Skip to Main content Skip to Navigation
Master Thesis

Identification des signes cliniques ayant motivé la consultation lors de la première vague en centre Covid-19 et corrélation au diagnostic de la Covid-19 : une étude épidémiologique de cohorte monocentrique Porto-Vecchio - Corse-du-Sud (France)

Résumé : Introduction : face à la découverte de la Maladie à coronavirus 2019 (COVID-19) en décembre 2019, sa propagation mondiale rapide et son taux élevé de décès, il parut nécessaire de comprendre l’épidémie. La maladie prenant diverses formes, tant modérées et communes, que sévères et atypiques ; il fut très difficile lors de la première vague de la dépister efficacement. Une équipe française démontra que parmi les patients suspects, seuls 1/3 consultèrent un médecin. Parmi eux, seuls 55% recevaient une prescription de test Reverse Transcriptase de réaction en chaine par polymérase (RT-PCR). La capacité diagnostique s’était donc révélée insuffisante lors de la première vague. Les patients symptomatiques représentant la majeure partie des contaminations et les asymptomatiques et pré-symptomatiques étant difficilement accessibles au diagnostic. Il parut donc essentiel d’améliorer le diagnostic clinique des médecins de première ligne. Nous avons donc créer un centre COVID-19 à Porto-Vecchio (Corse-du-Sud), initialement pour sortir les patients suspects des cabinets. Nous avons constaté l’intérêt de décrire les signes cliniques poussant les patients à consulter, et ensuite suivre ces patients via une cohorte prospective pour relier ces signes au potentiel diagnostic de COVID-19. Le but étant d’établir : quels sont les signes cliniques ayant motivé la consultation au centre ? Et quels sont les signes que l’on retrouve chez les patients positifs ? Méthode : nous avons réalisé une étude épidémiologique observationnelle monocentrique en deux parties. Elle se base sur le centre COVID-19 qui a été ouvert à Porto-Vecchio (Corse-du-Sud). La période d’étude du 23 mars au 4 juin 2020 inclus, permit de recevoir 615 patients consultant par peur d’être positifs à la COVID-19. Lors de chaque consultation, une fiche était remplie par le médecin en notifiant les plaintes fonctionnelles du patients, des renseignements administratifs ainsi que l’examen clinique et l’orientation du patient. Les patients furent ainsi classés en « non-suspects » et « suspects » avec indication prioritaire d’examens ou non. Lors de notre étude nous avons été limités par recommandation du Haut Conseil de la Santé Publique, restreignant l’accès aux PCR à des indications prioritaires. Dans la première partie descriptive de l’étude, nous avons observer les signes cliniques et caractéristiques de notre population d’étude. Dans la seconde partie analytique, via une cohorte prospective, nous avons suivi selon plusieurs modalités chaque patient pour savoir si ces derniers étaient positifs lors de leur consultation au centre. Résultats : la description de notre population totale N=615, nous apprend qu’il y avait une majorité de femmes, 55% ; et que nos patients avaient en moyenne 42 ans. Les plus plaintifs étaient les 18-40, 40-55 ans. Et le délai moyen entre apparition des symptômes et la consultation, était de 8 jours. 24% avaient des comorbidités à risque de forme grave de COVID-19 mais 98% n’avaient pas de signes de gravité. Les signes cliniques principalement rapportés étaient : la toux (58%), l’asthénie et/ou courbatures (56%), les céphalées (45%), la fièvre (36,2%), la douleur thoracique (29%), la rhinite (22%), la diarrhée (16%). Une très faible partie a décrit une anosmie/dysgueusie (6%) et des signes cutanés (0,5 à 0,7%). 58% de ces patients ont été étiquetés « non-suspects ». Parmi les 258 patients suspects, 33 se sont révélés positifs au SARS-CoV-2 et 121 prouvés négatifs. Les autres étaient perdus de vue lors du suivi, n’ont pas eu de test ou se sont révélés positifs à un autre virus. Parmi les positifs, on compte 70% de femmes. Ces patients pour la plupart ayant 18 à 70 ans, étaient 58% à avoir des comorbidités à risque, peu avaient des signes de gravité (30%) ou de la fièvre (27%). Les positifs rapportèrent principalement des signes généraux (94%), de la toux (79%), des céphalées (64%), des douleurs thoraciques (36%), une rhinite (33%), de la fièvre (27%), des diarrhées (27%), une anosmie/dysgueusie (12,1%) ; ainsi que d’autres signes. Au terme de notre régression logistique multivariée : l’absence de signes généraux (OR= 4,48(0,99-33,35, p=0,082), la présence de comorbidités (OR=1,89(0,73-4,97, p=0,192), la toux (OR= 2,21 (0,74-7,28, p=0,170) et la diarrhée (OR=1,37(0,48-3,74, p=0,541) ; sont apparus liés statistiquement au diagnostic de COVID-19. Discussion : notre étude a permis la description de patients s’étant déplacés, pensant avoir la COVID-19 lors de la première vague. Cela, dans le but d’apporter aux médecins de première ligne des données épidémiologiques auxquelles se référer au quotidien. Ces patients étaient majoritairement des femmes (55%) âgées de 18 à 55 ans avec une présentation clinique modérée. Le délai moyen entre apparition des symptômes et consultation a été de 8 jours, ce qui est long pour dépister et endiguer efficacement l’épidémie. 33 patients entre 18 et 70 ans pour la plupart, se sont révélés positifs (5,3%) dont un patient initialement classé non-suspect. Ce qui nous montre toute la difficulté du diagnostic clinique dans ce contexte. À l’issue de notre étude, la présence de comorbidités à risque, la toux ainsi que la diarrhée apparaissent comme des facteurs de risques d’être positif. L’absence de signes généraux diminue le risque d’être positif. Ces résultats manquent cependant de puissance statistique.
Document type :
Master Thesis
Complete list of metadata

https://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-03455193
Contributor : Bibliothèque Universitaire de Médecine Nice Connect in order to contact the contributor
Submitted on : Monday, November 29, 2021 - 3:24:48 PM
Last modification on : Wednesday, January 5, 2022 - 3:13:42 AM

File

2021NICEM090.pdf
Files produced by the author(s)

Identifiers

  • HAL Id : dumas-03455193, version 1

Citation

Marine Quilici. Identification des signes cliniques ayant motivé la consultation lors de la première vague en centre Covid-19 et corrélation au diagnostic de la Covid-19 : une étude épidémiologique de cohorte monocentrique Porto-Vecchio - Corse-du-Sud (France). Médecine humaine et pathologie. 2021. ⟨dumas-03455193⟩

Share

Metrics

Record views

23

Files downloads

3