évalués dans notre étude. Conclusion : notre étude souligne le caractère complexe et plurifactoriel du cri chez les patients atteints de TNC en EHPAD. Nous avons mis en évidence plusieurs éléments qui nécessiteraient d’être étudiés plus en profondeur : le rôle de la polymédication, de l’environnement ou encore le lien entre cri et décès. Le cri implique un patient, mais aussi son entourage. Il faudrait donc évaluer plus finement le retentissement de ce trouble sur les soignants et les proches des résidents concernés, mais aussi identifier les enjeux institutionnels impliqués pour mieux aider les équipes à faire face. Le rôle de l’EMGP est donc essentiel dans cette démarche : évaluer le patient mais aussi accompagner les soignants. Des études qualitatives ou s’intéressant au stress perçu et à la qualité de vie pourraient permettre de mieux appréhender la complexité de ce trouble. La question du bon moment pour faire appel à l’EMGP se pose aussi, devant un délai d’intervention élevé après le début rapporté des cris dans notre étude. Enfin, il faudrait envisager la création d’un outil d’évaluation plus spécifique que le NPI, prenant en compte le caractère bio-psycho-social du cri, afin d’évaluer l’impact des interventions pluridisciplinaires sur la modification des cris.
Document type :
Master Thesis
Complete list of metadata

https://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-03431346
Contributor : Faculté de Médecine Um Connect in order to contact the contributor
Submitted on : Tuesday, November 16, 2021 - 4:06:10 PM
Last modification on : Friday, November 26, 2021 - 3:15:47 AM

File

 Restricted access
To satisfy the distribution rights of the publisher, the document is embargoed until : 2022-03-01

Please log in to resquest access to the document

Licence


Distributed under a Creative Commons Attribution - NonCommercial - ShareAlike 4.0 International License

Identifiers

  • HAL Id : dumas-03431346, version 1

Collections

Citation

Céline Boillot. Caractérisation des patients avec des cris récurrents résidents en EHPAD pris en charge par l’équipe mobile de Gérontopsychiatrie du CHU de Montpellier : étude rétrospective. Médecine humaine et pathologie. 2021. ⟨dumas-03431346⟩

Share

Metrics

Record views

6